Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Constats sociaux

Je me posais une question difficile que j’aimerais partager avec les nombreux lecteurs du Polyscope. La question est fort importante et je regrette qu’elle ne soit pas mise de l’avant ces temps derniers alors qu’elle est au coeur de l’actualité – nous le verrons plus bas. De plus, les changements accélérés que vit le monde aujourd’hui à cause d’une mondialisation chevronnée laisse planer une menace qui ravive l’acuité de cette question, qui lui donne son ampleur, une raison de vivre.

La question est à la base : Quel est le rôle de l’État aujourd’hui dans la protection des droits du Citoyen ?

Je m’explique. Contrairement à ce que pourraient croire certaines personnes, la mondialisation n’est pas le fruit d’internet et de l’accélération du développement des moyens de communications. La mondialisation n’est pas due à la fréquence des vols Paris Montréal ou à la popularité des restaurants vietnamiens sur la rue St Laurent. Elle est d’abord un état de fait économique et une volonté économique et politique généralisée.

Elle est un état de fait car il est difficile aujourd’hui de penser local sans penser global. C’est le cas pour beaucoup de choses, l’environnement entre autres, mais surtout l’économie. Une baisse des cours du dollar à New York implique bon gré mal gré des répercussions ailleurs. Ces répercussions peuvent être terribles, surtout lorsqu’elles touchent des pays qui n’ont pas les moyens requis pour faire face à une perturbation économique importante. On a un peu affaire à une situation du battement d’aile de papillon : le Dow Jones perd 1% aux States et 10 000 personnes meurt de faim en Afrique. Ca peut paraître cynique, mais cela dépasse ces ordres de grandeurs bien souvent.

Le plus dangereux cependant c’est la volonté politique. Depuis la chute de Berlin la volonté politique du Nord (Europe compris) est assurément passée à une tendance de mondialisation économique effrénée qui veut réduire à tout prix le pouvoir de l’État pour accorder une plus grande force aux industries, aux spéculateurs financiers et aux investisseurs.

Ce virage, aussi banal qu’il puisse sembler pour certains, a une portée non négligeable sur le statut des citoyens et sur ses droits. Je parle d’information, d’éducation, de soins de santé, d’habitation, de nourriture. En donnant accès à ces « secteurs d’activité » au privé, les gouvernements ont tronqué une part des droits de ceux qu’ils sont censés représenter et défendre.

Si nous considérons que le citoyen est une poupée vaudou, les gouvernements lui ont arraché les cheveux, puis extré les yeux des lobs (pour les visuels, des boutons de nacre), puis arraché le bras, et enfin défoncé ce qui restait de présentable.

En bref, ce sont deux siècles de réflexion philosophique sur la démocratie et le contrat social qui sont jetés aux chiottes. On ne s’étonnera pas que les lobbies imposent leur diktat sur la scène international (Irak, Proche-Orient), ce qui implique souvent des infractions impunies au droit international. C’est ce qui autorise les États-Unis à emprisonner un citoyen canadien dans la légalité sous prétexte de son origine arabe sans que le gouvernement canadien n’ait son mot à dire. Bravo la souveraineté.

Mots-clés : Colonne (8)

Articles similaires

Papinou, un directeur particulier

12 septembre 2002

A poly, on ne fait jamais rien à moitié. La preuve m’en a été donnée lorsque j’ai reçu chez moi un coup de téléphone de M. Papinou, personnage qu’il n’est pas nécessaire de présenter, notre directeur particulier (DP) depuis la session d’automne actuelle. Ce sympathique monsieur s’inquiète des dégâts causés à ma monture (c.f. Colonne précédente) et de mes problèmes financiers. Je le rassure brièvement et m’enquiert de sa nouvelle fonction. D.P., je lui...

[Colonne éditoriale]

7 novembre 2003

J'aurais tellement voulu être un membre de l'administration Bush ! Non, je ne niaise pas. C'est une affaire très sérieuse. Et dire que je m'étais trompé en me campant sur ma position et en défendant des idées toutes faites, j'appuyais il y a un an les anti-guerres au lieu de comprendre au plus tôt l'importance du débat et les enjeux historiques qui se jouaient là. Quels romantiques étions-nous pour braver le froid, au nombre...

Colonne éditoriale

31 octobre 2003

La semaine passée, je faisais irrévérence en lançant en queue de poisson un sujet que je survolais vaguement. Les contraintes extérieures faisaient en sorte que j'étais limité en longueur, et j'ai tâché de résumer du mieux qu'il m'était donné de le faire. Encore une fois, je me retrouve un peu serré, mais je vais simplement éviter de faire trop de digressions, et finir une introduction déjà trop longue. Charest, ce bon vieux démagogue qui...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.