Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le soccer des Carabins

Après une victoire convaincante de 3-0 contre l’UQAM vendredi dernier, les Carabins s’amenaient à Concordia avec l’intention de faire subir le même sort aux Stingers.

Le match a bien commencé puisque dès la 7e minute, les Stingers ont concédé un penalty aux Bleus. Boubacar Coulibaly s’est chargé de le convertir et de donner une priorité d’un but à son équipe. À la 25e minute, Guillaume Couturier double l’avance des Carabins en marquant un but spectaculaire d’un coup franc de 35 mètres. Olivier Babineau vient bien près de tripler la mise après que le gardien des Stingers n’ait pu contrôler une frappe lointaine, mais le numéro 10 des Bleus rate son tir. Les Carabins se contentent donc d’une avance de 2 buts à la pause.

La domination des Montréalais se poursuit à la deuxième mi-temps, mais ils ne parviennent pas à trouver le fond des filets. C’est plutôt Concordia qui vient bien près de réduire l’écart, alors qu’un Stinger voit son tir heurter la transversale après l’arrêt du gardien Julien Letendre. C’est la seule bonne chance que vont obtenir les Stingers, eux qui n’ont réussi que 4 tirs dans le match. À la 80e minute, Pascal Aoun cloue le cercueil de Concordia en enfilant un très beau but d’un tir de la droite de la surface de réparation.

Les Carabins remportent donc un deuxième match consécutif par la marque de 3 à 0. Leur performance a été particulièrement impressionnante à l’attaque, alors qu’ils ont réussi 18 tirs durant la rencontre.

Chez les dames

Bon ben pour des raisons de Pub et de trajet (Concordia c’est plus loin que je ne pensais…) je suis arrivé assez en retard au match des femmes. Quand je suis arrivé, il ne restait que 10 minutes et les Carabins tiraient de l’arrière 3 à 0. Je me suis dit que c’était peut être une bonne chose que je sois arrivé en retard…

Alors qu’il ne restait que 5 minutes à la rencontre, Sandra Couture marque enfin le premier but des Montréalaises. «Au moins elles vont éviter le blanchissage», dit un partisan dans les gradins. Il n’avait encore rien vu. Deux minutes plus tard, c’est au tour de Zohra Bendouah de réduire l’écart à un seul but, mais avec seulement 2 minutes à faire au match. Ça a toutefois été largement suffisant puisque Véronique Laverdière n’a eu besoin que de 60 petites secondes pour égaliser.

En 5 minutes, les Carabins ont donc transformé une humiliante défaite en un impressionnant match nul. Et je dois dire que c’est l’une des remontées les plus spectaculaires à laquelle j’ai assisté. Elles portent donc leur dossier à 1 victoire et 2 matchs nuls.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Vision historique de l’Ingénieur

23 septembre 2011

Par Kévin Horton-Guay J’ai débuté un grand projet qui consiste à faire un portrait de l’ingénieur et des défis auxquels il aura à faire face dans le futur. Pour procéder, j’ai interviewé des spécialistes de différent domaines où il est pertinent de s’intéresser à l’ingénieur. J’ai donc fait des entrevues avec un historien, un éthicien, un philosophe et un sociologue pour recueillir leurs points de vue. Cette semaine j’expose les idées de Yakov Rabkin,...

Le Rouge est mort

3 novembre 2006

Évidemment que mon titre est quelque peu provocateur. Ben quoi, il parait que c’est la recette à suivre pour vendre des journaux. Du moins s’il faut se fier « aux grands quotidiens français d’Amériques » tel que le Journal de Montréal et son empire Quebecor. Bon, Le Polyscope ne voulant pas être comparé à ce monstre médiatique, recommençons à zéro. Scène un, prise deux. Première défaite pour Laval Eh bien oui, nos gars sont...

AZAFRAN OR ROUGE: PASSION ET GRÂCE

29 septembre 2006

Si Montréal est une ville réputée pour son foisonnement de créativité et son effervescence artistique, on ne peut alors ignorer le Ballet Flamenco Arte de España car cette compagnie de danse, fondée à Montréal en 1990 par la talentueuse maîtresse du flamenco Lina Moros, a présenté sa 6e œuvre intitulée Azafran Or Rouge au Club Soda les 20 et 21 septembre 2006. Dommage qu’elle n’ait présenté que deux soirs car le public en redemande...