Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

10 février : Stéréo Total

Je manque de mots pour parler de Berlin. Je dois manquer de vocabulaire ou ne pas avoir les idées assez claires. Ou bien je connais une petite baisse de régime, un petit coup de fatigue, arrivée à peu près à la mi-terme de ce voyage. Mais bon, je dois quand même trouver une façon de réussir à en parler, il le faut, la page 2 a besoin de mots cette semaine encore et ses lecteurs aussi, que je manque de vocabulaire ou pas. Ça me fait penser à cette chanson de Léveillée qui dit : «Venez chercher des mots, puisqu’il vous faut des mots… Et puis soyez heureux.». Je ne peux pas vous garantir que vous serez heureux au bout de ces trois colonnes mais tentons quand même quelques mots…

Berlin est la ville la plus bizarre que j’ai rencontrée de toute ma vie. Des grues et des chantiers de construction partout, une juxtaposition surprenante de vieux et de neuf, des façades d’immeubles peintes avec des couleurs pastel inhabituelles pour des couleurs d’extérieur. Cette ville en hiver est à la fois effervescente et triste. Mais je vous l’ai dit, je manque de vocabulaire, triste n’est sûrement pas l’adjectif le plus approprié. Berlin possède un caractère étrangement intemporel, un mélange de futur et de passé qui donne une impression d’irréel. L’avantage dans tout ça c’est que, quand on est né un 5 février et qu’on se trouve à Berlin à cette date, l’année supplémentaire qu’on se prend en pleine poire passe finalement presque comme dans du beurre, au milieu de ce curieux amalgame d’époques. Et puis j’ai réussi à trouver plus vieux que moi cette journée-là : Bao-Bao, l’un des deux pandas dont prend soin le zoo de Berlin. À le voir se rouler dans le bambou, ses 26 ans n’avaient vraiment pas l’air de l’inquiéter.

Berlin l’hiver n’est pas triste, elle est difficile à réaliser. Comme mes 24 ans je suppose… Et comme cette chance d’avoir vu de près deux pandas pour son anniversaire quand on adore ces animaux depuis qu’on est gamine. Et aussi comme ce groupe de musique allemand, Stéréo Total, qui remanie tout plein de vieux succès français, ceux de Gainsbourg entre autres, pour les faire sonner un peu comme des chansons de Portishead. Un très agréable sursaut que d’entendre ça. Entre deux tounes techno berlinoises insupportables, ça faisait du bien!

MAUDE – «Et le temps passe, d’hier en demain, ça me tragique, ça me cruel mais j’y peux rien…» – BOILLOT
——————–
Crédit photo : Maude Boillot
——————–
Chronique Névrotique suivante : 289

Articles similaires

9 mars : Mes insolites

12 mars 2004

Je suis revenue de voyage, je suis pas mal fatiguée, pas mal mêlée, pas mal nostalgique, et j'apprends qu'il ne reste que trois parutions régulières du Polyscope. Quoi?!? Il ne me reste que TROIS Chroniques à écrire?!? Je n'aurai jamais le temps en seulement trois Chroniques de vous décrire «mes insolites de voyage». Je n'aurai jamais le temps de vous parler du beau soleil de la place Montmartre à Paris, ni de celui du...

28 septembre : Ma 3e semaine

28 septembre 2003

Pour cette troisième Chronique de mon mandat, voici, en rafale, quelques points marquants de ma semaine. Ma déception de la semaine : Dans le cadre du cours d'Éthique pour ingénieur donné à Poly, l'étudiant doit faire un travail sur un sujet de son choix ayant la forme suivante : «Est-il éthiquement défendable de...?». Je ne suis pas ce cours présentement (j'ai déjà donné) mais l'ami d'un ami a eu une idée géniale pour remplacer...

5 janvier : Mon retour

9 janvier 2004

Je vous ai emmerdés toute la session passée avec ça. «Faut pas trop qu'on s'attache parce que je m'en vais, j'ai fini mon bac, je quitte Poly en décembre, bla bla bla...» et première nouvelle : une Chronique Névrotique en page 2 du premier numéro du Polyscope de cette session d'hiver 2004. Désolée de vous l’apprendre si brutalement mais, oui, mes petites névroses sont de retour pour une session supplémentaire. Pourquoi? Huuummm... bonne question....




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le château de Herrenchiemsee

3 octobre 2003

Cette semaine, partons visiter un des plus beaux châteaux d'Allemagne : Herrenchiemsee. Edifié par le roi de Bavière Louis II afin de concrétiser un monde qui n'existait que dans son imaginaire romantique, il engloutit une colossale fortune et ne fut presque jamais habité. En effet les palais que le monarque fit élever n'étaient ne effet pas des lieux pour y vivre mais pour rêver et se retirer du monde moderne. Pour comprendre la personnalité...

Ô eau

18 mars 2004

Par Khadija Dhouib Selon les Nations Unies, une crise mondiale de l'eau se profile. D'ici 20 ans, la planète perdra 30% de ses réserves d'eau actuelles. Déjà la situation est critique. Environ une personne sur six n'a pas accès à de l'eau en quantité suffisante et une personne sur trois n'a pas accès à un système d'assainissement de l'eau. L'inertie des gouvernements aggrave le problème. Il faudrait près de 19 milliards d'investissement aujourd'hui pour...

L’industrie pharmaceutique et les médicaments génériques

26 octobre 2012

Réponses à vos questions sur les médicaments génériques, avec en prime, un clin d’oeil sur la corruption associée   L’industrie pharmaceutique est à l’heure actuelle l’une des plus lucratives industries au monde. Elle n’inclut pas seulement la vente de médicaments, mais également la recherche et la fabrication de médicaments, tant pour les humains que pour les animaux. On peut comprendre l’importance de cette industrie si on pense au vieillissement de la population et le développement...