Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Scymbratules Xérophages

Je me creusais la tête depuis quelques jours pour trouver un sujet qui colle à l’actualité. J’ai pensé parler de l’actuel maire (socialiste) de Paris, M. Delanoë. C’est le seul homme politique français, jusqu’à maintenant, qui ait avoué son homosexualité (NDLA : Le terme « avouer » est peu être mal choisi vu l’absence de délits). Toujours est-il que cela ne lui a pas porté chance cette nuit du 06 octobre à 2H30 a.m : ce fut à ce moment qu’il fut poignardé lors d’une réception à l’hôtel de ville… Le responsable, un informaticien de 39 ans vivant chez ses parents (et déjà fiché par la police) fut immédiatement arrêté. Il déclara qu’il n’aimait pas « les homosexuels et encore moins les politicards ». M. Delanoë passera une semaine de repos à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Mais que dire de plus ? Tout est dit, reste la paraphrase. C’est sans doute pour cela que l’info fut considérée par les journaux de la télévision publique québécoise comme un fait divers de la même importance que celui de ce si joli petit cochon Edgar violenté par le grand méchant loup alias le propriétaire.

J’ai pensé poser la question de la sécurité offerte par la rampe au bas des escaliers de Poly. Poser la question de l’utilité d’avoir installé des grillages (moins esthétiques que coûteux). Poser la question de la cohérence d’avoir monopolisé des gardiens pour obliger les piétons à passer en zone dangereuse avec en parallèle un homme du chantier pour les camions afin de limiter les risques d’effondrement. Poser la question du coût à long terme de ce gardiennage collectif face à celui des travaux de maintenance. Poser la question du lieu de parcage du gardien anti-camion de plus de 1.7t (qui est parfois sur le pont). Poser la question du choix anti-camion. En effet, le poids limite est celui d’une voiture moyenne, alors que se passe-t-il si 4 voitures sont en même temps sur les deux voies ? Poser la question, juste pour rire, de savoir comment des secours font pour venir à Poly avec les travaux et la rampe. De savoir si les pompiers ou les ambulanciers connaissent les risques (Mardi, j’ai vu une ambulance passer la rampe) ? Mais au fond, ces questions ne serviront à rien, elles n’auront pas de réponse.

J’ai pensé parler d’héma-Québec qui refuse le sang Européen de moins de 6 mois. Motif : Contact possible avec la vache folle. Certes, le motif est noble : invoquer le principe de précaution. Cependant, il faut savoir que la forme humaine de cette maladie s’appelle la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Elle ne concerne qu’un européen sur un million par an.On ne sait pas si les risques de transmission par voie sanguine sont effectifs. D’un autre coté, elle n’est pas guérissable, donc, si quelqu’un a du sang contaminé, il le reste toute sa vie. Mais que dire alors de ce choix fait par héma-Québec ? Qu’il reste branlant entre deux chaises ? Qu’il est influencé par un ancien scandale ? Qu’il faut bien se protéger juridiquement mais qu’il faut bien du sang froid dans ce métier ? Et alors, pas de quoi fouetter un article. De plus, j’ai horreur de critiquer les organismes qui agissent pour une cause en laquelle je crois. Une seule solution, l’autocensure.

J’ai pensé parler des centaines (voire milliers) d’irakiens qui sont provisoirement sauvés par la crise économique des États-Unis. Tenter de comprendre ce que peut penser un citoyen moyen qui sait que sa vie n’a tenu qu’à la chute du dollar. Je me suis repris. Ou plutôt, Matthieu Cloutier, Nôtre Vénérable Rédacteur En Chef, m’a censuré. « Pas de politique économique à l’eau de rose » a-t-il dit. Il a bien raison, mon chef. C’est quand même quelqu’un de bien. L’AEP peut être fière de lui…

J’ai donc regardé la télévision. Rien de mieux pour se creuser la tête, enfin, rien de mieux après la lobotomie… Voici donc le sujet de la semaine : Les scymbratules xérophages. Ces petits animaux sont très repoussants. Ils ont dix-huit pattes et demie, ont une peau grise écailleuse et gluante. Leur cri est le mamniste (NDLR : le mamniste se crie « maman-maman »). C’est pourquoi, nous les laissons vivre leur vie au fond de l’Océan Atlantique par 7000m de fond. Parfois pour rire, tels des shadocks maritimes, ils vident l’océan en pompant l’eau de mer du fond vers la surface, créant ainsi, quelques phénomènes, que récemment expliqués, tels que les marées, les courants ou les vagues… Je propose donc que l’on les protège des poignardeurs fous en dressant des grillages flottant autour de l’océan. Je propose aussi qu l’on ne transfuse point d’eau chez eux car cela risquerait de leur créer un effet de crise. Notre monde étant un peu fou, gardons-le pour nous, ces malheureuses n’ont pas mérité ça…




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

La véritable histoire de Mary Jane Parker Watson

4 octobre 2002

Par Seung Kyu Mary Jane Watson-Parker (rôle joué par Kirsten Dunst) est la fille de Philip et Madeline Watson. À cause des mutations successives de son père, un professeur d'université, Mary Jane s'est forgé une personnalité gaie et extravertie pour se faire des amis partout. Sa bonne humeur était aussi un moyen d'échapper à la mésentente familiale due à l'alcoolisme de son père. Sa mère finit par quitter le domicile conjugal en emmenant Mary...

Le minimum du minimum

14 mars 2003

Votre dernier stage vous a permis de vous coller quelques dollars et vous en avez marre du transport en commun ? Songeriez-vous à faire l'acquisition d'un véhicule automobile ? Neuf ? Si vous avez répondu « oui » à toutes ces questions, cet article s'adresse à vous. On utilise généralement le transport en commun par obligation et rare sont les gens qui l'utilisent uniquement par conscience sociale. Malgré les problèmes croissant de congestion des...

Nalimov ou l’art d’avoir toujours raison

19 septembre 2002

Tout le monde s'est déjà posé la question suivante : pourquoi diantre les ordinateurs ne sont pas encore capables de jouer à la perfection ? Il serait facile, croit-on, de rentrer toutes les positions possibles en mémoire et ainsi créer une base de données qui serait virtuellement invincible. En effet, une telle base de données pourrait, par transposition, analyser directement les conséquences d'un coup jusqu'à la toute fin de la partie. Et bien, je...