Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

9 mars : Mes insolites

Je suis revenue de voyage, je suis pas mal fatiguée, pas mal mêlée, pas mal nostalgique, et j’apprends qu’il ne reste que trois parutions régulières du Polyscope. Quoi?!? Il ne me reste que TROIS Chroniques à écrire?!?

Je n’aurai jamais le temps en seulement trois Chroniques de vous décrire «mes insolites de voyage». Je n’aurai jamais le temps de vous parler du beau soleil de la place Montmartre à Paris, ni de celui du port de Haarlem en Hollande, ni de celui de Strasbourg après un gros dodo de trois heures dans la gare et encore moins de celui du parc Güell à Barcelone.

Je n’aurai pas le temps de vous exprimer la sensation étrange du premier contact avec une nouvelle ville, quand j’y arrive à de drôles d’heures et pleine de sommeil parce que le maudit bus s’arrête toujours juste au moment où je commençais à réussir à m’endormir.

Je n’aurai pas le temps de vous décrire l’Alsace un dimanche et de vous raconter combien tout est fermé et mort en Alsace le dimanche. Je n’aurai pas le temps non plus de vous dépeindre la cathédrale de Strasbourg, ni ses habitués qui passent devant d’un pas pressé et qui ne la regardent même plus.

Je n’aurai pas le temps de vous dire que ma toune préférée de Al Green s’est mise à jouer comme par enchantement dans le bar du Musée Heineken à Amsterdam, qu’on est tombé sur un chauffeur de taxi marocain à Marrakech qui écoutait du Dire Straits dans son auto et que, alors que l’on mangeait dans un restaurant chic à Prague, on a failli s’étouffer dans notre goulash en entendant la chanson Dur dur d’être un bébé de Jordy. (Ils ont quand même le sens de l’humour ces Tchèques! Je dis «quand même» parce qu’on n’a pas réussi à trouver un seul serveur souriant de tout le séjour. Pas un. Les serveurs tchèques ne sourient pas. Jamais. Mais bon, passons, on est pressé.)

Je n’aurai pas le temps de vous raconter que j’ai eu la chienne dans le Red Light d’Amsterdam et le vertige du haut de la Sagrada Familia de Barcelone. Je ne pourrai pas vous témoigner combien la musique tchèque est adorablement pathétique et combien le vin tchèque est adorablement bon et adorablement pas cher. Je ne vous détaillerai pas la douche dans la chambre de l’auberge de Prague qui était tellement dégueulasse et pas solide que c’en était drôle. Je ne vous expliquerai pas pourquoi j’ai décidé de couper mes ongles d’orteils à 1h30 du matin sur le bord de l’autoroute en attendant l’autobus et vous ne saurez pas non plus que j’avais vraiment l’impression qu’un alien allait me sortir du ventre tellement ça faisait mal quand je suis tombée malade à Marrakech.

Je n’aurai pas le temps de vous l’assurer mais : non, je n’avais pas de soucis pendant que je me promenais dans le Parc Sanssouci de Potsdam et, oui, à Prague, le pont Charles sous la neige est un ravissement qui se renouvelle automatiquement à chaque traversée.

Et puisqu’on manque de temps, je ne vous refilerai pas l’adresse de ce restaurant à Barcelone qui offre pour dessert une délicate et délectable mousse au chocolat maison… à volonté! Oui, à VOLONTÉ! J’sais pas si on s’comprend bien là : un all you can eat de mousse au chocolat…

