Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le diable lui a chié sur la tête !

Cette semaine, tel que promis, vous avez droit à un spécial scatologique. Nous allons donc commencer par examiner une expression chère à mon grand-père. Il l’avait lancée le jour où ma grand-mère était tombée dans le fossé en tondant le gazon… avec le tracteur-tondeuse par-dessus elle :
« Cette semaine, le diable lui a chié sur la tête ! »

Dans la même semaine, elle avait brûlé son pain et elle était passée à un cheveu d’avoir un accident avec la voiture (d’ailleurs, elle était devenue tellement nerveuse au volant avec l’âge qu’il lui interdisait de conduire quand il était là : elle lâchait le volant et se fermait les yeux dès qu’un bozo lui coupait le chemin, y a de quoi faire une attaque !). Si vous n’avez toujours pas saisi la signification de cette expression, allons-y d’un autre exemple. Après tout, les intestins du diable fonctionnent assez pour qu’il puisse se soulager régulièrement sur un peu tout le monde. Tellement, que des fois l’expression commence par aujourd’hui plutôt que par cette semaine. Ainsi, il y a une dizaine d’années, mon esthéticienne avait son premier (et son dernier) enfant. Dès le début, ce fut un cauchemar : la nausée tous les matins, la constipation, le diabète de femme enceinte… nommez tous les désagréments que peut causer une grossesse, elle les a tous eus. Mais le pire, ce fut à l’accouchement. Elle a perdu ses eaux avant d’arriver à l’hôpital, elle n’était pas assez dilatée, elle a fait une hémorragie, l’hôpital n’avait pas son groupe sanguin en stock et, à son arrivée, sa belle-mère lui a dit que si elle ne voulait plus du bébé après tous ces ennuis, sa fille était prête à l’adopter ! Alors quand toute une série de malchances s’abattent sur vous en peu de temps, vous savez désormais qui blâmer… Pour poursuivre dans le brun, voyons ce que voulait dire mon ancienne collègue de travail lorsqu’elle m’a dit :
« Ouin, ça doit crotter sec par chez eux ces temps-ci ! »

D’abord, ouin, c’est la contraction de « ouais bien ». Ensuite, imaginez ce qui pourrait bien vous amener à faire une telle chose. Manquer de fibres ? Non, vous ne crotteriez pas du tout si c’était le cas. Être déshydraté alors ? Pas vraiment, mais vous vous approchez. En fait, quand on crotte sec, c’est parce que l’on n’a pas grand-chose à crotter, qu’on est pauvre. Par exemple, vous pourriez utiliser l’expression pour parler de vos amis qui vont bientôt diplômer en génie informatique, comme on l’utilisait par le passé pour parler des futurs diplômés en génie civil…

À la semaine prochaine !

Mots-clés : Kebekwa 101 (6)

Articles similaires

C’est pas à se crosser !

26 septembre 2003

Au cours des dernières semaines, j'ai eu l'occasion de constater que les expressions en provenance de ma Beauce profonde étaient particulièrement appréciées, puisqu'elles étaient inconnues de la plupart des étudiants, peu importe leur origine. Le problème, c'est que je n'en ai qu'un nombre très limité, du moins jusqu'au prochain banquet familial. Par contre, il m'en reste encore une ou deux dans ma poche, dont la perle de cette semaine : « C'est pas à...

Pars la truie !

10 octobre 2003

Vous vous souvenez sans doute que je vous avais promis des cochonneries la semaine dernière. Eh bien ! Vous allez être servis ! Nous allons d'abord étudier une vieille expression qui est devenue plus difficile à interpréter avec tous les progrès technologiques en matière de ressources énergétiques. Puis, nous allons en voir une autre que Robert connaît, mais pas mon vieux M. Larousse… Pars la truie ! Ou arrête la truie. Pas évident tout...

« Ça prend pas la tête à Papineau !

29 août 2003

Vous êtes nouveaux à Poly, mais aussi au Québec ? Vous avez de la difficulté à saisir le sens de certaines expressions bien de chez nous ? Heureusement pour vous, il y a le Polyscope. À chaque semaine, vous y trouverez une nouvelle expression à ajouter à votre vocabulaire (et parfois un peu d'histoire, comme pour l'expression de cette semaine. J'ai déjà une liste en tête, mais si vous avez des suggestions, n'hésitez pas...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La rentrée dans l’autre école de génie

19 septembre 2003

À l'ÉTS, les cours commencent aussi après la Fête du Travail, et les activités commencent le mercredi pour s'étendre ensuite sur deux semaines. D'abord, il y a un souper hot dog destiné aux étudiants habitant les résidences le mercredi puis, le jeudi, il y a une levée de cours afin de permettre à tous les nouveaux étudiants de participer aux Olympiades, une journée complète de compétitions testant les habiletés physiques et mentales des nouveaux....

Les Carabins écrasés

31 octobre 2003

Dimanche dernier, par une journée à passer devant la télé, nous nous sommes déplacés dans le merveilleux village de Québec pour assister à la dernière partie des Carabins de la saison régulière. Nous savions tous que ce ne serait pas un match facile pour les Bleus. Bien qu'avant la rencontre, les deux équipes présentaient une fiche identique de six victoires et d'aucune défaite, ce n'était pas deux équipes égales qui allaient s'affronter. L'entraîneur-chef Jacques...

Diffamation ?

14 novembre 2003

Avis de tempête sur la presse étrangère au Royaume-Uni. Cyclone déclenché de quelques ronds dans l'eau repris à grand fracas de scandale à tous les niveaux de la presse. Si vous n'avez pas suivi ce morceau d'actualité brulante et trépidante de ce siècle, laissez-moi en dire quelques mots. C'est l'histoire d'une entrevue accordée par un serviteur des Windsor à un quotidien anglais, relatant de prétendues « relations inappropriés » d'une tête couronnée avec un...