Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

21 septembre : Bleu Manoir

Je n’ai pas beaucoup dormi cette semaine. Je m’inquiétais, je cherchais sans cesse quoi raconter à propos de «mon quotidien» dans cette deuxième Chronique… À force d’y réfléchir, je me suis rendu compte de la chose suivante : je n’aime pas le mot «quotidien». C’est un mot qui me fait un peu peur. Trop restreint, trop… ancré. Tarek-Mon rédacteur en chef, est-ce qu’on pourrait reformuler mon contrat s’il te plaît? Je sais qu’on s’était mis d’accord pour que j’écrive à propos de mon quotidien mais, finalement, j’aimerais qu’on élargisse un peu l’horizon et qu’on s’entende sur un autre terme. Mon «univers» par exemple. C’est déjà moins étouffant, non? Merci Tarek.

Je n’ai vraiment pas beaucoup dormi cette semaine. Je crois que j’avais peur du vide. J’avais peur que ma Chronique soit vide. Pourtant, d’habitude, j’adore le vide. C’est vrai, dès que je réussis à faire un peu de place quelque part, j’suis heureuse! Sur une étagère, dans un placard, dans un tiroir… Je m’arrange tout le temps pour avoir au moins un tiroir vide à mon bureau. Je trouve ça… reposant. Reposant et rassurant aussi, je crois, car un tiroir vide représente la possibilité, le loisir de mettre ce qu’on veut dedans si la nécessité se présente. Un tiroir vide, j’adore ça, mais une Chronique vide?? Ça m’angoissait. Et puis je suis tombée sur cet article de la revue Science & Vie du mois de juin de cette année, qui déclare en grande pompe et en première page que «Le vide est plein d’énergie!». Ah ouin?!? Ma boîte de précieux chocolat en poudre Poulain aussi d’ailleurs, si je me fie bien entendu à ce qui est écrit dessus… : «Super Poulain, 4 vitamines + 3 minéraux, PRIX CHOC, pour recharger les batteries après l’école ou après le sport… FAIS LE PLEIN D’ÉNERGIE!» (les produits alimentaires français ont un charme vraiment irrésistible et retrouvé nulle part ailleurs…). Par contre, ma boîte de Poulain, elle, n’est pas vide : elle est à moitié vide et ça commence sérieusement à m’inquiéter, ça aussi : le retour au Nesquik ne sera pas facile… Mais bon, revenons-en à cet article. «L’énergie du vide serait cette «force sombre» qui accélère actuellement l’expansion de l’Univers.» Ah ouin-numéro 2?!? Si le vide est capable d’aider l’Univers-avec-un-U-majuscule à prendre de l’expansion, y’a vraiment aucune raison qu’il ne soit pas capable de m’aider à écrire cette foutue Chronique qui ne traite que de mon p’tit-univers-à-moi-avec-un-p’tit-u-minuscule-de-rien-du-tout, non?

Je suis retournée chez mes parents en fin de semaine. Grosse grosse surprise : ma mère s’était lancée en grand dans des travaux de peinture. «Ça fait dix ans que tous les murs sont blancs, premièrement ça commençait à être défraîchi et, deuxièmement, j’en avais marre du blanc!», m’explique-t-elle. Ça fait surtout quatre ans que je ne suis à la maison que les fins de semaine, même chose pour Delphine-Ma sœur depuis deux ans et puis ça va bientôt faire un an que mon frère est parti travailler à Vancouver. Repeindre la maison n’était qu’une question de temps, la suite logique des évènements, une façon comme une autre de… remplir le vide! (Wow!!! Je sais pas vous mais, moi en tout cas, je l’avais VRAIMENT pas vu v’nir, le lien!) «Comment tu trouves ce bleu?», poursuit ma mère, «Ils appellent ça Bleu Manoir, qu’est-ce que t’en penses? Ça rend la pièce moins triste, tu trouves pas?». Bleu Manoir!?! Manoir!?! Personnellement, j’aurais appelé ça Bleu Salle d’attente chez l’dentiste mais bon, je n’y connais que bien peu de choses. (Bleu Manoir! Sacré Benjamin Moore! Toujours le mot pour rire…)

Bon ben… mine de rien, avec tout ça, ma page est presque remplie finalement… Au fait, si jamais votre instinct vous dictait de m’envoyer un e-mail pour me dire que ma Chronique de cette semaine est vide de contenu, méfiez-vous : elle est peut-être pleine d’énergie…

MAUDE – Peut-être pas non plus. – BOILLOT
——————–
Chronique Névrotique suivante : 191




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.