Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Bye Bye Londres!

Départ de notre deuxième Auberge à Londres, toute notre équipassion sur le dos. Nos pas sont lents et lourds et notre objectif, flou.

Ce soir on veut dormir dans un autobus qui se rendra en Ecosse. On marche jusqu’à une agence de voyage qui nous vend des billets d’autobus. S’être pris en avance on aurait pu avoir pour beaucoup moins cher un billet de train. Mais tsé quand t’es jeune et riche…

Nous mangeons enfin notre premier Fish n’ Chips. Très décevant. Côté bouffe, on est pas au bout de nos peines, les Écossais se font exciser les papilles gustatives à la naissance. Nous arrivons ainsi très déboussolés et désemparés ce matin en Écosse. L’accent des Écossais est incompréhensible… mais ils sont si gentils! Sérieux on les adore!!!

C’est alors que nous sortons du bus à la recherche d’un hôtel de jeunesse. C’est à ce moment précis, alors que nous n’étions pas tout a fait réveillés, que Gordon (prononce a l’Anglaise) entre dans notre vie. Ce vieil homme nonchalant, bedaineux, conduisant une vieille Renault et marchant rapidement mais à très petit pas nous demande si nous cherchons un hôtel . Méfiants, nous répondons que oui. Ils nous dit de le suivre, que lui et sa femme ont des lits à coucher et qu’il peut nous recevoir pour 15 Livres ce soir, with breakfast and lift. On se regarde…pourquoi s’en méfier? Aussitôt entrés a bord, le vieille homme nous fait lire des livres de commentaires. Ceux-ci contiennent des centaines de commentaires de jeunes comme nous qui lui ont fait confiance et ont été dormir chez lui. Il y en a même du Québec!! Nous commençons à avoir de plus en plus confiance, et il est super gentil.

Image article Bye Bye Londres! 9

Il nous fait alors faire le tour de la ville…WWOOOW! On n’a jamais vu une ville aussi belle. À perte de vue : les montages écossaises. Tout est calme, si caaaalme! On est à 100 milles lieu de Londres (stressante et bruyante et polluante). Il nous offre un déjeuner écossais. Un gruau. Mais attention…quel Gruau! Nous en avons des hauts le coeur rien que d’y penser. Une fois l’eau ajoutée, Gordon enneige le gruau d’une surdose de sel, on voit de petites montagnes se former sur le gruau et dans nos artères. Du lait, mais aussi une bonne lampée de Whisky viennent assombrir ce qui semblait être une belle journée. «If aillem not Drrounk, I’ll drrive you gays to cloubs and pobs at heat o clohk.»

Image article Bye Bye Londres! 8

Image article Bye Bye Londres! 10

On s’est promené et on a choisi un enthousiaste petit bar pour fêter le jour de L’Australie au son du Karaoké. Les chapeaux de paille Foster’s sont une gratuité très appréciés! Une bière et on fini notre soirée dans un autre pub beaucoup plus calme avec de la musique authentique Live. On essaie le plus-moins cher des Whiskys. Les gens sont volubiles et très sympathiques, on se fait conseiller pour l’Irlande et Amsterdam.
La bouche ouverte, Renaud réalise que les Canadiens jouent contre les Maple Leafs sur tous les écrans de télévision. Un peu con, il va voir le gars avec un T-shirt du Canadien en lui criant:
« -Hey, tu viens de Montreal, c’est cool, moi aussi, je suis vraiment content deeee…
-No Toronto.
-Oh! »
Mais le gars aime les Canadiens plus que nous tous, quand Toronto a compté un but il est parti! On a eu comme explication que le gérant du bar est Canadien. Aux toilettes, on a vu pour la première fois de notre vie une machine distributrice à Vibrateurs! Une laveuse sécheuse aurait été plus utile compte tenu de notre niveau de propreté.

