Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

C’est pas à se crosser !

Au cours des dernières semaines, j’ai eu l’occasion de constater que les expressions en provenance de ma Beauce profonde étaient particulièrement appréciées, puisqu’elles étaient inconnues de la plupart des étudiants, peu importe leur origine. Le problème, c’est que je n’en ai qu’un nombre très limité, du moins jusqu’au prochain banquet familial. Par contre, il m’en reste encore une ou deux dans ma poche, dont la perle de cette semaine : « C’est pas à se crosser ! »

Crosser comme dans pousser un truc avec une crosse ? Non mais ! Vous voulez rire ! Je vous apprends des expressions beaucoup plus salées que ça depuis la rentrée ! C’est qu’il nous en cache des choses le Petit Robert… Ainsi, crosser, c’est comme fourrer ou baiser : quand on crosse quelqu’un, on l’a bien eu. Mais sous la forme pronominale illustrée ci-dessus, crosser désigne la masturbation.

Alors, comment utilise-t-on l’expression ? D’abord, elle ne s’emploie qu’avec la négation. Vous ne direz donc pas à tante Germaine que ses petits gâteaux secs sont à se crosser, car l’image mentale que ça donne n’est pas très appétissante. Bien sûr, comme me l’a fait remarquer ma coloc le jour où je l’ai traumatisée avec cette expression, s’il y a des trucs qui ne sont pas à se crosser, ça veut dire qu’il y en a qui le sont… mais on ne veut pas le savoir alors, de grâce, gardez un minimum de mystère autour de votre vie sexuelle, elle n’en aura l’air que plus intéressante ! Ensuite, ne « scrapez » pas le punch de l’expression comme le fait régulièrement ma coloc : ça se dit tout seul, en une seule réplique. Exemple classique : vous êtes assis à côté d’une tronche dans votre cours de calcul, et la tronche en question vous demande si vous aimez les intégrales. Si vous êtes normal, vous pouvez répondre « Bah ! C’est pas à se crosser ! » puis vous pourrez réclamer 200$ en passant GO. Ne vous éparpillez pas à discuter sur les intégrales comme suit : « Ben, celles qui sont simples, ça va, mais quand il y a des logarithmes, c’est pas à se crosser ! ». Pourquoi ? Parce que c’est mal. Surtout si vous vous êtes trompé sur le cas de la tronche et qu’il ne s’agit en fait que d’un simple étudiant aussi désemparé que vous et qui tente tant bien que mal de le cacher. Il s’est déjà endormi depuis longtemps quand vous lui balancez la fameuse expression, même si vous l’effrayez avec un logarithme juste avant (intégrer un log ! quelle horreur ! calmez-vous un peu le poil des jambes !). Il n’y comprendra plus rien : vous lui parlez de somnifères et pouf ! maintenant on se masturbe !

Enfin, il est recommandé de n’utiliser l’expression que pour parler de choses ou de situations, puisque la comparaison tiendra mieux la route, nul ne doutera qu’il s’agit d’une façon imagée d’exprimer votre pensée, et surtout personne n’interprètera vos paroles comme une insulte. Et aussi parce qu’encore une fois, ce n’est pas tout le monde qui tient à savoir à qui vous pensez et à qui vous ne pensez pas quand vous vous amusez en solitaire…

Mots-clés : Kebekwa 101 (6)

Articles similaires

Le diable lui a chié sur la tête !

7 novembre 2003

Cette semaine, tel que promis, vous avez droit à un spécial scatologique. Nous allons donc commencer par examiner une expression chère à mon grand-père. Il l'avait lancée le jour où ma grand-mère était tombée dans le fossé en tondant le gazon… avec le tracteur-tondeuse par-dessus elle : « Cette semaine, le diable lui a chié sur la tête ! » Dans la même semaine, elle avait brûlé son pain et elle était passée à...

Fourrer la dèche

5 septembre 2003

Cette semaine, je vous propose une petite incursion vers la vulgarité (mais yeux chastes ne vous abstenez quand même pas !) avec deux mots pouvant prêter à confusion selon l'utilisation que l'on en fait : fourrer et dèche. Fourrer, ça peut signifier garnir, enfoncer, enfourner, mettre (dans plus d'un sens du terme… ;-)) et se placer. Mais dans l'expression apparemment salée (du moins pour mon ancienne coéquipière française) : « Je suis tout fourré...

« Ça prend pas la tête à Papineau !

29 août 2003

Vous êtes nouveaux à Poly, mais aussi au Québec ? Vous avez de la difficulté à saisir le sens de certaines expressions bien de chez nous ? Heureusement pour vous, il y a le Polyscope. À chaque semaine, vous y trouverez une nouvelle expression à ajouter à votre vocabulaire (et parfois un peu d'histoire, comme pour l'expression de cette semaine. J'ai déjà une liste en tête, mais si vous avez des suggestions, n'hésitez pas...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

En amont de l’accessibilité, un choix de société

27 février 2004

J'irai droit au but : à bien des niveaux, dans une société capitaliste, le seul garde fou contre la création d'une élite inaccessible de facto et sélectionnée sur l'argent, n'est-elle pas l'égalité des chances ? Et je dirais même l'égalité des chances dans les faits... pas seulement dans les principes. S'il suffisait d'une constitution pour garantir la transposition des principes dans les faits, nous pourrions faire l'économie d'une classe politique nombreuse. L'homme est ainsi...

M. Papineau

9 janvier 2004

Pour ceux d'entre vous qui ne le savent pas encore, Robert L. Papineau est Directeur général de Poly depuis le 1er juin 2002. Il occupait cette même fonction précédemment à l'ÉTS depuis 1988. Il a donc été Directeur Général pendant près de 16 ans, il faut le faire ! Robert Papineau est aussi un ingénieur mécanique, diplômé de Sherbrooke, où il a effectué un baccalauréat et une maîtrise. À la fin de ses études,...

Diffamation ?

14 novembre 2003

Avis de tempête sur la presse étrangère au Royaume-Uni. Cyclone déclenché de quelques ronds dans l'eau repris à grand fracas de scandale à tous les niveaux de la presse. Si vous n'avez pas suivi ce morceau d'actualité brulante et trépidante de ce siècle, laissez-moi en dire quelques mots. C'est l'histoire d'une entrevue accordée par un serviteur des Windsor à un quotidien anglais, relatant de prétendues « relations inappropriés » d'une tête couronnée avec un...