Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

MUSICA CAMERATA

Le samedi 16 septembre 2006 se déroula le concert d’ouverture Viva Mozart de la saison 2006-2007 de la compagnie de musique classique Musica Camerata à la Salle Pollack de l’Université McGill. Cette compagnie compte sur la générosité de donateurs, de commanditaires, et du public mélomane afin de perpétuer sa tradition d’offrir d’excellents concerts de musique classique à des prix abordables, de qualité équivalente à l’OSM. Les thèmes des soirées musicales se composeront de plusieurs concerts de Mozart, de Brahms et de Chopin et Arensky répartis tout au long de la saison.

Les musiciens sont des talents aguerris, de tous âges : la pianiste Berta Rosenohl, Luis Grinhauz au violon et directeur musical, le flûtiste Denis Bluteau, Joanne Wojtowicz à l’alto et la violoncelliste Mariève Bock. Ils forment un groupe très harmonieux, où l’on ressent la complicité par les regards réciproques, la synchronisation des attaques et l’atmosphère de plaisir et de respect envers chaque membre du groupe mais aussi devant l’œuvre de Mozart. Ainsi, le quatuor a exécuté quatre pièces de Mozart, considérées comme les plus belles qu’il eût composées : trois intégrales des quatuors pour flûte et cordes K 171, 285, 285a et 298, et deux quatuors pour piano et cordes K. 478 et 493. On se croirait une fois en promenade dans un cadre enchanteur, tantôt dans un thème sérieux, grave et d’introspection, tantôt dans une fête de joie et d’insouciance : les rondes s’enchaînent logiquement, les rythmes se tiennent bien et l’exécution technique des partitions est parfaite. De plus, par leur langage corporel (ils jouaient selon une approche corporelle, c’est-à-dire qu’ils bougent et expriment l’émotion de la pièce et ce qu’elle provoque en eux par des gestes, ce qui permet une plus grande sensibilité de jeu), la dévotion de leur corps et âme ils réussissent à faire vibrer la corde de tous les mélomane.

Anecdote sur la flûte traversière (non, ce n’est pas la petite flûte soprano Yamaha que vous aviez en horreur dans vos cours d’initiation à la musique au Secondaire): Mozart haïssait la flûte car il la considérait comme l’instrument qui sonne le plus faux, avant qu’il ne rencontre un ami musicien flûtiste qui lui demanda d’écrire des œuvres pour son instrument chéri. Apparemment cela permit à Mozart de composer des chef-d’œuvres car il a dû travailler et surpasser son aversion pour la flûte!

La saison 2006-2007 de Musica Camerata : idéale pour les néophytes ou les mélomanes, concerts dans des salles ultra-comfortables, à excellente acoustique et à prix abordable. http://www.camareta.ca

Prochain spectacle : samedi le 4 novembre – pièces composées par Denis Gougeon (Suite privée pour flûte, piano et violoncelle), Max Reger (Sérénade op. 77a pour flûte, violon et alto) et Richard Strauss (Quatuor op. 13 pour piano et cordes).




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.