Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Pars la truie !

Vous vous souvenez sans doute que je vous avais promis des cochonneries la semaine dernière. Eh bien ! Vous allez être servis ! Nous allons d’abord étudier une vieille expression qui est devenue plus difficile à interpréter avec tous les progrès technologiques en matière de ressources énergétiques. Puis, nous allons en voir une autre que Robert connaît, mais pas mon vieux M. Larousse…

Pars la truie !

Ou arrête la truie. Pas évident tout de suite de saisir le sens de cette expression, surtout quand vous roulez sur la 20 et que votre passager vous la lance sans prévenir. En fait, cette expression est devenue de moins en moins évidente à interpréter pour le néophyte au fur et à mesure que les poêles à bois ont disparu de nos foyers. Il fut un temps, pas si lointain, où la plupart des maisons québécoises étaient chauffées au bois (un temps très proche d’ailleurs : la vieille maison mal isolée de mes parents était chauffée ainsi, sinon les factures d’Hydro-Québec nous auraient menés à la faillite à elles seules). Chaque maison avait soit un foyer, soit un poêle à bois. Et comme l’agriculture a longtemps tenus plusieurs Québécois bien occupés, on connaît ça les bébittes à poil. Aussi, comme le poêle à bois est gros, a souvent une forme cylindrique et possède quatre pattes, il a rapidement été associée à la truie, qui est grosse, a une forme plutôt cylindrique et possède quatre pattes. C’est trop simple, vous dites-vous ? Pas du tout, j’en ai même mis plus que ce qui est requis ! Demander à n’importe quel verrat de la terre de vous décrire une truie. Il vous dira que c’est un truc qui a quatre pattes. Point. C’est pourquoi les centres d’insémination artificielle ne se cassent pas la tête pour récolter la semence de leurs meilleurs géniteurs : ils leur présentent une table… Vous comprendrez donc que la plus grande peur des éleveurs de porcs est de s’enfarger et de tomber à quatre pattes dans l’enclos du verrat (et même s’ils font de l’insémination artificielle, ils doivent garder plus d’un verrat dans la porcherie, sinon les truies ont des chaleurs très difficiles à détecter) ! Enfin, remarquez qu’il existe également une variante de l’expression ci-dessus qui est notamment beaucoup plus facile à interpréter quand on ne connaît pas le double sens : « rajoute une bûche dans la truie ! »


Manger comme un cochon

Je croyais que c’était très répandu, mais apparemment pas dans mon entourage immédiat, ni dans mon bon vieux Larousse. Alors histoire de mettre les choses au clair pour tout le monde, j’ai décidé de l’inclure dans ma chronique de cette semaine. Avez-vous déjà vu un porc manger ? Ça avale tout. Tout, tout, tout. D’ailleurs, une de mes citations cinématographiques préférées en est inspirée : un mafieux explique comment il se débarrasse des corps des gens qu’il descend… en les donnant à manger à ses porcs, qui peuvent passer à travers un homme en deux jours, sans laisser la moindre trace (si je me souviens bien, il s’agit de Snatch, un excellent film de Guy Ritchie). De plus, les porcs ont de l’appétit à revendre : certaines espèces peuvent prendre jusqu’à 90 kg en 6 mois ! Finalement, les porcs ne sont pas réputés pour leur hygiène, alors si l’on vous dit que vous manger comme un cochon ou comme un porc, ce n’est pas un compliment !

Mots-clés : Kebekwa 101 (6)

Articles similaires

Le diable lui a chié sur la tête !

7 novembre 2003

Cette semaine, tel que promis, vous avez droit à un spécial scatologique. Nous allons donc commencer par examiner une expression chère à mon grand-père. Il l'avait lancée le jour où ma grand-mère était tombée dans le fossé en tondant le gazon… avec le tracteur-tondeuse par-dessus elle : « Cette semaine, le diable lui a chié sur la tête ! » Dans la même semaine, elle avait brûlé son pain et elle était passée à...

C’est pas à se crosser !

26 septembre 2003

Au cours des dernières semaines, j'ai eu l'occasion de constater que les expressions en provenance de ma Beauce profonde étaient particulièrement appréciées, puisqu'elles étaient inconnues de la plupart des étudiants, peu importe leur origine. Le problème, c'est que je n'en ai qu'un nombre très limité, du moins jusqu'au prochain banquet familial. Par contre, il m'en reste encore une ou deux dans ma poche, dont la perle de cette semaine : « C'est pas à...

« Ça prend pas la tête à Papineau !

29 août 2003

Vous êtes nouveaux à Poly, mais aussi au Québec ? Vous avez de la difficulté à saisir le sens de certaines expressions bien de chez nous ? Heureusement pour vous, il y a le Polyscope. À chaque semaine, vous y trouverez une nouvelle expression à ajouter à votre vocabulaire (et parfois un peu d'histoire, comme pour l'expression de cette semaine. J'ai déjà une liste en tête, mais si vous avez des suggestions, n'hésitez pas...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

23 mars : Trame de fin

26 mars 2004

Faudrait qu'on fasse nos comptes. Oui parce que cette fois-ci, c'est vrai, c'est ma dernière Chronique Névrotique dans le Polyscope. La dernière. Je ne vous ferai pas le coup d'un autre retour-surprise en septembre prochain, j'suis trop vieille maint'nant! Évidemment, j'ai eu cette semaine le réflexe de vouloir finir cette Chronique en beauté. J'aurais aimé bien terminer, écrire un super bon texte qui, en plus de rouler sur lui-même, aurait incorporé l'idée que j'ai...

Saturday Night Fever

12 mars 2004

Bon, a priori, Saturday Night Fever, on a de quoi se méfier. L'ambiance des années 70, les cols plus larges que les épaules, les chemises argentées, et en plus la voix suraiguë des Bee Gees… très peu pour vous ? J'aurais sans doute été dans le même état d'esprit, si je n'avais pas eu vent de cette comédie musicale lorsqu'elle fit sa première à Londres en 1998. Avec une nouvelle orchestration, bien plus moderne,...

Neila Ben Ayed

7 novembre 2003

Tuniso-Canadienne, Neila Ben Ayed suit un parcours pour le moins surprenant ; après avoir terminé un bac en design industriel à la Faculté d'aménagement de l'Université de Montréal, elle complète une maîtrise en ergonomie au département de mathématiques et génie industriel de Polytechnique, pour ensuite entamer un doctorat à la Faculté d'aménagement de l'U de M. Parallèlement à ses études, elle est une artiste peintre de grand talent qui expose ses toiles de plus...