Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

28 septembre : Ma 3e semaine

Pour cette troisième Chronique de mon mandat, voici, en rafale, quelques points marquants de ma semaine.

Ma déception de la semaine : Dans le cadre du cours d’Éthique pour ingénieur donné à Poly, l’étudiant doit faire un travail sur un sujet de son choix ayant la forme suivante : «Est-il éthiquement défendable de…?». Je ne suis pas ce cours présentement (j’ai déjà donné) mais l’ami d’un ami a eu une idée géniale pour remplacer les trois petits points : «Est-il éthiquement défendable d’obtenir son diplôme d’ingénieur sans vouloir faire un cours d’éthique?». Malheureusement, même après tous mes encouragements à présenter ce sujet au prof (ce cours remplace de façon obligatoire le cours de Droit pour ingénieur pour des raisons qui m’échappent complètement) et ma promesse de lui corriger gratuitement son travail, le gars en question s’est rétracté, de peur de s’attirer de mauvaises faveurs de la part du professeur. Avoir une si bonne idée puis la laisser filer… : y’a vraiment des coups d’pied au cul qui s’perdent.

Ma sortie de la semaine : Le cimetière Notre-Dame-Des-Neiges. Paraît que c’est le plus grand cimetière au Canada, ça fait quatre ans que j’habite à côté et je n’y étais encore jamais allée. En plus, y’a un p’tit renard vraiment adorable sur le dépliant publicitaire que j’ai reçu dans ma boîte aux lettres : ça m’en prenait pas plus pour finalement me décider à y aller. Je n’ai pas vu de renard mais ça s’est bien passé quand même. J’ai un p’tit peu tourné en rond pour trouver la tombe d’Émile Nelligan par contre. C’est la numéro 588 de la section N mais je croyais me souvenir que c’était la numéro 855 de ladite section… une petite confusion qui a étiré la promenade d’une quarantaine de minutes.

Ma douceur de la semaine : (En fait, il s’agit d’une douceur qui date du début de ma session mais bon, je vous en parle quand même dans le cadre de cette Chronique-ci pour des raisons évidentes de remplissage.) Je suis folle comme un balai : le pain tranché style Strüdel aux pommes Innkeeper’s Bed & Breakfast est de retour au Club Price! Ce pain n’est pas un délice, c’est une volupté (et peut-être l’un des seuls produits du Club Price à ne pas se vendre en quantité industrielle). Toujours est-il que je (je = ma mère) ne trouvais ce pain tranché style Strüdel aux pommes qu’au Club Price uniquement. Je m’en suis gavée toute la session passée et, depuis cet été, sans prévenir, plus de pain tranché style Strüdel aux pommes au Club Price! Disparu. Ce pain tranché style Strüdel aux pommes me manquait cruellement. Aussi bon froid que toasté que trempé dans du lait au chocolat, il avait vraiment redonné un nouveau souffle à mes déjeuners. Je vous laisse donc deviner ma frénésie quand ma mère m’a annoncé, toute fière, que le pain tranché style Strüdel aux pommes était de retour au Club Price ces temps-ci! Des fois, le bonheur, c’est juste ça. Garochez-vous.

Ma jalousie de la semaine : Un étudiant-résident-en-médecine-de-famille va partir cinq jours dans un congrès de médecine… en République Dominicaine! Hé oui, un forfait tout inclus de cinq jours, avec des «cours» de 16h00 à 19h00… en République Dominicaine. Give me a break! Non mais sérieusement là, les «cours» vont traiter de quoi?

  • L’insolation : Pour ou contre? Comment la prévenir.
  • L’alcool gratuit pendant cinq jours : Apprendre à étirer ses limites.
  • Le coup de soleil : Savoir réagir rapidement. Apprendre à mieux vivre avec.
  • Volet recherche : Selon le même mécanisme que celui qui provoque les plaies de lit, une trop longue période d’effouairement sur le sable peut-elle entraîner des plaies de plage?

Ma question de la semaine : À quand les congrès de génie formule tout inclus aux Bahamas???

Ma photo de la semaine : Je voudrais pas avoir l’air d’insister mais… c’est vraiment cute un renard.

Ma signature de la semaine : MAUDE – Si ça peut vous rassurer, moi aussi je trouve que je commence sérieusement à abuser de la page 2. – BOILLOT
——————–
Chronique Névrotique suivante : 229




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.