Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le soccer des Carabins

Les Carabins cherchaient à porter leur dossier à trois victoires en autant de matchs contre le Rouge et Or de l’Université Laval dimanche après-midi.

Le match commence très bien pour les Carabins alors que dès les premières minutes du jeu, Pascal Aoun (pharmacie) frappe la transversale d’un tir du flanc droit. Un autre tir d’Aoun finira également sa trajectoire sur un des poteaux de Laval. La suite de la demie est dominée par les Montréalais, mais ils ne réussissent pas à tromper le gardien du Rouge et Or. Il n’y a toujours pas de but marqué à la pause.

En deuxième mi-temps, le scénario se répète alors que les Carabins dominent complètement le jeu, mais ne parviennent pas à s’inscrire au pointage. Alors qu’il ne reste qu’une douzaine de minutes à jouer, un joueur du Rouge et Or reçoit un carton rouge. Les Bleus attaquent de tous les côtés, mais ne parviennent tout simplement pas à marquer.

Le match se termine 0 à 0, mettant ainsi un terme à la séquence de victoires des Carabins. Cependant, leur défensive a encore disputé un excellent match, alors qu’elle n’a pas encaissé de but depuis le début de la saison.

Chez les dames

Le Rouge et Or rendait visite aux Bleues dimanche après-midi et s’amenait à Montréal en pleine confiance après un nul contre les puissantes Martlets de l’Université McGill et une victoire écrasante de 7 à 1 contre les Citadins de l’UQAM.

Le match est très équilibré et aucune équipe ne semble en mesure d’ouvrir la marque. Finalement, à la 41e minute, Caroline Vaillancourt donne les devants à Laval, qui se retire avec une avance de 1 à 0 à la pause.

En deuxième mi-temps, le jeu est toujours aussi serré et les bonnes chances de marquer sont plutôt rares. Une joueuse de Laval vient bien près de doubler la marque alors qu’elle tente de lober la gardienne des Carabins. Heureusement pour cette dernière, son poteau vient à son secours. Les Bleues se dirigent donc vers leur première défaite de la saison. Cependant, tout comme à Concordia vendredi, alors qu’on joue le temps additionnel, c’est Zohra Bendouah qui vient sauver les meubles et permettre aux Carabins de se sauver avec un point en poche.

Les Carabins obtiennent donc un troisième match nul de suite, et pour la deuxième fois en fin de semaine, elles doivent attendre les derniers instants du match pour s’en assurer.

Articles similaires

Le Rouge est mort

3 novembre 2006

Évidemment que mon titre est quelque peu provocateur. Ben quoi, il parait que c’est la recette à suivre pour vendre des journaux. Du moins s’il faut se fier « aux grands quotidiens français d’Amériques » tel que le Journal de Montréal et son empire Quebecor. Bon, Le Polyscope ne voulant pas être comparé à ce monstre médiatique, recommençons à zéro. Scène un, prise deux. Première défaite pour Laval Eh bien oui, nos gars sont...

Adieu la coupe Dunsmore

10 novembre 2006

Qui a dit qu’une partie de football ne pouvait être romantique ? Pourtant tous les éléments étaient réunis pour satisfaire les éternels amateurs du rose : un ciel clément, quelques percées appréciées de rayons de soleil, une probiscuité inespérée et un gars, micro à la main, qui gueulait un charabia incompréhensible. N’est-ce pas convaincant ? N’est-ce pas la lune de miel que toute femme souhaite un jour ? Malheureusement pour nos oreilles, en ce...

Les Carabins se refont une confiance

6 octobre 2006

Ça se passait samedi dernier. Il y avait un magnifique soleil d’automne, de la bière comme on l’aime, une odeur de hot-dog, une ambiance du tonnerre provoquée par une foule survoltée estimée à 4749 personnes – dont plusieurs jolies demoiselles – bref, ne manquait plus qu’une victoire de vos Bleus préférés pour un après-midi réussi. Samedi dernier, je disais donc. Le rendez-vous avait lieu au CEPSUM et les visiteurs étaient les Redmens de McGill....




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.