MAUDE – «Même en courant plus vite que le vent, plus vite que le temps… même en volant, je n’aurai pas le temps, pas le temps… de visiter toute l’immensité d’un si grand univers… même en cent ans, je n’aurai pas le temps… de tout faire.» – BOILLOT
P.S. pour Le Grand Dam : Tu ne vois pas l’intérêt de te dédier la dernière de mes trois Chroniques Névrotiques restantes (tu es trop humble et c’est dommage, une Chronique en ton honneur, c’était pourtant l’assurance de tout plein de conneries à raconter…!) alors accepte au moins ce petit P.S. s’il te plaît. Tu as bien sûr compris que le titre de cette Chronique est inexact. Ce ne sont pas mes insolites, ce sont nos insolites. Pour ceux-ci et pour tous les autres, merci Damien. Ah oui et, au fait, je peux te le confirmer, oui il y a pire que l’Alsace un dimanche : la Rive-Sud tous les jours de la semaine depuis que je suis rentrée.
——————–
Photo : La Maude et les pubs à Amsterdam, par Damien Forthomme
——————–
Chronique Névrotique suivante : 28

Articles similaires

5 janvier : Mon retour

9 janvier 2004

Je vous ai emmerdés toute la session passée avec ça. «Faut pas trop qu'on s'attache parce que je m'en vais, j'ai fini mon bac, je quitte Poly en décembre, bla bla bla...» et première nouvelle : une Chronique Névrotique en page 2 du premier numéro du Polyscope de cette session d'hiver 2004. Désolée de vous l’apprendre si brutalement mais, oui, mes petites névroses sont de retour pour une session supplémentaire. Pourquoi? Huuummm... bonne question....

18 février : Édition spéciale

20 février 2004

- Chronique rédigée par Olivier Lorrain, inquiet. D'emblée, je suis désolé de vous dire que vous êtes tombé sur une édition spéciale de la Chronique Névrotique. Je sais, je sais, je vous connais, vous êtes arrivés à Poly ce vendredi en vous disant : «Qu'est-ce que ma chère chroniqueuse, plus communément appelée Maude, va me raconter aujourd'hui? Où est-elle rendue dans son périple dans le vieux continent?». Avant le départ de notre correspondante à...

17 novembre : Mon entropie mentale

21 novembre 2003

Les physiciens Clausius et Boltzmann ont développé des équations sur l'entropie, l'indicateur du désordre dans un système. L'entropie d'un système isolé ne peut que croître. J'ai appris ça dans mon cours de thermo et, franchement, ça m'étonne pas. Prenez mon appartement par exemple. Mon appartement a vraiment l'air d'un système isolé et, effectivement, depuis deux ans, son entropie ne fait que croître. En d'autres mots : c'est vraiment l'bordel chez moi. Un bordel grandissant....




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Coup de gueule pour le RTL

25 janvier 2013

  Après la chronique Gui-Ik, j’avais envie de lancer une nouvelle chronique. Une chronique qui soit un peu plus sanglante, un peu plus personnelle. Je lance donc ma nouvelle chronique, Les nerfs à passer. À l’inverse de mon collègue du dessus, je ne vais pas parler écologie, je vais plutôt prendre un sujet qui m’énerve et écrire dessus jusqu’à ce que je sois soulagé ! (NDLR : c’est ton psy qui t’a conseillé cela ?)...

Péi va mal…

22 janvier 2010

Par Thomas Goyette-Levac Soyons clair : je ne suis pas contre le Beach Party. Je n’y suis pas allé alors je ne peux m’exprimer contre. Cependant, il n’en demeure pas moins que la souffrance occasionné par le paiement de 20 $ et celle de se lever à 5h, un dimanche matin, ce qui, néanmoins, constitue un trou dans le budget d’un étudiant, est difficilement comparable à celle que les Haïtiens vivent en ce moment. Cette...

L’archaisme dimensionnel des États-Unis

4 novembre 2011

Nous sommes en 2011. Les ordinateurs sont plus puissants que jamais, les machines sont de plus en plus perfectionnées, les pensées évoluent à un stade que l’on n’aurait jamais pu imaginer. On n’a plus besoins de toucher les toilettes, les lavabos : l’automatisation nous entoure. On contrôle une puissance de calcul formidable du bout des doigts grâce à nos tablettes électroniques, la médecine peut guérir des maux considérés incurables il y a 50 ans......