Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mi figue, mi raisin, mi gréviste

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d’une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l’assemblée générale (…)

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. Je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d’une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l’Assemblée Générale.

Tout a commencé, en fait, pendant la relâche. Les premiers mots d’ordre grévistes arrivaient dans les boîtes aux lettres aux alentours du Jeudi 24. Mais voilà, Compétition Canadienne d’Ingénierie et congrès de la FEUQ passant par là, nos représentants n’ont pas réagi au quart de tour. Une semaine tranquille plus tard, ces mêmes boites aux lettres saturaient de messages, d’élèves, de partisans, d’opposants. Les grévistes se comptaient par dizaines de milliers, et nous, n’avions pas de position officielle. En fait, cela n’était pas tout à fait vrai, le CA de l’AÉP avait déjà décidé que, lui même, ne poserait pas de motion pour convoquer une assemblée générale extraordinaire au sujet du mouvement étudiant. Une façon, non pas de nier la sympathie des Polytechniciens au mouvement, mais d’exprimer que la sympathie, en l’état, n’irait pas plus loin. Imaginez-donc ce que tout le monde a pu lire dans cette attitude. Entre le Quartier Libre qui a tiré à plusieurs reprises sur nous (aussi bien que sur les HEC), ou d’autres organes de presse qui remarquaient (saluaient serait trop politisé) cette position timorée, les préjugés ont vite fait surface. Quels préjugés ? Mais ceux du Polytechnicien libéral ou apolitique, élitiste et indifférent. Et c’est bien en ces termes là que la question s’est posée à nos représentants : passer pour les riches élitistes indifférents ou joindre un mouvement sans garantie claire que la direction des études serait clémente envers les grévistes. Mercredi soir encore, l’AÉP n’avait pas d’engagement clair de la direction de l’école à ce sujet.

Faut-il alors envoyer les élèves à la grève comme on les envoie au front… sans toujours savoir comment ils rentreront ? Tout cela pour une question d’image ? Faut-il laisser le libre arbitre de chacun s’exprimer, quitte à manifester, sans déclarer de grève. Étant donnés les errements de notre position officielle, faut-il marquer un grand coup, en sautant le juste milieu qui sépare la grève de la grève illimitée ? Car il faut bien dire qu’en face des déclarations de plusieurs départements, qui reconduisent leur mouvement à coup de semaine (non pas de jour), la décision de Poly apparaît bien terne. Autant il y a une semaine, elle aurait été accueillie avec étonnement, autant depuis, la pression a monté d’un cran. Il ne faut pourtant pas négliger que cette décision est une première dans les annales de l’école. En ces termes elle contrastera d’autant plus avec la vision traditionnellement à droite qu’on nous prête. Pour continuer dans les contrastes, il faut bien avouer que la décision est d’autant plus courageuse que des intras restent à venir. En même temps, je doute que l’école décide d’annuler une session pour 24 heures de grève… Alors, on ne m’ôtera pas de l’idée que cette grève est un peu inachevée. Les risques encourus, sur 24 heures, sur bien faibles… les chances qu’elle soit reconduite sont plus que faibles (convoquer une AG du jour au lendemain, hmmmm… non !). Les partisans de la grève, je pense regretteront surtout le retard à l’allumage de l’AÉP. Les autres pourront se consoler en arguant que cette grève n’est qu’une demie mesure, à l’heure ou tous font preuve d’une détermination à toute épreuve.

L’occasion de rappeler à tous que, selon les statuts de l’AÉP, une déclaration signée de quelques dizaines d’étudiants peut provoquer une AG, ou tu du moins, un point au CA. C’est peu de monde pour beaucoup de bruit.

Articles similaires

CCCP Beenox’88: Un succès sans précédent!

11 février 2008

Le samedi 19 janvier 2008, l’École Polytechnique a vécu un évènement spécial durant lequel 6 universités se sont disputées les premières places de la compétition de codage CCIP Bennox’08 organisée par IEEE-Poly. Après la réussite de la 1ère édition à l’université de Sherbrooke (CCIS Beenox), voilà que c’est au tour de Polytechnique de rééditer le succès avec la CCIP Beenox’08. Cette édition s’est démarquée par une organisation exceptionnelle qui a été fortement appréciée aussi...

Rant contre le PolyRant

29 novembre 2007

La semaine passée, nous avons été « choyés » par la présence d’un premier PolyRant dans notre feuille de chou. Cette nouvelle édition du courrier des lecteurs, qui relève plus d’un ramassis de plaintes mal réfléchies et rédigées, m’a énormément déçu au niveau du contenu et du format. En effet, je retrouve deux problèmes majeurs dans ce nouveau système, soient la lâcheté des accusateurs qui n’osent dévoiler leur vrai visage, et l’inutilité des plaintes....

Bonjour et bonne année 2008 !

30 janvier 2008

Par Alexandre Cloutier-Boutin Afin de bien commencer la nouvelle année, voici quelques nouvelles relatives aux services de l’AEP, ainsi qu’un survol de ce que votre association continue de vous offrir comme services gratuit et toujours aussi utiles grâce au travail de nombreux étudiants qui continuent de s’impliquer. Aramark Vous pourrez sans doute profiter de l’arrivée d’un nouveau chef pour la nouvelle année ! En effet, celui-ci amène son lot de nouveauté dans les différents...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Un petit historique de l’AEP et de la vie étudiante

22 février 2013

Par François Corriveau Conseiller, 2002-2004 Vice-président à l’externe, 2004-2005 Président, 2005-2006 Président d’assemblée, 2006-2008 Gouverneur, 2007-2010 Avant l’AEP… 125 ans d’implication étudiante (1873-1920) • 1873 : Fondation de l’École de sciences appliquées en novembre. • 1874 : Première session en janvier… trois professeurs formeront les sept étudiants admis. • 1876 : L’École emménage dans un bâtiment conçu pour elle et prend le nom d’École polytechnique de Montréal. • 1890 : Formation du Comité social...

Les ingénieurs font autre chose que boire

1 octobre 2010

Par Maxime Ouellet-Payeur La Confédération pour le rayonnement étudiant en ingénierie au Québec (CRÉIQ) est un regroupement d’associations étudiantes représentant les étudiants en ingénierie du Québec. Composé de 13 associations membres qui regroupent quelque 17 000 étudiants, la Confédération se veut un moyen d’unir les étudiants en génie. La CRÉIQ est le représentant offi - ciel des étudiants en ingénierie auprès de l’Ordre des Ingénieurs du Québec (OIQ), du Réseau des Ingénieurs du Québec...

Action, réaction, surréaction

6 novembre 2016

Ou comment les médias de masse, en voulant dénoncer des propos qui leur semblent intolérables, se font prendre au piège du commentaire de commentaire vide d’intérêt, et donnent incidemment un coup de projecteur indésirable à des personnes qui n’en valent...