Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mi figue, mi raisin, mi gréviste

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d’une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l’assemblée générale (…)

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. Je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d’une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l’Assemblée Générale.

Tout a commencé, en fait, pendant la relâche. Les premiers mots d’ordre grévistes arrivaient dans les boîtes aux lettres aux alentours du Jeudi 24. Mais voilà, Compétition Canadienne d’Ingénierie et congrès de la FEUQ passant par là, nos représentants n’ont pas réagi au quart de tour. Une semaine tranquille plus tard, ces mêmes boites aux lettres saturaient de messages, d’élèves, de partisans, d’opposants. Les grévistes se comptaient par dizaines de milliers, et nous, n’avions pas de position officielle. En fait, cela n’était pas tout à fait vrai, le CA de l’AÉP avait déjà décidé que, lui même, ne poserait pas de motion pour convoquer une assemblée générale extraordinaire au sujet du mouvement étudiant. Une façon, non pas de nier la sympathie des Polytechniciens au mouvement, mais d’exprimer que la sympathie, en l’état, n’irait pas plus loin. Imaginez-donc ce que tout le monde a pu lire dans cette attitude. Entre le Quartier Libre qui a tiré à plusieurs reprises sur nous (aussi bien que sur les HEC), ou d’autres organes de presse qui remarquaient (saluaient serait trop politisé) cette position timorée, les préjugés ont vite fait surface. Quels préjugés ? Mais ceux du Polytechnicien libéral ou apolitique, élitiste et indifférent. Et c’est bien en ces termes là que la question s’est posée à nos représentants : passer pour les riches élitistes indifférents ou joindre un mouvement sans garantie claire que la direction des études serait clémente envers les grévistes. Mercredi soir encore, l’AÉP n’avait pas d’engagement clair de la direction de l’école à ce sujet.

Faut-il alors envoyer les élèves à la grève comme on les envoie au front… sans toujours savoir comment ils rentreront ? Tout cela pour une question d’image ? Faut-il laisser le libre arbitre de chacun s’exprimer, quitte à manifester, sans déclarer de grève. Étant donnés les errements de notre position officielle, faut-il marquer un grand coup, en sautant le juste milieu qui sépare la grève de la grève illimitée ? Car il faut bien dire qu’en face des déclarations de plusieurs départements, qui reconduisent leur mouvement à coup de semaine (non pas de jour), la décision de Poly apparaît bien terne. Autant il y a une semaine, elle aurait été accueillie avec étonnement, autant depuis, la pression a monté d’un cran. Il ne faut pourtant pas négliger que cette décision est une première dans les annales de l’école. En ces termes elle contrastera d’autant plus avec la vision traditionnellement à droite qu’on nous prête. Pour continuer dans les contrastes, il faut bien avouer que la décision est d’autant plus courageuse que des intras restent à venir. En même temps, je doute que l’école décide d’annuler une session pour 24 heures de grève… Alors, on ne m’ôtera pas de l’idée que cette grève est un peu inachevée. Les risques encourus, sur 24 heures, sur bien faibles… les chances qu’elle soit reconduite sont plus que faibles (convoquer une AG du jour au lendemain, hmmmm… non !). Les partisans de la grève, je pense regretteront surtout le retard à l’allumage de l’AÉP. Les autres pourront se consoler en arguant que cette grève n’est qu’une demie mesure, à l’heure ou tous font preuve d’une détermination à toute épreuve.

L’occasion de rappeler à tous que, selon les statuts de l’AÉP, une déclaration signée de quelques dizaines d’étudiants peut provoquer une AG, ou tu du moins, un point au CA. C’est peu de monde pour beaucoup de bruit.

Articles similaires

Fin de session

17 novembre 2006

Je n’aime rien comme la fin de session. J’adore m’enivrer de son doux parfum, me délecter de l’impression fugitive qu’elle me procure le temps d’après, d’après la session, celui où je m’étale en prélat de la farniente sur mon canapé de velours dans une atmosphère empreinte de fragile tranquillité. Mais combien cher est le prix de cette paix que j’appelle de tous mes vœux ! Que de nuits blanches passées à réviser mes notes,...

Déménagement

4 septembre 2001

Par Maxime-Olivier Beaudouin Les cours sont commencés depuis quelques jours et votre horaire affiche des locaux commençant par D. Alors vous faites partie des heureux élus qui ont des cours au pavillon Decelles. Si vous êtes en génie informatique, il y a même des chances que vous passiez quasiment tout votre temps dans l'ancien bâtiment des HEC. Vous vous demandez alors sûrement à quels services vous avez accès et quels impacts ce déménagement aura...

Le polytechnicien antisocial

19 septembre 2003

Les énoncés les plus saugrenus sont souvent le fruit d'un assemblage homogène et cohérent d'idées disparates que le hasard a uni dans un esprit destructuré. On me suit ? Les conditions ayant été réunies en ma personne, voici comment je construis cet énoncé fort simple qui recèle une partie de la vérité qui anime le monde - ici, on se restreindra à Poly - : le polytechnicien est anti-social. Partons d'une anecdote très récente,...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Enfin !

7 novembre 2008

Le charisme, l’honnêteté, le travail, la popularité, l’engouement national voir international ont balayé la couleur de peau d’un candidat. New York City, il est 18h et les premiers bureaux de vote de l’Indiana se ferment. Aux abords du Rockefeller Center, une foule immense se masse devant les écrans des chaînes d’information MSNBC et NBC. Une certaine tension se lit sur les visages craintifs des new-yorkais qui n’ont qu’une seule peur : qu’il se reproduise un...

Politiquement vôtre

2 février 2007

Boisclair est en chute dans les sondages et les libéraux reprennent le dessus. Qui aurait cru que la balance changerait si près des élections. En fait c’était prévisible. Le nouveau chef du Parti Québécois a, il faut se l’avouer, le charisme d’un genou et, comparativement à Marois, en a également le talent. Ce dernier a d’ailleurs cru bon de se payer un voyage en France question de se faire un peu de capital politique...

Retour sur la journée sans voiture

7 octobre 2011

Le 22 septembre passé, pour la journée sans voiture, PolySphère a tenu un kiosque d’inscription pour le célèbre concours interdépartemental de Polytechnique! Si vous ne voyez pas de quoi je parle, dites-vous simplement que c’est célèbre et c’est tout! :D De plus, nous en avons profité pour inscrire les gens au Défi sans auto, qui est le concours équivalent à l’échelle de la province. J’ai donc le plaisir de vous annoncer que le grand...