Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ça sent la guidoune !

Cette semaine, on fait un petit tour vers la rue Ste-Catherine avant de passer à la banque. En effet, nous allons étudier une façon originale (mais pas très polie) de faire voir à quelqu’un qu’il devrait y aller mollo avec son vaporisateur de parfum, puis vous pourrez enrichir votre vocabulaire avec une variation sur le concept du capitalisme.


Ça sent la guidoune !

Guidoune c’est le mot utilisé pour désigner avec mépris une femme aux moeurs légères, une prostituée. Est-ce une façon grossière d’observer qu’il y a des filles dégourdies dans le coin ? Bien que cette expression puisse être interprétée de cette façon (et on peut dire n’importe quoi à la place de guidoune, selon ce qui nous entoure), ce n’est pas son sens premier. Alors, sachant que guidoune est un terme méprisant, vous vous dites sans doute que, quand ça sent la guidoune, ça ne sent pas la rose. En fait, c’est inexact. Certes, ça empeste, mais l’odeur en question n’est pas, à priori, nauséabonde. C’est plutôt l’utilisation qui en est faite qui la rend désagréable. Ainsi, sentir la guidoune, c’est sentir le parfum bas de gamme (vous savez, les trucs à 5$ qui sentent la vanille… pourtant, à la base, l’odeur de la vanille n’est pas dégoûtante), ou simplement sentir beaucoup trop le parfum (peu importe lequel !).

Bref, il s’agit de l’équivalent québécois de l’expression française : « Ça sent la cocotte ! ».

Au plus fort la poche !

Bien que le nom « poche » puisse être employé pour parler de l’entrejambe de ces messieurs, l’expression ci-dessus réfère plutôt à un sac. Un sac rempli de choses intéressantes. C’est donc une autre façon de désigner la loi du plus fort. Par exemple, quand on sème des graines de capucines, qui doivent être semées à X centimètres d’intervalle, et à X centimètres de profondeur, on peut décider de ne pas se casser la tête et de les jeter dans la terre un peu n’importe comment en se disant : « Au plus fort la poche ! ». Après tout, quelque chose va pousser de toute façon. Enfin, notez que le « fort » de l’expression doit être considéré au sens figuré : le plus fort, le plus riche, le plus intelligent… c’est du pareil au même ! C’est pourquoi on appelle parfois le capitalisme comme étant le régime du « au plus fort la poche ! ».

Erratum

Comme me l’a fait remarquer un lecteur, mon grand-papa était dans le champ. En effet, dans mon article de la semaine dernière, j’aurais dû écrire que le calice est la coupe qui contient le vin de messe, et non les hosties, qui sont contenues dans une autre coupe, le ciboire. Mais comme le dirait si bien mon grand-père, ça devait être son « Allis-Chalmer » (marque de tracteurs, à ne pas confondre avec l’Alzheimer) qui faisait des siennes… Et ça m’apprendra à prendre tout ce qu’il dit pour du cash !

Mots-clés : Kebekwa 101 (6)

Articles similaires

Fourrer la dèche

5 septembre 2003

Cette semaine, je vous propose une petite incursion vers la vulgarité (mais yeux chastes ne vous abstenez quand même pas !) avec deux mots pouvant prêter à confusion selon l'utilisation que l'on en fait : fourrer et dèche. Fourrer, ça peut signifier garnir, enfoncer, enfourner, mettre (dans plus d'un sens du terme… ;-)) et se placer. Mais dans l'expression apparemment salée (du moins pour mon ancienne coéquipière française) : « Je suis tout fourré...

« Ça prend pas la tête à Papineau !

29 août 2003

Vous êtes nouveaux à Poly, mais aussi au Québec ? Vous avez de la difficulté à saisir le sens de certaines expressions bien de chez nous ? Heureusement pour vous, il y a le Polyscope. À chaque semaine, vous y trouverez une nouvelle expression à ajouter à votre vocabulaire (et parfois un peu d'histoire, comme pour l'expression de cette semaine. J'ai déjà une liste en tête, mais si vous avez des suggestions, n'hésitez pas...

C’est pas à se crosser !

26 septembre 2003

Au cours des dernières semaines, j'ai eu l'occasion de constater que les expressions en provenance de ma Beauce profonde étaient particulièrement appréciées, puisqu'elles étaient inconnues de la plupart des étudiants, peu importe leur origine. Le problème, c'est que je n'en ai qu'un nombre très limité, du moins jusqu'au prochain banquet familial. Par contre, il m'en reste encore une ou deux dans ma poche, dont la perle de cette semaine : « C'est pas à...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le palais du Louvre

6 février 2004

La semaine dernière, nous avons retracé l'histoire du Louvre durant tout l'ancien régime, jusqu'en 1789. C'est à cette date qu'il cesse d'être uniquement le centre du pouvoir royal… La révolution va transformer le palais en musée de la nation. Napoléon Ier va d'ailleurs s'ingénier à le remplir consciencieusement d'œuvres provenant de ses multiples campagnes, dont nous ne citerons ici que celle d'Egypte. Sous le premier empire (1804-1815), la partie Ouest du complexe (les Tuileries)...

Nouveaux objectifs de formation

12 septembre 2003

Le 14 avril dernier, le conseil académique de l'École Polytechnique a adopté une nouvelle liste d'objectifs de formation au premier cycle, qui vient remplacer la liste désuète qui apparaissait dans les précédents annuaires. Pour le comité sur la formation au 1er cycle, c'est mission accomplie ! Par cette action, l'École démontre sa volonté de donner une certaine orientation à la formation des étudiants au baccalauréat. Cette liste d'objectifs se retrouve dans l'annuaire 2003-2004 et...

Le château de Herrenchiemsee

3 octobre 2003

Cette semaine, partons visiter un des plus beaux châteaux d'Allemagne : Herrenchiemsee. Edifié par le roi de Bavière Louis II afin de concrétiser un monde qui n'existait que dans son imaginaire romantique, il engloutit une colossale fortune et ne fut presque jamais habité. En effet les palais que le monarque fit élever n'étaient ne effet pas des lieux pour y vivre mais pour rêver et se retirer du monde moderne. Pour comprendre la personnalité...