Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le soccer des Carabins

Les Carabins cherchaient à porter leur dossier à trois victoires en autant de matchs contre le Rouge et Or de l’Université Laval dimanche après-midi.

Le match commence très bien pour les Carabins alors que dès les premières minutes du jeu, Pascal Aoun (pharmacie) frappe la transversale d’un tir du flanc droit. Un autre tir d’Aoun finira également sa trajectoire sur un des poteaux de Laval. La suite de la demie est dominée par les Montréalais, mais ils ne réussissent pas à tromper le gardien du Rouge et Or. Il n’y a toujours pas de but marqué à la pause.

En deuxième mi-temps, le scénario se répète alors que les Carabins dominent complètement le jeu, mais ne parviennent pas à s’inscrire au pointage. Alors qu’il ne reste qu’une douzaine de minutes à jouer, un joueur du Rouge et Or reçoit un carton rouge. Les Bleus attaquent de tous les côtés, mais ne parviennent tout simplement pas à marquer.

Le match se termine 0 à 0, mettant ainsi un terme à la séquence de victoires des Carabins. Cependant, leur défensive a encore disputé un excellent match, alors qu’elle n’a pas encaissé de but depuis le début de la saison.

Chez les dames

Le Rouge et Or rendait visite aux Bleues dimanche après-midi et s’amenait à Montréal en pleine confiance après un nul contre les puissantes Martlets de l’Université McGill et une victoire écrasante de 7 à 1 contre les Citadins de l’UQAM.

Le match est très équilibré et aucune équipe ne semble en mesure d’ouvrir la marque. Finalement, à la 41e minute, Caroline Vaillancourt donne les devants à Laval, qui se retire avec une avance de 1 à 0 à la pause.

En deuxième mi-temps, le jeu est toujours aussi serré et les bonnes chances de marquer sont plutôt rares. Une joueuse de Laval vient bien près de doubler la marque alors qu’elle tente de lober la gardienne des Carabins. Heureusement pour cette dernière, son poteau vient à son secours. Les Bleues se dirigent donc vers leur première défaite de la saison. Cependant, tout comme à Concordia vendredi, alors qu’on joue le temps additionnel, c’est Zohra Bendouah qui vient sauver les meubles et permettre aux Carabins de se sauver avec un point en poche.

Les Carabins obtiennent donc un troisième match nul de suite, et pour la deuxième fois en fin de semaine, elles doivent attendre les derniers instants du match pour s’en assurer.

Articles similaires

Direction : Edmonton

10 novembre 2006

Gain difficile des Carabins Vendredi soir, les Carabins affrontaient les Patriotes de l’UQTR dans l’une des demi-finales de la conférence du Québec. Les Bleus étaient déjà assurés de participer au Championnat canadien en tant que champions de la saison régulière, mais n’avaient aucune intention d’offrir une performance en demi-teinte. En saison régulière, les Carabins avaient gagné les 2 rencontres contre les Patriotes, dont une victoire de 5 à 0 à Trois-Rivières. L’UQTR s’était également...

Le blues des bleus

9 octobre 2007

Les Carabins avaient un autre rendez-vous de prévu en ce samedi ensoleillé du 29 septembre. Dans la maison de l’amour -merci Occupation Double - du stade Loyola, où se sont entassées 2163 personnes, les Bleus (1-3) ont subi la triste réalité d’une troisième défaite consécutive 15 à 21 contre les Stingers de l’université Concordia (3-1). Réalité qui ne s’était pas concrétisée depuis leur première année dans la LFUQ en 2002, année qui s’était soldée...

Les Carabins intraitables

20 octobre 2006

Dans un avenir pas trop lointain, les grands penseurs de ce monde devront débattre d’une nouvelle certitude de la vie. Eh oui, bientôt, une-victoire-par-blanchissage de notre équipe favorite, au soccer universitaire masculin, va côtoyer les grandes évidences humaines telles que : les taxes, le divorce et une interception lancée par Jonathan Jodoin. Qu’est-ce qui peut bien me faire dire de telles idioties pensez-vous ? Ne cherchez pas plus loin que la performance offerte par...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.