Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Publicité ou commandite?

Contrairement à ce que certains graffitieurs polytechniciens peuvent croire, il existe une différence majeure entre les concepts de ‘commandite’
et de ‘publicité’.

En effet, selon Le Petit Robert, la publicité est «le fait de faire connaître (un produit, un type de produits) et d’inciter à l’acquérir». C’est, par exemple, ce qu’on retrouve dans Le Polyscope et qui permet, puisque les publicitaires paient, de payer les frais d’impression de ce journal. Une commandite, par contre, c’est un régionalisme québécois qui désigne le fait, pour une entreprise, de financer une activité moyennant une certaine visibilité.

La grande différence entre les deux, c’est l’intention : alors que la commandite est une forme de charité, la publicité est une transaction commerciale intéressée.
Nuance claire, mais un peu subtile pour les esprits obtus.

Articles similaires

Mot des dirlos

23 mars 2007

C’est avec bonheur et tristesse que nous vous écrivons ce dernier mot. Bonheur car après toutes ces années de dur labeur, nous entrevoyons enfin la lumière au bout du tunnel... et pour une fois, ce n’est pas le train qui vient nous frapper! Tristesse car bientôt nous devrons débourser plus d’1,50$ pour une cervesa bien fraîche. Au fil des ans, Le Polyscope nous a permis de développer un esprit cynique et une auto-dérision de...

Hyponyme

3 mars 2006

Selon le Petit Larousse, terme linguistique : terme dont le sens est inclus dans le sens d’un autre, qu’on appelle hyperonyme. Beaucoup de mots peuvent ainsi être hyponymes d’autres mots qui les englobent. Par exemple, voilier est un hyponyme de bateau. Marteau l’est de même pour outil. Notre ami Roger, assez agassé par l’insipidité des mots que nous lui prêtons, me disait qu’il allait écrire une chronique dans nos pages, qui « porterait un...

Le Polyscope, 41 ans d’histoires

10 octobre 2008

Le Polyscope, prix de consolation Perdant aux élections de l’exécutif de l’AEP, Raymond Cyr noya sa peine en créant une plate-forme pour débattre des idées au cœur des préoccupations étudiantes. Des volontaires rejoignèrent sa cause et en automne 1967 fut créé un organe de révolte désirant se substituer à un concurrent jugé trop institutionnel: Le Poly-Tek, publié par l’administration de l’École. Raymond Cyr confia donc sa vision du journal à son colocataire, étudiant à...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

… et Christophe Mali!

24 février 2006

Hey bien oui, votre chroniqueur préféré rapplique de nouveau cette semaine avec une chronique double! Puis, toujours dans la veine «Mais que sont devenus vos artistes souterrains?», on enchaîne avec le défunt chanteur de Tryo, un autre groupe qui a fait les frais d’une succulente chronique il y a quelques semaines... Êtes-vous au courant? Non? je vous pris donc de vous asseoir et de sortir la boîte de mouchoirs. Tryo, ce cher groupe français,...

L’avenir des langues à Poly

3 février 2006

Le jeudi 26 janvier était organisé à l’amphithéâtre Bell un débat ouvert à tous sur la maîtrise des langues étrangères à Polytechnique. Annoncé plus d’un mois à l’avance par des courriels envoyés à tous les étudiants ainsi qu’à l’aide d’affiches, on aurait pu croire que ce débat aurait intéressé un nombre important d’élèves soucieux de leur avenir, mais comme vous pouvez l’imaginer tel n’a pas été le cas. En effet, seule une mince poignée...

Extraverti

10 février 2006

Selon le Petit Robert, adj., qui est tourné vers le monde extérieur. Tel une fl eur de tournesol est tournée vers le soleil, un être extraverti a comme qualité de porter tout haut ses émotions, de les crier à fl eur de peau, de les vivre sur son front. La définition scientifique de cet adjectif implique que le sujet a tendance à avoir une vie sociale particulièrement dévergondée, tombant même parfois dans un hédonisme...