Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un sondage pertinent sur les risques terroristes

La BBC a donné cette semaine dans la grande tradition des sondages inutiles. Mais cette fois, ce fut à grande échelle. Un sondage mondial (plus de 40 000 personnes) dans pas moins de 35 pays. Si les gens qui ont mené ce sondage ont un temps soit peu d’expérience (et je ne le mets pas en doute), nous avons donc à faire à un échantillon plutôt représentatif.
Le sujet du sondage (dont aucun média ne donne l’intitulé exact, par peur qu’on puisse en déduire un raisonnement clair et non pas ce qu’on veut), est assez vague. On retrouve ces résultats le plus généralement couverts par l’énoncé :
« pensez-vous que l’action militaire américaine en Irak a augmenté ou diminué les risques terroristes ».

Le résultat global fait état d’une réponse positive à 60%, et à une majorité du oui dans 33 pays. Le Mexique et le Nigéria sont les deux à croire que le risque est moindre, donc. Les États-Unis, en particulier, répondent oui à 55%, désavouant l’action de leur Président, dans un certain sens.

Mais, honnêtement, qu’aurais-je répondu à une telle question ? Qui peut se targuer d’être en mesure de répondre par autre chose que « je ne sais pas ».

Je veux dire… Vous êtes capables, vous, de mesurer le risque terroriste ? Objectivement ? Vous vous sentez plus menacé qu’avant, ou simplement plus informé (à
défaut de mieux) ?

Non, je dis ça parce que si vous êtes capable de mesurer le risque terroriste par vous-même, posez votre candidature au Gouvernement.
Vous êtes d’une aide précieuse. Jack Bauer ? Pff ! Au chômage, à côté des 40 000 répondants.

Mais en dehors de ce doute qui ne m’est peut être que très personnel, sur quelle base objective peut-on juger de cette question ? Prenez la période 1993-2001 (attentats dans les sous-sols du WTC, destruction d’embassades US en Afrique, attentas en Indonésie, etc… et puis 11 Septembre). Comparez avec 2001-2006, certes il y eut Madrid (mais ce ne fut malheureusement pas pire qu’avec l’ETA) et Londres (qui n’a pas été épargné par l’IRA de même).

Comprenez-moi bien, je n’ai aucun chiffre sérieux pour parler de cela. Mais je n’en ai pas moins que les sondés de la BBC. Je n’ai, comme eux, que mon propre sentiment.
Et quand on voit que de Palestine en Israël, de France aux États-
Unis, des élections présidentielles ou majeures se gagnent sur le simple thème de la « sécurité », je me pose des questions sur la neutralité de mes « sentiments » qui ne sont que le reflèt d’une surexposition médiatique.

Qu’auriez-vous répondu ?




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

ÉLECTIONS 2008: et l’éducation post-secondaire?

3 octobre 2008

Le 14 octobre 2008, vous serez amené à voter pour le parti de votre choix. Entre les faiseurs d’images, les propagandes électoralistes et les pancartes qui « ornent » nos rues, le Polyscope tente ici de démêler les programmes et les rhétoriques partisanes et de mettre en avant les enjeux primordiaux pour les universités. Quels enjeux? L’École Polytechnique et l’Association des Étudiants de Polytechnique se sont refusées à se prononcer pour un parti ou...

Vox Pop : vos réactions face à la sortie du film « Polytechnique »

6 février 2009

Avant toutes choses, le Polyscope tient à préciser que ce sondage auprès de la population de Polytechnique ne suit aucune réglementation professionnelle permettant d’utiliser les résultats à des fins statistiques. De plus cette enquête ayant été menée auprès de moins d’une centaine d’étudiants, les opinions qui en ressortent ne pourront donc être considérées comme représentatives de celles des polytechniciennes et polytechniciens. Nous demandons donc, à tous les lecteurs, de lire judicieusement l’information qu’on leur...

Réchauffement

12 janvier 2007

L’hiver a depuis peu repris ses droits sur un printemps un peu trop précoce au goût des environnementalistes, qui sont sûrement les seuls à se plaindre d’avoir trop chaud en hiver. Les changements climatiques et leurs effets nous semblent de plus en plus évident ces dernières années, mais ceux qui refusent d’en reconnaître l’existence sont encore nombreux. Le réchauffement de la planète est un phénomène généralement reconnu par le monde scientifique, mais peu importe...