Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

18 février : Édition spéciale

– Chronique rédigée par Olivier Lorrain, inquiet.

D’emblée, je suis désolé de vous dire que vous êtes tombé sur une édition spéciale de la Chronique Névrotique. Je sais, je sais, je vous connais, vous êtes arrivés à Poly ce vendredi en vous disant : «Qu’est-ce que ma chère chroniqueuse, plus communément appelée Maude, va me raconter aujourd’hui? Où est-elle rendue dans son périple dans le vieux continent?». Avant le départ de notre correspondante à l’étranger, elle avait fait allusion à sa crainte d’aller à Marrakech, au Maroc. Cette crainte était due au fait que son ami Damien, compagnon de voyage, avait rigolé en disant qu’il pourrait la vendre contre une quarantaine de chameaux! Enfin, revenons un peu en arrière, à la dernière Chronique qui relatait leur voyage au coeur de Berlin où la vie était assez belle. Étant ami de Maude et monteur officiel de la page 2, elle m’avait donné son itinéraire avant de partir. J’ai reçu des e-mails de sa part et je peux vous confirmer qu’elle a visité Prague et Barcelone depuis. Samedi le 14 février, elle était supposée partir pour Marrakech et arriver tôt le matin du lundi 16 février, un voyage de 36 heures en autobus via le Détroit du Gibraltar.

Généralement, je reçois un e-mail de sa part le mardi soir ou le mercredi matin pour les instructions du montage de la page 2, mais ce mercredi matin, je n’ai rien reçu. Je lui ai donc écrit une ou deux fois en lui demandant ce qu’il se passait. Je blaguais en demandant si Maude s’était fait vendre contre des chameaux.

Durant le jour, Damien a appelé au Polyscope, nous informant qu’il avait découvert un troupeau de chameaux devant son auberge de jeunesse et qu’il s’était rendu compte en même temps que Maude avait disparu.

Nous avons donc un sérieux problème avec notre correspondante à l’étranger. Damien va s’occuper d’essayer de retrouver les acheteurs et de communiquer avec l’ambassade. En fait, si vous voulez, vous pouvez envoyer vos dons au Polyscope afin que l’on puisse intensifier les recherches. Nous espérons obtenir des nouvelles de Maude et de Damien très bientôt. Vous pouvez aussi envoyer vos sympathies ou vos encouragements à Damien (fortman, ifrance.com) et, pourquoi pas, à Maude (maude.boillot, polymtl.ca).

Aidez-nous!
——————–
Chronique Névrotique suivante : 17

Articles similaires

16 mars : Top 3

19 mars 2004

Parlons peu, parlons bien... Parlons chiottes. Voici, histoire d'être pratique pour une fois, mon top 3 des chiottes publiques les plus propres que j'ai croisées en Europe. Troisième position : Les toilettes du restaurant barcelonais Mikel Etxea (Restaurante/Taberna Vasca). D'emblée, je tiens à mentionner que cette toilette, d'une propreté acceptable mais sans plus, ne se mérite pas la troisième place de mon rigoureux palmarès pour des considérations hygiéniques mais plutôt à cause du génie...

3 avril 2007 : Les trois vecteurs

3 avril 2007

J’aime quand le quotidien me fracasse de petites révélations. Des vérités qui me tombent dessus quand je n’attends plus rien, pour me transcender tout à coup l’existence. Malheureusement, la vie manque de foudre et me laisse la plupart du temps errer dans mon flou coutumier. Je vous présente ma 33e Chronique Névrotique. Je lui ai donné naissance en 2003 et depuis, elle est le maître et moi, l’élève. Aujourd’hui, je lui suis très reconnaissante...

24 août : Au suivant!

27 août 2004

Soyons honnêtes : qu'il y ait ou non un nouveau numéro du Polyscope chaque semaine dans les bacs à journaux du campus ne change strictement rien dans la vie d'au moins 50 % des étudiants de Poly. À quoi sert Le Polyscope alors? À RIEN. À quoi sert la page 2 du Polyscope? À rien non plus. Des articles intéressants, innovateurs, dans des journaux bien ficelés, ça existe déjà à la tonne, alors un...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.