Image article Bye Bye Londres! 11Le vendredi matin nous nous levons en retard, mal de tête et de coeur en prime. Après un déjeuner gras, nous devons être à 8h à l’autobus pour un tour guidé des Highlands, tour qui nous aura permis de découvrir les plus beaux paysages de notre vie. Le chauffeur est très drôle, il est bien gras comme tous les Écossais et n’en finit plus de faire des blagues, tout en gardant chaque fois son sérieux. De 8h à 20h, il nous parlera de l’histoire de son pays. Ici, nous nous arrêtons sur le bord de la route pour admirer un paysage sur 360 degrés, composé uniquement de hautes montagnes. Au pied de celles-ci, de larges troupeaux de moutons.

Image article Bye Bye Londres! 13

Là-bas, nous arrêtons visiter les ruines d’un château millénaire, qui a élu domicile sur le bord du Loch Ness. Malheureusement, le monstre du Loch Ness ne s’est pas montré cette journée-la non plus. Un peu plus loin, nous croisons les montagnes et plaines qui auront servi de décor à Bravehart, puis celles qui peuvent être aperçues dans Harry Potter. De retour à la maison, notre Whisky nous attends.

Image article Bye Bye Londres! 12

Tôt le matin nous quittons Gordon et son hospitalité. Nous voyageons en classe «Super Economy » , dans un train Virgin (et oui, la compagnie qui appartient à ce multi-milliardaire Anglais freak show-off). Ce beau petit trip nous aura coûté 46$ CAN chaque. Nous devons souvent changer de train , mais qu’importe.

Vers 11h00, Renaud panique! Il voit le nom d’une gare où l’on doit transférer, mais on accélère et la quitte. On s’était endormis. Renaud était tellement fâché contre lui-même que ça déborde sur Éric. Avec de gros yeux il dit.
«-Tu dormais!
-Ben, je somnolais.
-Pis tu savais pas qu’il fallait débarquer?
-Non»
C’est ce qui se passe quand t’as tellement honte de t’être endormi toi-même avec ton iPod dans le tapis. On se prépare à engueuler la pauvre étudiante qui travaille pour Virgin en lui disant qu’on a payé pis qu’on a pas compris avec leurs gros accent où il fallait débarquer. C’est pas cool, mais faut qu’on se rende! Finalement, comme si nous avions demandé où était les toilettes, à la station suivante on nous pointe le quai qui va faire la même affaire et même arriver avant! L’Europe a un réseau tellement développé! On dirait Internet, mais avec des trains!

Semaine prochaine…Irlande, Guiness et Guirlandes.

Mots-clés : Éric et Renaud (9)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Révolte de l’opprimé

17 mars 2006

La Révolte de l’opprimé C’est en émergeant d’une nuit agitée des cauchemars les plus terrifiants, ponctuée de frissons spasmodiques et de délirs fievreux, que l’étudiant lambda de l’École Oméga Limited Tous Droits Réservés dont on taira les noms respectifs pour des raisons évidentes que l’on ne mentionnera pas non plus puisqu’elle le sont, s’apprête à effectuer résigné son petit trajet quotidien vers les hauteurs du Mont-Royal. Mais ce que cet étudiant ignore encore, ô...

Ce qui vous attend en 2006

31 janvier 2006

Janvier : Comme une odeur de soufre Placé sous le signe astral du putois, le mois de janvier nous réserve des surprises malodorantes. La puanteur commence à gagner les foyers des honnêtes gens lorsque les trottoirs de la ville finissent par avoir mauvaise haleine tellement le nombre d’exclus et de sans-abri est élevé. Heureusement, Météomédia prévoyant un rude hiver, ces derniers seront assurément moins nombreux au printemps, ce qui rassure l’ensemble de la population....

Volume 39, fin

31 mars 2006

Dernier numéro régulier pour le Scope cette année. Sans doute mon dernier en tant qu’impliqué, après plus de 70 parutions à mon actif dans la bulle technique. Directeur de correction, directeur, chef de pupitre (un an, puis un autre par intérim), simple membre, voilà près de trois ans que je regarde défiler les âneries irresponsables de cette belle équipe. Mais aussi le contenu sérieux, les scandales, les kapotés, tout du meilleur au pire. Souvenirs......