Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Elia Suleiman

Depuis la seconde intifada, un grand nombre de films traitant du conflit israëlo-palestinien sont venus illuminer nos écrans, apportant souvent une substance rare et subjugante. On l’avait déjà noté à Cannes avec Kedma de Gitaï, au FFM avec le très insidueux Rana’s Wedding, et le FCMM n’a pas manqué de suivre la règle en portant aux écrans du Parc l’Intervention Divine de Elia Suleiman, film acclamé à Cannes, et pour cause.

Le réalisateur se présente dans la salle obscure où un public inquiet l’attend. Il descend le couloir les mains dans les poches et prend le micro furtivement, un chewin-gum dans la bouche, nous dit qu’il n’y a rien à comprendre et s’en va, courbé par les années et le mystère d’une oeuvre. On reste sur sa faim, et ne sait comment réagir aux premières images d’un film qui débute avec calme, une sorte de paisibilité d’avant-guerre, où seule l’atmosphère absurde d’un peuple qui s’insulte et se jette des bouteilles de verre nous laisse dubitatifs.

Le calme dure jusqu’au moment où un noyau d’abricot jeté d’une voiture fait exploser un char israëlien. C’est Elia Suleiman qui conduit. Il ne semble pas réagir à la déflagration. Il continue simplement à manger des fruits. Captivé par la route et un but encore inconnu.

Ce brusque changement de situation marque le reste du film dans sa globalité. On comprend qu’il y a deux niveaux d’images, un peu comme il existe deux niveaux de lecture. Et le paysage en apparence tranquille du début cache en fait une fièvre allégorique. Cette fièvre brûle tout au long du film. Et on distingue peu à peu une critique sociale, un discours auto-biographique et un propos politique engagé.

D’ailleurs, cet engagement politique est clair et sans aucune ambiguïté. Le ballon-portrait de Arafat survole la ville occupée et surplombe dans une symétrie parfaite le dôme doré de Jérusalem. Mais y il a plus que cela dans le discours nationaliste, et pour cette raison, Elia Suleiman rejoint les grands noms de la culture arabe. Le film est sous-titré une chronique d’amour et de douleur. L’association n’est pas fortuite et devrait être comprise comme une allégorie de la relation amoureuse entre l’auteur et son pays, incarné par une maîtresse qu’il rencontre uniquement au niveau d’un check point entre Jérusalem et Ramallah. « Je suis fou parce que je t’aime » rappelle le très célèbre « Majnoun Leila », mais l’allégorie elle même et la structure de l’oeuvre font penser à « Nedjma » de Kateb Yacine, elle aussi inspirée de l’occupation, elle aussi source de symboles démultipliés.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Les albums de l’automne

9 octobre 2014

Que vous soyez plus rock, plus pop, ou entre les deux, plusieurs sorties CD sont à surveiller dans les prochains mois… et d’autres moins! One Direction Four   Encore? Et oui, un quatrième album en deux ans pour le groupe anglais issu de X-Factor. Les fans du groupe seront encore une fois choyés avec une version deluxe contenant seize chansons qui sortira le 17 novembre. On ne change pas une recette gagnante et One Direction...

Un « D » pour Harper…

12 décembre 2008

En période de finaux, Harper, lui, a déjà reçu sa note de la part de l'organisme Démocratie en surveillance : \"D\", avec comme commentaire une transparence trop floue et des réformes démocratiques qui mettent du temps à arriver. Dans un bulletin de note assez détaillé, l’association dénonce le fait qu’Harper ne mette pas encore assez de barrières aux pratiques suspectes qui demeurent toujours légales, comme par exemple le secret qui entoure encore les collectes...

The Road to Escondido

17 novembre 2006

Quand deux monstres du Blues se réunissent en studio, ça donne un très bel album, et on s’en doutait ! Clapton fait toujours d’aussi bons albums, mais compose de moins en moins : sur Back Home (2005) il a juste co-écrit cinq ou six titres. Mais cette fois-ci, on lui pardonne, il a avec lui un compositeur hors normes de Blues : Cale. Clapton retrouve Cale, celui qui l’a inspiré pendant tant d’années, c’est...