Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Pars la truie !

Vous vous souvenez sans doute que je vous avais promis des cochonneries la semaine dernière. Eh bien ! Vous allez être servis ! Nous allons d’abord étudier une vieille expression qui est devenue plus difficile à interpréter avec tous les progrès technologiques en matière de ressources énergétiques. Puis, nous allons en voir une autre que Robert connaît, mais pas mon vieux M. Larousse…

Pars la truie !

Ou arrête la truie. Pas évident tout de suite de saisir le sens de cette expression, surtout quand vous roulez sur la 20 et que votre passager vous la lance sans prévenir. En fait, cette expression est devenue de moins en moins évidente à interpréter pour le néophyte au fur et à mesure que les poêles à bois ont disparu de nos foyers. Il fut un temps, pas si lointain, où la plupart des maisons québécoises étaient chauffées au bois (un temps très proche d’ailleurs : la vieille maison mal isolée de mes parents était chauffée ainsi, sinon les factures d’Hydro-Québec nous auraient menés à la faillite à elles seules). Chaque maison avait soit un foyer, soit un poêle à bois. Et comme l’agriculture a longtemps tenus plusieurs Québécois bien occupés, on connaît ça les bébittes à poil. Aussi, comme le poêle à bois est gros, a souvent une forme cylindrique et possède quatre pattes, il a rapidement été associée à la truie, qui est grosse, a une forme plutôt cylindrique et possède quatre pattes. C’est trop simple, vous dites-vous ? Pas du tout, j’en ai même mis plus que ce qui est requis ! Demander à n’importe quel verrat de la terre de vous décrire une truie. Il vous dira que c’est un truc qui a quatre pattes. Point. C’est pourquoi les centres d’insémination artificielle ne se cassent pas la tête pour récolter la semence de leurs meilleurs géniteurs : ils leur présentent une table… Vous comprendrez donc que la plus grande peur des éleveurs de porcs est de s’enfarger et de tomber à quatre pattes dans l’enclos du verrat (et même s’ils font de l’insémination artificielle, ils doivent garder plus d’un verrat dans la porcherie, sinon les truies ont des chaleurs très difficiles à détecter) ! Enfin, remarquez qu’il existe également une variante de l’expression ci-dessus qui est notamment beaucoup plus facile à interpréter quand on ne connaît pas le double sens : « rajoute une bûche dans la truie ! »


Manger comme un cochon

Je croyais que c’était très répandu, mais apparemment pas dans mon entourage immédiat, ni dans mon bon vieux Larousse. Alors histoire de mettre les choses au clair pour tout le monde, j’ai décidé de l’inclure dans ma chronique de cette semaine. Avez-vous déjà vu un porc manger ? Ça avale tout. Tout, tout, tout. D’ailleurs, une de mes citations cinématographiques préférées en est inspirée : un mafieux explique comment il se débarrasse des corps des gens qu’il descend… en les donnant à manger à ses porcs, qui peuvent passer à travers un homme en deux jours, sans laisser la moindre trace (si je me souviens bien, il s’agit de Snatch, un excellent film de Guy Ritchie). De plus, les porcs ont de l’appétit à revendre : certaines espèces peuvent prendre jusqu’à 90 kg en 6 mois ! Finalement, les porcs ne sont pas réputés pour leur hygiène, alors si l’on vous dit que vous manger comme un cochon ou comme un porc, ce n’est pas un compliment !

Mots-clés : Kebekwa 101 (6)

Articles similaires

« Ça prend pas la tête à Papineau !

29 août 2003

Vous êtes nouveaux à Poly, mais aussi au Québec ? Vous avez de la difficulté à saisir le sens de certaines expressions bien de chez nous ? Heureusement pour vous, il y a le Polyscope. À chaque semaine, vous y trouverez une nouvelle expression à ajouter à votre vocabulaire (et parfois un peu d'histoire, comme pour l'expression de cette semaine. J'ai déjà une liste en tête, mais si vous avez des suggestions, n'hésitez pas...

Fourrer la dèche

5 septembre 2003

Cette semaine, je vous propose une petite incursion vers la vulgarité (mais yeux chastes ne vous abstenez quand même pas !) avec deux mots pouvant prêter à confusion selon l'utilisation que l'on en fait : fourrer et dèche. Fourrer, ça peut signifier garnir, enfoncer, enfourner, mettre (dans plus d'un sens du terme… ;-)) et se placer. Mais dans l'expression apparemment salée (du moins pour mon ancienne coéquipière française) : « Je suis tout fourré...

Ça sent la guidoune !

18 septembre 2003

Cette semaine, on fait un petit tour vers la rue Ste-Catherine avant de passer à la banque. En effet, nous allons étudier une façon originale (mais pas très polie) de faire voir à quelqu'un qu'il devrait y aller mollo avec son vaporisateur de parfum, puis vous pourrez enrichir votre vocabulaire avec une variation sur le concept du capitalisme. Ça sent la guidoune ! Guidoune c'est le mot utilisé pour désigner avec mépris une femme...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

René Dufour

3 octobre 2003

Diplômé de 1954 en génie minier, René Dufour a contribué grandement au développement du génie géologique et minier au Québec. Après avoir participé quelques années à des projets de développement, tant au Québec qu'en Afrique, il a enseigné pendant 20 ans à Polytechnique, tout en continuant son travail de conseiller sur nombre de projets dans son domaine. Depuis 1995, il œuvre pour l'entreprise Niocan, qui tente de développer un projet d'extraction de niobium dans...

Château de Neuschwanstein

18 mars 2004

Cette semaine, retournons en Bavière visiter un autre château du Roi Louis II : Neuschwanstein. La session passée, nous avions parlé d'Herrenchiemsee, copie de Versailles, déployant les fastes et les ors du grand siècle français. Aujourd'hui, c'est dans une toute autre époque que nous allons aller : le Moyen-Âge. Mais, comme Herrenchiemsee qui est une image idéalisée de la cour de Louis XIV, Neuschwanstein est aussi un reflet embelli et mythifié de l'époque moyenâgeuse....

Thermodynamique des frais de scolarité

27 février 2004

Par Clémence Fauteux-Lefebvre Comment financer l'éducation universitaire ? Comment la rendre plus accessible et de meilleure qualité ? Voilà les questions auxquelles tentent de répondre les députés de l'Assemblée Nationale réunis dans la salle de la commission de l'éducation où se déroulent les représentations des différents groupes intéressés à y répondre. Ainsi, les étudiants, les recteurs d'universités et tous les intervenants du réseau universitaire ont leur mot à dire. Il y a de quoi,...