Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un sondage pertinent sur les risques terroristes

La BBC a donné cette semaine dans la grande tradition des sondages inutiles. Mais cette fois, ce fut à grande échelle. Un sondage mondial (plus de 40 000 personnes) dans pas moins de 35 pays. Si les gens qui ont mené ce sondage ont un temps soit peu d’expérience (et je ne le mets pas en doute), nous avons donc à faire à un échantillon plutôt représentatif.
Le sujet du sondage (dont aucun média ne donne l’intitulé exact, par peur qu’on puisse en déduire un raisonnement clair et non pas ce qu’on veut), est assez vague. On retrouve ces résultats le plus généralement couverts par l’énoncé :
« pensez-vous que l’action militaire américaine en Irak a augmenté ou diminué les risques terroristes ».

Le résultat global fait état d’une réponse positive à 60%, et à une majorité du oui dans 33 pays. Le Mexique et le Nigéria sont les deux à croire que le risque est moindre, donc. Les États-Unis, en particulier, répondent oui à 55%, désavouant l’action de leur Président, dans un certain sens.

Mais, honnêtement, qu’aurais-je répondu à une telle question ? Qui peut se targuer d’être en mesure de répondre par autre chose que « je ne sais pas ».

Je veux dire… Vous êtes capables, vous, de mesurer le risque terroriste ? Objectivement ? Vous vous sentez plus menacé qu’avant, ou simplement plus informé (à
défaut de mieux) ?

Non, je dis ça parce que si vous êtes capable de mesurer le risque terroriste par vous-même, posez votre candidature au Gouvernement.
Vous êtes d’une aide précieuse. Jack Bauer ? Pff ! Au chômage, à côté des 40 000 répondants.

Mais en dehors de ce doute qui ne m’est peut être que très personnel, sur quelle base objective peut-on juger de cette question ? Prenez la période 1993-2001 (attentats dans les sous-sols du WTC, destruction d’embassades US en Afrique, attentas en Indonésie, etc… et puis 11 Septembre). Comparez avec 2001-2006, certes il y eut Madrid (mais ce ne fut malheureusement pas pire qu’avec l’ETA) et Londres (qui n’a pas été épargné par l’IRA de même).

Comprenez-moi bien, je n’ai aucun chiffre sérieux pour parler de cela. Mais je n’en ai pas moins que les sondés de la BBC. Je n’ai, comme eux, que mon propre sentiment.
Et quand on voit que de Palestine en Israël, de France aux États-
Unis, des élections présidentielles ou majeures se gagnent sur le simple thème de la « sécurité », je me pose des questions sur la neutralité de mes « sentiments » qui ne sont que le reflèt d’une surexposition médiatique.

Qu’auriez-vous répondu ?

Articles similaires

[Colonne éditoriale]

7 novembre 2003

J'aurais tellement voulu être un membre de l'administration Bush ! Non, je ne niaise pas. C'est une affaire très sérieuse. Et dire que je m'étais trompé en me campant sur ma position et en défendant des idées toutes faites, j'appuyais il y a un an les anti-guerres au lieu de comprendre au plus tôt l'importance du débat et les enjeux historiques qui se jouaient là. Quels romantiques étions-nous pour braver le froid, au nombre...

Cocktail de la semaine

7 novembre 2008

Versez 3 heures à Times Square, incorporez 2 heures chez les démocrates et saupoudrez de 15 minutes avec les républicains. Après des mois d’attente et de fébrilité, le dénouement final des présidentielles américaines est finalement arrivé. Dans la ville de New York, de nombreux évènements étaient préparés : il aurait donc été ridicule de rester écrasé devant la télévision de l’auberge. Je me suis donc présenté à Times Square, où CNN avait littéralement transféré...

Chirac ou les intérêts planétaires

26 septembre 2003

Accolade fraternelle avec Gerhard Schröder, mise en abîme des propos du président Bush et entêtement sérieux, le président Chirac n'a jamais lésiné sur les moyens pour tenter vainement de singer le général de Gaule, figure emblématique d'une France républicaine forte, qui tente désespérément aujourd'hui de retrouver, sur la scène politique internationale, la haute stature d'antan. La porte du XXIe siècle s'est ouverte avec fracas. Dès l'instant où les tours jumelles s'effondraient, le monde faisait...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le deuil de la bien-pensance

23 janvier 2009

Par Oncle Camé George, tu vas me manquer un max. Faut le dire, et sans hypocrisie aucune. Pas comme le professeur Shadoko, ce calomniateur en puissance, voudrait me le faire clamer haut et fort, plutôt calmement et avec un peu de ce cynisme qui rend les mensonges un petit peu plus vrais. C’est d’ailleurs lui, Shadoko, qui vient me chercher noise chez moi, quand je me trouve en charmante compagnie. Il s’incruste aisément et...

Qui a une arme ?

17 septembre 2010

Le 22 septembre à Ottawa aura lieu un vote crucial. Ce sera la troisième et dernière lecture de la loi C-391 pour modifier le registre des armes à feu. Le vote est très serré, deux ou trois votes pourraient faire la différence dans le dossier. C’est un sujet chaud de la scène politique fédérale des derniers mois et particulièrement ce mois-ci dans les médias à travers le pays. Qu’est-ce que le projet de loi...

À quand la fin de la lune de miel ?

23 janvier 2009

Dans le capharnaüm de la longue et très protocolaire journée d’investiture à la présidence des États-Unis, Barack Obama aura prononcé mardi dernier son premier discours officiel en tant que nouveau « Commander in Chief ». Entre les vocalises d’une Aretha Franklin vieillissante et d’une Beyoncé resplendissante, puis des « tous sourires » Leonardo Di Caprio, Tom Hanks, Jamie Foxx, Queen Latifah ou encore Denzel Washington (et j’en passe), on avait du mal à savoir...