Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Politiquement vôtre

En cette période de mi-session, suffisamment perturbante par la démultiplication des examens et des devoirs, l’actualité politique me donne un arrière-goût dans la gorge : un mélange de bile et d’oeufs pourris. J’ouvre chaque matin mon journal avec un tremblement dans les mains et une légère fièvre. « Qu’ont-ils donc à nous emmerder avec l’affaire des commandites ! », me dis-je avec dégoût. Et à y penser à tête reposée, face à mon écran, mes mains pianotant sur le clavier un petit air de l’éditorial écrit à la hâte, je me dis que cette réaction organismique est tout-à-fait justifiée.

Je m’explique. Tout le monde s’indigne que l’argent public puisse être gaspillé dans des intérêts personnels. On se fâche ouvertement qu’on eût pu, dans les sphères du pouvoir, mépriser les citoyens et profiter des latitudes qu’offrent les plus hautes fonctions de l’État pour s’enrichir, permettre aux amis de s’enrichir, et ce sur le dos du peuple.

Ces répliques et accusations sont bien jolies, et qui aurait de la difficulté à reconnaître la légitimité d’une telle position ! sinon moi. Pour ma part, je serais fort tenté de suivre le mouvement populo-médiatique et crier à l’unisson avec les différents groupes d’intérêt qui voient dans cet imbroglio inespéré l’occasion de tirer les marrons du feu. Car après tout, il arrive souvent que le mal profite au bon, et chacun essaie bravement d’en tirer profit. Quant au quidam du peuple qui lit La Presse ou le Journal de Montréal, il n’y a là qu’un amusement passager, comme dans toute nouvelle de l’actualité. Celui-ci est plus savoureux que les précédents, car il touche à l’imaginaire collectif, celui du droit de tous, celui de la démocratie.

Voilà justement où je vois le mal. Ce que tous et chacun appellent la démocratie n’est pour moi qu’un simulacre de la chose et, surtout, d’un point de vue strict et rigoureux, tout à fait l’opposé. Nos systèmes politiques s’apparentent plus souvent au modèle de Hobbes qui veut que « le pouvoir de tous soit remis entre les mains d’un groupe de personnes et que ces derniers garantissent la paix, contre la guerre de tous contre tous », qu’à celui de la Grèce Antique.

Aussi, et de fait, il n’y a pas de droit dont on puisse se prévaloir à ce chapitre, et les détenteurs du pouvoir sont libres de leurs mouvements (ce qu’ils prouvent par leurs actes) aussi longtemps qu’ils nous garantissent (ou fichent) la paix. Notre désir de paix est d’ailleurs indéniable. Les mandats succesifs brigués par les libéraux ont quelque chose de similaire avec ceux du dictateur tunisien Ben Ali.

Il est par conséquent inutile de chercher à pointer du doigt les groupes responsables de la situations (les libéraux, selon le Bloc, les Québécois selon d’autres), mais à identifier le mal là où il se trouve, i.e. dans le système. Il est d’autres façons de concevoir la démocratie,la vie collective et le partage des droits et devoirs, aucunement semblables à celle que nous adoptons. En attendant, notre tribu demeure le consumérisme batard, le bavardage et la gesticulation et nous nous offusquons faussement au moindre « scandale », complaisance de l’ignorance.

Articles similaires

Entrevue avec Pauline Marois, Chef de l’opposition et chef du Parti Québécois

20 mars 2009

La chef du parti de l’opposition s’exprime en exclusivité dans le Polyscope sur les thèmes majeurs du Québec : l’économie, l’actualité, et bien sûr l’éducation. En pleine crise économique, quelles sont les réponses qu’apporte l’opposition face au gouvernement Charest ? Bio: Née à Québec en 1949, Pauline Marois est millante de la première heure au PQ. Attachée de presse de Jacques Parizeau, elle devient ensuite par la suite chef de cabinet de la ministre...

Mi figue, mi raisin, mi gréviste

11 mars 2005

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l'assemblée générale (...) Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. Je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute...

Gouvernance libérale ou la valse aux adieux

29 août 2003

Charest, merde à toi ! Voici un cri simple, concis, qui dit bien ce que l'on commence à penser du nouveau mandat du parti libéral du Québec. Un mandat sous le signe du régime minceur, puisque le gouvernement a décidé de spolier tous les secteurs où l'État offrait la garanti d'un soutien financier quelconque. Tout cela dans la perspective d'une baisse d'impôt massive, salutaire pour une prochaine réélection à ce qu'on dit dans les...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

TSB pour oublier 2010

14 janvier 2011

Lundi matin, 10 janvier 2011, 8h30, cours de thermodynamique statistique biomoléculaire. Je pense que le TSB (magique abréviation de mon nouveau cours préféré), sera mon compagnon durant de longues nuits blanches au cours de cette session, ma drogue de prédilection pour les semaines à venir. Premier pas plutôt incertain donc en 2011, avec surtout le premier devoir qui plane au dessus de moi, à rendre dans quelques jours... Espérons qu’une année n’est pas déterminée...

16 mars : Top 3

19 mars 2004

Parlons peu, parlons bien... Parlons chiottes. Voici, histoire d'être pratique pour une fois, mon top 3 des chiottes publiques les plus propres que j'ai croisées en Europe. Troisième position : Les toilettes du restaurant barcelonais Mikel Etxea (Restaurante/Taberna Vasca). D'emblée, je tiens à mentionner que cette toilette, d'une propreté acceptable mais sans plus, ne se mérite pas la troisième place de mon rigoureux palmarès pour des considérations hygiéniques mais plutôt à cause du génie...

Corrupt Tour : le meilleur du pire

26 octobre 2012

Voyageurs, voyageuses qui a dit que les tours organisés étaient seulement pour découvrir les merveilles d’un pays ? Vous pouvez, maintenant, voir le meilleur de la corruption, grâce à l’agence de voyage Corrupt Tour.   La corruption est un phénomène mondial dont on entend parler tous les jours, mais la majorité des gens ne savent pas à quoi ça ressemble. Corrupt Tour, situé à Prague, en République Tchèque, a comme mission de donner plus d’options,...