Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un sondage pertinent sur les risques terroristes

La BBC a donné cette semaine dans la grande tradition des sondages inutiles. Mais cette fois, ce fut à grande échelle. Un sondage mondial (plus de 40 000 personnes) dans pas moins de 35 pays. Si les gens qui ont mené ce sondage ont un temps soit peu d’expérience (et je ne le mets pas en doute), nous avons donc à faire à un échantillon plutôt représentatif.
Le sujet du sondage (dont aucun média ne donne l’intitulé exact, par peur qu’on puisse en déduire un raisonnement clair et non pas ce qu’on veut), est assez vague. On retrouve ces résultats le plus généralement couverts par l’énoncé :
« pensez-vous que l’action militaire américaine en Irak a augmenté ou diminué les risques terroristes ».

Le résultat global fait état d’une réponse positive à 60%, et à une majorité du oui dans 33 pays. Le Mexique et le Nigéria sont les deux à croire que le risque est moindre, donc. Les États-Unis, en particulier, répondent oui à 55%, désavouant l’action de leur Président, dans un certain sens.

Mais, honnêtement, qu’aurais-je répondu à une telle question ? Qui peut se targuer d’être en mesure de répondre par autre chose que « je ne sais pas ».

Je veux dire… Vous êtes capables, vous, de mesurer le risque terroriste ? Objectivement ? Vous vous sentez plus menacé qu’avant, ou simplement plus informé (à
défaut de mieux) ?

Non, je dis ça parce que si vous êtes capable de mesurer le risque terroriste par vous-même, posez votre candidature au Gouvernement.
Vous êtes d’une aide précieuse. Jack Bauer ? Pff ! Au chômage, à côté des 40 000 répondants.

Mais en dehors de ce doute qui ne m’est peut être que très personnel, sur quelle base objective peut-on juger de cette question ? Prenez la période 1993-2001 (attentats dans les sous-sols du WTC, destruction d’embassades US en Afrique, attentas en Indonésie, etc… et puis 11 Septembre). Comparez avec 2001-2006, certes il y eut Madrid (mais ce ne fut malheureusement pas pire qu’avec l’ETA) et Londres (qui n’a pas été épargné par l’IRA de même).

Comprenez-moi bien, je n’ai aucun chiffre sérieux pour parler de cela. Mais je n’en ai pas moins que les sondés de la BBC. Je n’ai, comme eux, que mon propre sentiment.
Et quand on voit que de Palestine en Israël, de France aux États-
Unis, des élections présidentielles ou majeures se gagnent sur le simple thème de la « sécurité », je me pose des questions sur la neutralité de mes « sentiments » qui ne sont que le reflèt d’une surexposition médiatique.

Qu’auriez-vous répondu ?

Articles similaires

À quand la fin de la lune de miel ?

23 janvier 2009

Dans le capharnaüm de la longue et très protocolaire journée d’investiture à la présidence des États-Unis, Barack Obama aura prononcé mardi dernier son premier discours officiel en tant que nouveau « Commander in Chief ». Entre les vocalises d’une Aretha Franklin vieillissante et d’une Beyoncé resplendissante, puis des « tous sourires » Leonardo Di Caprio, Tom Hanks, Jamie Foxx, Queen Latifah ou encore Denzel Washington (et j’en passe), on avait du mal à savoir...

Enfin !

7 novembre 2008

Le charisme, l’honnêteté, le travail, la popularité, l’engouement national voir international ont balayé la couleur de peau d’un candidat. New York City, il est 18h et les premiers bureaux de vote de l’Indiana se ferment. Aux abords du Rockefeller Center, une foule immense se masse devant les écrans des chaînes d’information MSNBC et NBC. Une certaine tension se lit sur les visages craintifs des new-yorkais qui n’ont qu’une seule peur : qu’il se reproduise un...

Les opinions des uns et des uns

8 septembre 2006

Hier encore, je me tenais à peu près ce discours: \"Fumer, c'est vraiment se tuer à petit feu.\" Je me faisais donc cette réflexion pleine d'esprit quand je me mis à m'époumonner violemment et à cracher des glaires jaunâtres maculées de traces d'emphysème et la joie tout à coup remplit mon coeur débordant. Mais ce bonheur était voilé par un nuage noir. L'espoir est lourd à porter. Combien de temps dois-je encore patienter avant...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.