Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

11 janvier : Hors-saison

Faudrait peut-être que je vous informe un peu. Je pars en voyage dans quelques jours. En Europe. Désolée auprès de ceux qui, à la lecture de cette nouvelle, se réjouissent en pensant que ce voyage signifie la fin de la Chronique Névrotique. Hé non. Je pars mais la chronique reste. Je ferai parvenir mes textes de là-bas. Hé oui. Tarek-Mon rédac chef veut déjà faire de moi une correspondante à l’étranger. Je ne suis même pas certaine de «chroniquer» convenablement qu’il faut déjà que j’apprenne à correspondre… à l’étranger en plus. Mais bon, si je commence à me demander à quoi doit correspondre une correspondante, on s’en sortira pas. Je vais donc partir et on verra bien. Je crois que la Chronique Névrotique se teintera d’elle-même de l’étranger.

Je ne sais pas si c’est depuis que j’ai eu des problèmes de chauffage mais j’ai peur d’avoir froid en voyage. C’est vrai, c’est l’hiver, même en Europe. Un peu hors-saison pour voyager… C’est d’ailleurs ce que mon père se tue à me répéter : «Tu vas te les geler là-bas, je comprends pas pourquoi tu pars à cette période de l’année!». Sauf que, voyez-vous, quand vous décidez de donner du temps au Polyscope, vous courez la chance de rencontrer un Français en échange qui se fera un plaisir de vous donner d’excellentes raisons de partir en voyage avec lui à la fin de votre bac plutôt que de commencer tout d’suite à vous chercher une job… J’ai donné de mon temps au Scope et… j’ai gagné faut croire. Oui, j’ai frappé le jack pot : Le Grand Dam. Damien, de son prénom, mais je l’appelle Le Grand Dam, à cause de sa grandeur d’âme, certes, mais aussi pour l’emmerder gentiment… De toute façon, je ne risque rien à l’emmerder un peu car, du haut de ses trois pommes (bon ok, disons quatre pour lui faire plaisir…), il ne peut pas vraiment m’ramasser…!

Reste ce problème de saison qui n’est pas idéale pour partir se balader en Europe. Je sais que ce ne sont pas les – 40 qu’on a récemment connus ici qui m’attendent là-bas mais… quand même… j’ai peur d’avoir froid, toujours dehors à me promener. Aux grands maux les grands moyens, j’ai donc acheté des belles-belles combines pour mettre en dessous de mes pantalons. Ouais, des belles combines BEIGES! Pourtant, y’en avait des pas si pires, des noires, moins quétaines, moins atroces. Mais on m’a expliqué que les noires, elles ne gardent pas la chaleur. Celles qui conservent la chaleur, ce sont les beiges. Beige-tafiolle, pour les p’tites faiblardes comme moi qui ont peur d’avoir froid… C’est donc armée de mes combines Varitherm – High Performance que je partirai, même si mon père me dit que j’ai la tête dure. Ah oui, j’ai également acheté des bas de laine Smartwool – Fibre miracle – 100 % laine de mérinos de catégorie fine. L’Europe-En hiver n’a qu’à bien s’tenir.

MAUDE – «La mer, quand même, dans ses rouleaux, continue son même thème… sa chanson vide et têtue… pour quelques ombres perdues sous des capuchons… On doit être hors-saison…» – BOILLOT
——————–
Chronique Névrotique suivante : 284




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.