Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Politiquement vôtre

En cette période de mi-session, suffisamment perturbante par la démultiplication des examens et des devoirs, l’actualité politique me donne un arrière-goût dans la gorge : un mélange de bile et d’oeufs pourris. J’ouvre chaque matin mon journal avec un tremblement dans les mains et une légère fièvre. « Qu’ont-ils donc à nous emmerder avec l’affaire des commandites ! », me dis-je avec dégoût. Et à y penser à tête reposée, face à mon écran, mes mains pianotant sur le clavier un petit air de l’éditorial écrit à la hâte, je me dis que cette réaction organismique est tout-à-fait justifiée.

Je m’explique. Tout le monde s’indigne que l’argent public puisse être gaspillé dans des intérêts personnels. On se fâche ouvertement qu’on eût pu, dans les sphères du pouvoir, mépriser les citoyens et profiter des latitudes qu’offrent les plus hautes fonctions de l’État pour s’enrichir, permettre aux amis de s’enrichir, et ce sur le dos du peuple.

Ces répliques et accusations sont bien jolies, et qui aurait de la difficulté à reconnaître la légitimité d’une telle position ! sinon moi. Pour ma part, je serais fort tenté de suivre le mouvement populo-médiatique et crier à l’unisson avec les différents groupes d’intérêt qui voient dans cet imbroglio inespéré l’occasion de tirer les marrons du feu. Car après tout, il arrive souvent que le mal profite au bon, et chacun essaie bravement d’en tirer profit. Quant au quidam du peuple qui lit La Presse ou le Journal de Montréal, il n’y a là qu’un amusement passager, comme dans toute nouvelle de l’actualité. Celui-ci est plus savoureux que les précédents, car il touche à l’imaginaire collectif, celui du droit de tous, celui de la démocratie.

Voilà justement où je vois le mal. Ce que tous et chacun appellent la démocratie n’est pour moi qu’un simulacre de la chose et, surtout, d’un point de vue strict et rigoureux, tout à fait l’opposé. Nos systèmes politiques s’apparentent plus souvent au modèle de Hobbes qui veut que « le pouvoir de tous soit remis entre les mains d’un groupe de personnes et que ces derniers garantissent la paix, contre la guerre de tous contre tous », qu’à celui de la Grèce Antique.

Aussi, et de fait, il n’y a pas de droit dont on puisse se prévaloir à ce chapitre, et les détenteurs du pouvoir sont libres de leurs mouvements (ce qu’ils prouvent par leurs actes) aussi longtemps qu’ils nous garantissent (ou fichent) la paix. Notre désir de paix est d’ailleurs indéniable. Les mandats succesifs brigués par les libéraux ont quelque chose de similaire avec ceux du dictateur tunisien Ben Ali.

Il est par conséquent inutile de chercher à pointer du doigt les groupes responsables de la situations (les libéraux, selon le Bloc, les Québécois selon d’autres), mais à identifier le mal là où il se trouve, i.e. dans le système. Il est d’autres façons de concevoir la démocratie,la vie collective et le partage des droits et devoirs, aucunement semblables à celle que nous adoptons. En attendant, notre tribu demeure le consumérisme batard, le bavardage et la gesticulation et nous nous offusquons faussement au moindre « scandale », complaisance de l’ignorance.

Articles similaires

Financement des universités

11 février 2008

Tous les acteurs du réseau universitaire s’entendent sur le fait que les universités manquent de ressources financières. En 2003, la Conférence des recteurs et le Ministère de l’Éducation ont évalué les besoins à 375 millions de dollars par année et ce, pour atteindre un niveau de financement équivalent à la moyenne des universités canadiennes. Au niveau local, les conséquences de ce sous-financement sont tangibles : diminution des services offerts, apparition de nouveaux frais de...

Polytechnique en grève !

11 mars 2005

Poly est en grève ! C'est une première historique. Les hausseurs d'épaules ont remué l'échine et ont organisé une assemblée générale de 890 personnes, soit près du tiers de l'ensemble des étudiants. La majorité s'est exprimée avec force. Le propos était sans équivoque. Le OUI l'a remporté par 595 voix contre 274 pour le NON, et 21 abstensions. Ainsi, le mercredi 16 mars 2005, Polytechnique fermera ses portes, baissera ses fanions, érigera des...

Mi figue, mi raisin, mi gréviste

11 mars 2005

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l'assemblée générale (...) Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. Je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

10 novembre : Le rendez-vous

14 novembre 2003

Vous vous apprêtez à lire votre avant-dernière Chronique Névrotique. Je sais, je vous annonce ça un peu brutalement mais dites-vous bien que pour moi aussi, c'est un choc. Étant donné que dire au revoir est un concept qui me mystifie complètement, que j'ai horreur de ça, que je n'ai jamais su comment m'y prendre pour le faire convenablement et que, de toute façon, je n'y crois pas vraiment, j'ai eu l'idée de vous écrire...

Qui veut la peau de Stéphane Dion ?

7 décembre 2008

Qu’on veuille faire prendre le chemin des hirondelles à Dion n’est pas nouveau au PLC… Mais aujourd'hui, Stéphane Dion, le chef libérale et optionnellement de la coalition PLC/NPD appuyée par le Bloc serait-il menacé de putsch au sein même de son propre parti alors qu'il vient de gagner l'une de ses plus grande bataille : faire une coalition avec le soutien du BQ ? Tiendra-t-il jusqu’à la fin de la prorogation parlementaire ? Le...

14 octobre : Le hibou, le cygne et la cigogne

24 octobre 2003

J'écris cette Chronique alors que je suis en semaine de relâche. En fait, j'étais en train d'étudier (on est en relâche ou on ne l'est pas...) mais j'avais ces quelques idées pour ma prochaine Chronique qui me tournaient dans la tête. À force de tourner, elles détournaient ma concentration... Il faut que je vous parle des nouvelles couleurs de ma maison. Bon, «il faut, il faut...», on s'entend que ce n'est pas une question...