Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un sondage pertinent sur les risques terroristes

La BBC a donné cette semaine dans la grande tradition des sondages inutiles. Mais cette fois, ce fut à grande échelle. Un sondage mondial (plus de 40 000 personnes) dans pas moins de 35 pays. Si les gens qui ont mené ce sondage ont un temps soit peu d’expérience (et je ne le mets pas en doute), nous avons donc à faire à un échantillon plutôt représentatif.
Le sujet du sondage (dont aucun média ne donne l’intitulé exact, par peur qu’on puisse en déduire un raisonnement clair et non pas ce qu’on veut), est assez vague. On retrouve ces résultats le plus généralement couverts par l’énoncé :
« pensez-vous que l’action militaire américaine en Irak a augmenté ou diminué les risques terroristes ».

Le résultat global fait état d’une réponse positive à 60%, et à une majorité du oui dans 33 pays. Le Mexique et le Nigéria sont les deux à croire que le risque est moindre, donc. Les États-Unis, en particulier, répondent oui à 55%, désavouant l’action de leur Président, dans un certain sens.

Mais, honnêtement, qu’aurais-je répondu à une telle question ? Qui peut se targuer d’être en mesure de répondre par autre chose que « je ne sais pas ».

Je veux dire… Vous êtes capables, vous, de mesurer le risque terroriste ? Objectivement ? Vous vous sentez plus menacé qu’avant, ou simplement plus informé (à
défaut de mieux) ?

Non, je dis ça parce que si vous êtes capable de mesurer le risque terroriste par vous-même, posez votre candidature au Gouvernement.
Vous êtes d’une aide précieuse. Jack Bauer ? Pff ! Au chômage, à côté des 40 000 répondants.

Mais en dehors de ce doute qui ne m’est peut être que très personnel, sur quelle base objective peut-on juger de cette question ? Prenez la période 1993-2001 (attentats dans les sous-sols du WTC, destruction d’embassades US en Afrique, attentas en Indonésie, etc… et puis 11 Septembre). Comparez avec 2001-2006, certes il y eut Madrid (mais ce ne fut malheureusement pas pire qu’avec l’ETA) et Londres (qui n’a pas été épargné par l’IRA de même).

Comprenez-moi bien, je n’ai aucun chiffre sérieux pour parler de cela. Mais je n’en ai pas moins que les sondés de la BBC. Je n’ai, comme eux, que mon propre sentiment.
Et quand on voit que de Palestine en Israël, de France aux États-
Unis, des élections présidentielles ou majeures se gagnent sur le simple thème de la « sécurité », je me pose des questions sur la neutralité de mes « sentiments » qui ne sont que le reflèt d’une surexposition médiatique.

Qu’auriez-vous répondu ?

Articles similaires

Politiquement vôtre

2 février 2007

Boisclair est en chute dans les sondages et les libéraux reprennent le dessus. Qui aurait cru que la balance changerait si près des élections. En fait c’était prévisible. Le nouveau chef du Parti Québécois a, il faut se l’avouer, le charisme d’un genou et, comparativement à Marois, en a également le talent. Ce dernier a d’ailleurs cru bon de se payer un voyage en France question de se faire un peu de capital politique...

Nostradanus : Ce qui vous attend

14 septembre 2007

Jeudi: Fortement touchée par le décès du ténor italien Luciano Pavarotti, l’AEP a décrétée le jeudi 13 septembre, journée de deuil à Polytechnique. Les étudiants étaient invités à se vêtir de noir lors de cette journée, certains s’étaient même procurés au local de l’AEP des autocollants portant ce vibrant message : « En deuil de… » Papineau fut appelé pour incarner le défunt, puisque lui aussi nous a quitté, que lui aussi est aujourd’hui...

Sur ma télé

10 novembre 2006

Première chose qui me passe par l’esprit ce matin, allumer la télé et regarder les informations pour répondre à la question que tout le monde se pose : qu’en est-il des élections de mi-mandat américaines? À ma surprise, c’est le divorce de Britney Spears qui fait les manchettes. Le destin de tout un pays, et peut-être du monde, pendant les quatre à six prochaines années se joue, et les titres nous racontent que Kevin...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.