Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Liban: Encore une guerre sale

Je pense que le sujet qui nous a le plus marqué cet été était la guerre au Liban. Après l’enlèvement de deux soldats israéliens par le Hezbollah à la frontière libanaise, voilà qu’Israël a décidé de commencer une offensive contre ce parti libanais.

Et c’est là qu’ont commencé les scènes d’horreurs dont nous avons tous été témoins. Pour commencer des raids aériens se sont abattus sur le Liban, majoritairement au sud et à l’est (là où se trouve la plus grande partie de la population chiite). Un blocus total a été imposé par les bombardements de l’aéroport suivi des routes menant à la Syrie, mais aussi un bloquage des ports. Israël a demandé aux civils de s’éloigner des régions du sud pour ne pas être la cible des bombardements, mais comment s’échapper si toutes les principales routes ont été détruites? Le trajet du sud du Liban vers Beyrouth voit même son prix multiplié par 40!

On ne compte même pas le nombre de civils morts! Plusieurs des frappes «stratégiques» de l’État hébreu ne se sont faites que sur des lieux habités par des civils comme cet hôpital, supposé repère de la milice chiite, ne recueillant en fait que des femmes et des enfants.

Le Hezbollah, quant à lui, a concentré ses frappes sur Haïfa, avec des rockets. Certes, il y a une résistance, mais lorsque vous voyez ces quartiers complètement rasés par les bombardements massifs israéliens, et qu’ensuite on vous montre qu’une rocket a fait un cratère d’un mètre de diamètre sur une route à Haïfa, dites-moi comment on peut rester neutre, comment on peut tolérer ça, comment ne pas être subjectif? Surtout quand le gouvernement israélien proclame : « Pour chaque rocket lancé sur Israël, un immeuble sera détruit au Liban ».
On peut aussi se demander comment la communauté internationale a pu regarder ces atrocités, ce bain de sang et rester là, à prétendre qu’Israël est dans son droit, qu’il se défend! Comment un enfant peut-il se défendre face à un adulte?

Cette image me revient souvent, car si on analyse juste un peu la République Libanaise, vous verrez qu’il s’agit là d’un pays jeune, sorti d’une guerre civile il y a à peine seize ans, avec une fragmentation du système politique due aux treize confessions présentes. Je ne sais même pas si on peut considérer qu’il possède une réelle armée pouvant se défendre fasse à ses voisins, Israël ou même la Syrie qui garde encore la main mise sur son territoire. On peut aussi parler de l’assassinat du premier ministre Rafic Hariri, le 14 février dernier, qui n’a fait qu’aggraver la situation. Mais là on entrerait dans un autre sujet.

On dit souvent qu’au Liban c’est la guerre des autres sur son territoire. En effet, je pense que cette guerre est en partie voulue par la Syrie, l’Iran mais aussi d’Israel, et de bien d’autres pays. Il ne faudrait pas oublier que le Hezbollah est soutenu par la Syrie et financé par l’Iran qui était dans une situation critique avant que cette guerre n’explose. Sous la pression des puissances mondiales, l’Iran aurait pu utiliser cette guerre pour faire diversion, pour gagner du temps pour justifier son programme nucléaire.

Pour revenir à la réaction de la communauté internationale, j’ai été assez choquée par le manque de réaction. Il a suffit que les États-Unis déclare que le Hezbollah est un parti terroriste et qu’Israël prétend défend son territoire pour que toutes les négociations soient gelées. Mais il faudrait surtout se rappeler que dans ce cas le Hezbollah, parti officiel libanais, défendait son pays en attaquant seulement les corps armés israéliens. D’autre part, on est tous au courant des enlèvements des ministres et responsables du Hamas par le gouvernement israélien. Le reste du monde est alors coupé en deux : ceux qui sont d’accord avec la politique de Washington, et les autres qui condamnent ces actes barbares. Voilà. C’est tout. Après de nombreuses réunions du G8, après qu’une centaine de civils furent tués, nous en étions encore là. Même pas un accord pour avoir un cessez-lefeu. Ce n’est qu’après trois semaines que finalement l’armistice a été conclut. Mais bien évidemment il a fallu attendre encore quelques jours pour que les deux camps arrêtent les bombardements.

Bref, dans cette guerre, Israël sort avec une défaite cuisante puisqu’il n’a pas récupéré les deux soldats enlevés, mais on a aussi pu constater les énormes bavures et erreurs militaires commises. De plus, on a pu voir que les renseignements détenus par Israël n’étaient pas si précis qu’on a toujours cru : toutes ces erreurs de lieux où des membres du Hezbollah étaient censés se réfugier, ou cette énormissime méprise sur Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, avec un jeune homme portant pour son malheur le même nom et prénom!

Par contre, le Hezbollah, en tenant encore une fois tête à l’État hébreu, a pu affirmer l’importance de sa présence mais a aussi montré à quel point ce parti est organisé. Ce qui est surprenant c’est qu’après la guerre, le Hezbollah a offert un logement entièrement meublé pour la durée d’un an à toutes les personnes dont les maisons ont été détruites, et une aide pour la reconstruction de ces maisons! Donc non seulement ils sont là pour faire la guerre, mais les combatttants se transforment en bénévoles après!

Néanmoins, il ne faut pas oublier qu’après cette guerre le pays est plus fragile, avec le sud du Liban complètement en ruine, avec des milliers de civils déplacés.

Après cette guerre, on recule encore de plusieurs pas pour une paix au Proche-Orient. Cette zone du monde ne cesse de régresser et dans ce climat une guerre civile peut facilement éclater.

Mots-clés : International (30)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Pour Elles

28 novembre 2014

Le 6 décembre prochain aura lieu au Théâtre Outremont le spectacle souvenir mis en scène par Lorraine Pintal. Laurent Montreuil Quoi de pire que de « sombrer dans les coulisses de l’oubli »? Je me souviens, s’intitule la devise du Québec, et c’est un peu l’idée derrière la tête de Lorraine Pintal, directrice artistique et générale du Théâtre du Nouveau Monde, avec la signature du spectacle Pour Elles qui sera présenté au Théâtre Outremont le soir du...

Chronique technologique

14 septembre 2007

Paramount et DreamWorks arrêtent de supporter Blu-ray Alors que plusieurs personnes étaient prêtes à couronner Blu-ray comme gagnant de la guerre de formats contre HDDVD, voilà que les studios Paramount, propriétaires entre autres de DreamWorks depuis 2005, et qui, avant, publiaient leurs productions dans les deux formats, se rangent maintenant du côté de HDDVD. Ceci signifi e que plusieurs gros titres tels que Transformers et Shrek 3 ne seront pas disponibles aux utilisateurs de...

Étude et critique de l’homo usinus moyen

30 août 2013

Comme plusieurs d’entre vous, j’ai réalisé mon premier stage cet été. Étant en génie chimique, il y avait de fortes chances qu’il se passe dans une usine et je n’ai pas été déçue! Au niveau expérience, c’est très bien l’usine mais j’ai été frappée par le malaise que les gars ont quand ils voient une fille entrer dans le monde masculin des pâtes et papiers. Hallucinant! Petite mise en contexte : Imaginez-vous dans une usine...