Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Saint-Valentin

C’est l’époque pour les cyniques ou les jaloux de dire que peu importe les sentiments, le plus important en ces temps est de vendre de l’amour comme on vend des roses. Je résisterai pour une fois aux cyniques, je veux défendre la Saint-Valentin. Je verse volontiers dans les discours amoureux. Les parjures des amoureux, dit-on, font rire Jupiter. Laissons le rire, et écoutons l’écho ici-bas. On ne rit pas impunément des amoureux d’aujourd’hui.

Comme il doit être sinistre aux oreilles des amoureux perdus, le rire de cette étoile que l’on croyait bonne. Comme elle doit paraître excquise pour d’autres, cette journée où l’on entend le vent porter là où bon lui semble les murmures des amants, ces chuchotements faits pour être glissés au creux d’une oreille aimée et s’éteindre presque aussitôt dans le secret des nuits.

Jupiter peut bien rire ! Qui a besoin du jour pour aimer ? Si l’amour est aveugle, il ne s’en accorde que mieux avec la nuit.

C’est ainsi fait… à mettre en exergue le sentiment amoureux partout, on le sent à fleur de peau, tout autour.

Ou peut-être est-ce juste mon imagination, qui me fait voir partout le clair-obscur que jette chaque couple sur son passage. Peu m’importe, l’espace d’une journée, être amoureux est à la mode, et toute âme sœur se sent confiée l’amoureux devoir de fêter son amour. Un peu comme s’il fallait une permission pour offrir la fleur rouge, ou une convention pour dire les mots bleus.

Jupiter peut bien rire de moi ! Quels amants ont besoin d’un permis pour s’aimer ? Pour faire leurs amoureux devoirs, les amants y voient assez bien à la seule lueur de leur beauté.

Tout cela n’a rien de neuf, l’amour a quelque peu ses rites universels. Depuis longtemps. Ce sont les amoureux qui font leurs codes personnels. Et puis il reste toujours les originaux qui refusent l’engouement peu naturel pour les je t’aime synchronisés. Sûrement ont-ils raison : à fêter l’amour, l’amour y perd. Quelle spontanéité, quelle créativité quelle personnalité dans une Saint-Valentin ? Un jour spécial pour tout le monde n’est particulier pour personne.

Moi je pense que l’original se trompe. Qui veut célébrer la Saint-Valentin ? Je n’en connaît que des qui fêtent leur(e) Valentin(e). Il n’y a aucune impersonnalité à fêter son amour, celui qu’on a bâti soi même.

Ceux qui voudront pourront me croire victime du consumérisme. Que font les critiques à l’homme amoureux ? Elle est un peu là, dans cet égoïsme profond, la limite à ce jour. Ceux qui le fêtent ne savent que trop bien se mettre à part de ceux qui ne le feront pas. Jupiter peut bien rire de moi ! Quel amoureux a besoin des étoiles ? j’ai auprès de moi une lumière plus douce et plus brillante encore. Je prends toutes les critiques des sceptiques et les échange pour ces yeux bruns légèrement en amande qui m’ont fait oublier que le reste existe.

Un petit merci à Shakespeare et Hugo, oncle et neveu.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Colonne éditoriale

31 octobre 2003

La semaine passée, je faisais irrévérence en lançant en queue de poisson un sujet que je survolais vaguement. Les contraintes extérieures faisaient en sorte que j'étais limité en longueur, et j'ai tâché de résumer du mieux qu'il m'était donné de le faire. Encore une fois, je me retrouve un peu serré, mais je vais simplement éviter de faire trop de digressions, et finir une introduction déjà trop longue. Charest, ce bon vieux démagogue qui...

Hétéroclites

4 octobre 2003

Actualités hétéroclites pour cette semaine… Entre le Gala Forces Avenir, les Journées Carrières et les concours, pas de repos. Effectivement, certaines semaines, l'agenda est comme plus chargé qu'à l'ordinaire. Pour le Polytechnicien type, cette semaine passait par le foyer du 2e étage et les Journées Carrières. D'autres étudiants se préparaient dans leurs comités pour d'autres événements : le Gala Forces Avenir, où trois comités de Poly sont à l'honneur, et la mise en candidature...

Boléro et autres lumières sur Ravel

27 février 2004

Montréal aura attendu plus d'une dizaine d'années le retour du Ballet de l'Opéra de Lyon, le temps que celui-ci se forge une renommée mondiale en étant la compagnie française la plus fréquemment en tournée. À la tête du Ballet depuis 1987, Yorgos Loukos a de quoi être fier. Invitée dix-neuf fois à New York (jusqu'à deux fois par année), la compagnie a « plus de succès à Paris qu'à Lyon, et plus à New...