Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

C’est pas à se crosser !

Au cours des dernières semaines, j’ai eu l’occasion de constater que les expressions en provenance de ma Beauce profonde étaient particulièrement appréciées, puisqu’elles étaient inconnues de la plupart des étudiants, peu importe leur origine. Le problème, c’est que je n’en ai qu’un nombre très limité, du moins jusqu’au prochain banquet familial. Par contre, il m’en reste encore une ou deux dans ma poche, dont la perle de cette semaine : « C’est pas à se crosser ! »

Crosser comme dans pousser un truc avec une crosse ? Non mais ! Vous voulez rire ! Je vous apprends des expressions beaucoup plus salées que ça depuis la rentrée ! C’est qu’il nous en cache des choses le Petit Robert… Ainsi, crosser, c’est comme fourrer ou baiser : quand on crosse quelqu’un, on l’a bien eu. Mais sous la forme pronominale illustrée ci-dessus, crosser désigne la masturbation.

Alors, comment utilise-t-on l’expression ? D’abord, elle ne s’emploie qu’avec la négation. Vous ne direz donc pas à tante Germaine que ses petits gâteaux secs sont à se crosser, car l’image mentale que ça donne n’est pas très appétissante. Bien sûr, comme me l’a fait remarquer ma coloc le jour où je l’ai traumatisée avec cette expression, s’il y a des trucs qui ne sont pas à se crosser, ça veut dire qu’il y en a qui le sont… mais on ne veut pas le savoir alors, de grâce, gardez un minimum de mystère autour de votre vie sexuelle, elle n’en aura l’air que plus intéressante ! Ensuite, ne « scrapez » pas le punch de l’expression comme le fait régulièrement ma coloc : ça se dit tout seul, en une seule réplique. Exemple classique : vous êtes assis à côté d’une tronche dans votre cours de calcul, et la tronche en question vous demande si vous aimez les intégrales. Si vous êtes normal, vous pouvez répondre « Bah ! C’est pas à se crosser ! » puis vous pourrez réclamer 200$ en passant GO. Ne vous éparpillez pas à discuter sur les intégrales comme suit : « Ben, celles qui sont simples, ça va, mais quand il y a des logarithmes, c’est pas à se crosser ! ». Pourquoi ? Parce que c’est mal. Surtout si vous vous êtes trompé sur le cas de la tronche et qu’il ne s’agit en fait que d’un simple étudiant aussi désemparé que vous et qui tente tant bien que mal de le cacher. Il s’est déjà endormi depuis longtemps quand vous lui balancez la fameuse expression, même si vous l’effrayez avec un logarithme juste avant (intégrer un log ! quelle horreur ! calmez-vous un peu le poil des jambes !). Il n’y comprendra plus rien : vous lui parlez de somnifères et pouf ! maintenant on se masturbe !

Enfin, il est recommandé de n’utiliser l’expression que pour parler de choses ou de situations, puisque la comparaison tiendra mieux la route, nul ne doutera qu’il s’agit d’une façon imagée d’exprimer votre pensée, et surtout personne n’interprètera vos paroles comme une insulte. Et aussi parce qu’encore une fois, ce n’est pas tout le monde qui tient à savoir à qui vous pensez et à qui vous ne pensez pas quand vous vous amusez en solitaire…

Mots-clés : Kebekwa 101 (6)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Pars la truie !

10 octobre 2003

Vous vous souvenez sans doute que je vous avais promis des cochonneries la semaine dernière. Eh bien ! Vous allez être servis ! Nous allons d'abord étudier une vieille expression qui est devenue plus difficile à interpréter avec tous les progrès technologiques en matière de ressources énergétiques. Puis, nous allons en voir une autre que Robert connaît, mais pas mon vieux M. Larousse… Pars la truie ! Ou arrête la truie. Pas évident tout...

5 janvier : Mon retour

9 janvier 2004

Je vous ai emmerdés toute la session passée avec ça. «Faut pas trop qu'on s'attache parce que je m'en vais, j'ai fini mon bac, je quitte Poly en décembre, bla bla bla...» et première nouvelle : une Chronique Névrotique en page 2 du premier numéro du Polyscope de cette session d'hiver 2004. Désolée de vous l’apprendre si brutalement mais, oui, mes petites névroses sont de retour pour une session supplémentaire. Pourquoi? Huuummm... bonne question....

27 octobre : Échec

31 octobre 2003

Et voilà! C'est encore réussi! Je n'ai qu'à mettre une photo qui, dans le cadre d'un journal étudiant, sorte légèrement de l'ordinaire comme un séchoir à cheveux, une cigogne ou une vieille pub de chocolat Poulain et, à tout coup, je réussis à créer l'intérêt et à vous faire lire ma Chronique! J'sais pas si vous l'savez mais... vous êtes vraiment easy to get! Ça devient presque trop facile... Blagues à part, j'ai trouvé...