Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le sens profond de la vie

Bratislava, Slovaquie – Renaud

T’as voulu venir dans les pays de l’est, ben te v’là din pays de l’est! François Perusse exagérait, quand tu marches en Slovaquie ça fait le même bruit! Ceux qui ont vu le film Eurotrip ont probablement hâte que je leurs raconte mes folles dépenses. Et bien, c’est pas incroyable!
C’est juste comme moins cher, pas MOINS cher.

Bratisalva est plutôt jolie près de la gare d’autobus, on voit rapidement le château et le quartier des ambassades.
On s’était fait recommander une adresse, mais avec leur système d’adresse, leur langue et les valises, on ne se rendra jamais.

On se dirige péniblement vers l’information touristique. Flo qui supporte ses valises et moi qui la supporte. En sacrant contre moi, Flo nous fait rencontrer des Canadiens. «I recognised your French expressions.» Tant mieux le couple nous guide efficacement à notre nouvelle auberge. Les murs des buildings voisins sont en ruine et notre chambre est quatre fois trop grande.

La ville n’est pas passionante mais je l’aime bien. Elle est sans prétention. Flo déteste le petit Time Square qu’il y a au bout de la rue. Elle y voit une adoration du capitalisme après l’opression du communisme.
De mon côté, je cherche le mot communisme dans le dictionnaire.
Dans un bar, on en profite pour essayer de l’absynthe. C’est pas celle de 1880. Ça fait juste goûter la Grande Chartreuse, ou la JagerMeister. Pis te faire dire plus de conneries. Le lendemain, à la demande de Flo, on passe notre dernière nuit dans une auberge dite « romantique
». L’adresse n’existe pas sur la rue. Un local nous donne un lift jusqu’à l’auberge.
Voyez-vous, à 3 minutes d’auto se trouve une autre rue du même nom.

…Ah la Slovaquie!

Notre chambre est vraiment luxueuse, et la vue sur la ville est magnifique. Le dernier jour on a déjeuné en regardant la ville de la montagne. On a commencé par se décharger de nos bagages à la station de train. Flo partira pour Budabest et moi j’irai à Prague. Après avoir compris le système ferroviaire de la Slovaquie, Flo s’en va. Ce système a la particularité de mettre de très gros chiffres inutiles sur les quais et de ne mettre aucun chiffre utile nul part. Je suis content d’avoir vu Bratislava, mais je ne vois pas pourquoi j’y retournerais.

Berlin, Allemagne – Éric

La ville la plus dynamique et changeante de l’Europe n’aura pas pris de temps pour me charmer. Je suis aujourd’hui tombé en « amour » d’une méga ville qui a une grande histoire à partager, et qui continue de se métamorphoser.
Les grands buildings n’en finissennt plus de surgir, les monuments commémoratifs sont un peu partout, les transports en commun sont archi-développés et les quartiers « hype » changent constamment de place.

Je fais la connaissance d’un groupe d’Américains très… américains. Ils sont tous descendus ici pour couvrir le Festival des Films de Berlin, un très grand festival.

Après leur avoir expliqué où se trouvait Montréal, et répondu à des questions du genre « is it close to Vancouver ? » ,
« you’re not ashamed of your army? » et
« why are you the only people speaking French in North America? what’s the idea? », nous discutons films pour toute la soirée. Les chanceux, ils ont pu rencontrer Natalie Portman. Ils me parlent aussi du dernier film de Michel Gondry The Science of Sleep. À ce qui parraît, c’est un des meilleurs films qu’ils ont vu!
Le lendemain, je lis dans mon guide qu’il y a une visite guidée gratuite à pied qui part tous les jours de Brandenburger Tor. En fait, ici tout est gratuit… musée, visites, attraits touristiques, etc.
On s’arrête d’abord devant un monunent hommage à l’Holocauste.

Image article Le sens profond de la vie 17

Comme plusieurs monuments ici, il est peu conventionnel. Il s’agit ici d’un très grand parc revouvert de ce qui peut sembler des genres de tombeau, mais lisses et sans AUCUNE inscription.
Plus vers le centre , le terrain va en pente descandante, mais les pierres deviennent hautes. Bref, on a l’impression d’un cimetière anonyme. L’alignement des pierres fait en sorte que les sons sont déformés. C’est beau, symbolique, et situé à un endroit près des citoyens et du parlement, pour que tous – habitants, visiteurs et politiciens – se rappellent.
Non loin de là, notre guide nous dis que nous marchons sur l’ancien Bunker de Hitler. Aucune indication, aucune marque, aucune pancarte, ça passe inaperçu et c’est situé juste en-dessous d’un quartier résidentiel construit à l’époque du communisme. Il y a un sauna gay juste en face… étrange, n’est-ce pas?
Après le souper, je vais visiter le Parlement, le Reïshtag Wow! Le parlement offre le plus beau panorama de Berlin.
Je sais déjà que je vais revenir ici durant la session…

Semaine prochaine…Notre arrivée euphorique à Prague!

Mots-clés : Éric et Renaud (9)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Lorsque le pigeon s’imagine colombe

3 février 2006

Dans ma tête, ça a toujours été clair. La distinction m’a toujours semblé flagrante. Deux personnages antagonistes. Je les classais dans la même catégorie, celle des voyageurs. D’un côté les fervents des club-meds, de l’autre les amateurs du backpacking. Jadis, dans la préhistoire des voyages, lorsque le backpacker était encore un aventurier des temps modernes et que les voyages tout compris étaient l’exclusivité des privilégiés bien nantis, ces banlieusards incapables d’inconfort, les différences entre...

Volume 39, fin

31 mars 2006

Dernier numéro régulier pour le Scope cette année. Sans doute mon dernier en tant qu’impliqué, après plus de 70 parutions à mon actif dans la bulle technique. Directeur de correction, directeur, chef de pupitre (un an, puis un autre par intérim), simple membre, voilà près de trois ans que je regarde défiler les âneries irresponsables de cette belle équipe. Mais aussi le contenu sérieux, les scandales, les kapotés, tout du meilleur au pire. Souvenirs......

Pauline

24 mars 2006

Sur la scène politique québécoise, la démission de Pauline Marois a fait les manchettes cette semaine, alors que cette dernière, après plusieurs années de loyaux services dans plusieurs des ministères les plus importants, a rendu le fl ambeau en expliquant « que [son] coeur n’y est plus ». Qu’on apprécie le personnage ou pas, il faut néanmoins saluer son infl uence sur la politique québécoise des 30 dernières années. Sa détermination est bien connue,...