Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

18 février : Édition spéciale

– Chronique rédigée par Olivier Lorrain, inquiet.

D’emblée, je suis désolé de vous dire que vous êtes tombé sur une édition spéciale de la Chronique Névrotique. Je sais, je sais, je vous connais, vous êtes arrivés à Poly ce vendredi en vous disant : «Qu’est-ce que ma chère chroniqueuse, plus communément appelée Maude, va me raconter aujourd’hui? Où est-elle rendue dans son périple dans le vieux continent?». Avant le départ de notre correspondante à l’étranger, elle avait fait allusion à sa crainte d’aller à Marrakech, au Maroc. Cette crainte était due au fait que son ami Damien, compagnon de voyage, avait rigolé en disant qu’il pourrait la vendre contre une quarantaine de chameaux! Enfin, revenons un peu en arrière, à la dernière Chronique qui relatait leur voyage au coeur de Berlin où la vie était assez belle. Étant ami de Maude et monteur officiel de la page 2, elle m’avait donné son itinéraire avant de partir. J’ai reçu des e-mails de sa part et je peux vous confirmer qu’elle a visité Prague et Barcelone depuis. Samedi le 14 février, elle était supposée partir pour Marrakech et arriver tôt le matin du lundi 16 février, un voyage de 36 heures en autobus via le Détroit du Gibraltar.

Généralement, je reçois un e-mail de sa part le mardi soir ou le mercredi matin pour les instructions du montage de la page 2, mais ce mercredi matin, je n’ai rien reçu. Je lui ai donc écrit une ou deux fois en lui demandant ce qu’il se passait. Je blaguais en demandant si Maude s’était fait vendre contre des chameaux.

Durant le jour, Damien a appelé au Polyscope, nous informant qu’il avait découvert un troupeau de chameaux devant son auberge de jeunesse et qu’il s’était rendu compte en même temps que Maude avait disparu.

Nous avons donc un sérieux problème avec notre correspondante à l’étranger. Damien va s’occuper d’essayer de retrouver les acheteurs et de communiquer avec l’ambassade. En fait, si vous voulez, vous pouvez envoyer vos dons au Polyscope afin que l’on puisse intensifier les recherches. Nous espérons obtenir des nouvelles de Maude et de Damien très bientôt. Vous pouvez aussi envoyer vos sympathies ou vos encouragements à Damien (fortman, ifrance.com) et, pourquoi pas, à Maude (maude.boillot, polymtl.ca).

Aidez-nous!
——————–
Chronique Névrotique suivante : 17

Articles similaires

10 novembre : Le rendez-vous

14 novembre 2003

Vous vous apprêtez à lire votre avant-dernière Chronique Névrotique. Je sais, je vous annonce ça un peu brutalement mais dites-vous bien que pour moi aussi, c'est un choc. Étant donné que dire au revoir est un concept qui me mystifie complètement, que j'ai horreur de ça, que je n'ai jamais su comment m'y prendre pour le faire convenablement et que, de toute façon, je n'y crois pas vraiment, j'ai eu l'idée de vous écrire...

17 novembre : Mon entropie mentale

21 novembre 2003

Les physiciens Clausius et Boltzmann ont développé des équations sur l'entropie, l'indicateur du désordre dans un système. L'entropie d'un système isolé ne peut que croître. J'ai appris ça dans mon cours de thermo et, franchement, ça m'étonne pas. Prenez mon appartement par exemple. Mon appartement a vraiment l'air d'un système isolé et, effectivement, depuis deux ans, son entropie ne fait que croître. En d'autres mots : c'est vraiment l'bordel chez moi. Un bordel grandissant....

19 janvier : Relish et raffinement

23 janvier 2004

Je suis restée un peu perplexe de constater que tout ce qui me sera essentiel en voyage tient dans un sac à dos de 65 litres que je n'ai vraiment pas l'intention de remplir complètement. Et encore là, «essentiel», faut l'dire vite. C'est vrai, sur les 65 litres, il y a plusieurs millilitres qui sont loin d'être essentiels, comme par exemple les 875 millilitres de relish que j'apporte pour offrir au Grand Dam. Le...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.