Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Super B

Aucun champ n'est obligatoire



  • La femme me regarda d’un air de chien battu alors que je passais, en me montrant une pancarte en français, bien sûr elle voulait une petite pièce ou deux… Je ne m’attendais pas à en voir ici, à Montréal, un si bel endroit, et c’est ce qui me troubla. Je n’avais pas fait tous ces kilomètres pour voir ça. Elle avait un bébé au teint pâle dans ses bras, et il semblait être malade. Pourquoi est-ce que cela tombe toujours sur moi ces choses là ? Si j’avais vraiment de la compassion, je n’essaierai pas d’éviter son regard, je ne me détournerai pas de mon semblable lorsqu’il a faim et qu’il a besoin d’être lavé. Je sais qu’il y a des pauvres professionnels qui vivent sur le dos de la compassion des autres, mais là ce n’était pas le cas, sinon comment le bébé pouvait-il être en si mauvaise santé ? J’ai toujours hésité pour savoir si je devais donner de l’argent à ceux qui mendient. Je ne veux certes pas encourager ce style de vie, mais comment savoir si ces gens en ont vraiment besoin ? En fait je me dis que puisque je pèse les pros and cons, ce dilemme n’en est pas vraiment un dans la mesure où je suis du côté du donneur. Mais comment cela serait-il si vous étiez du côté du mendient ? Et voilà la surprise, c’est que moi aussi je vois que je suis pauvre, et ça n’a rien à voir avec l’argent.

    La dernière fois que nous avons laissé notre héros, je crois qu’il était sur une montagne à faire le fier quelque part, mais je suis misérable quand je regarde en dedans et vois en secret de quoi je suis capable. Je pointe du doigt les autres, en disant qu’ils sont pires, mais je reste quand même un vagabond. Mais, on m’a donné sans hésiter, et j’ai pris un bon bain. Qui m’a tiré de la fosse boueuse et m’a rétabli quand tout allait mal ? Dans mon cœur au lieu de mes anciennes pensées il a mis une mélodie d’une divine harmonie, il m’a pris dans ses bras et m’a montré sa croix. Une de mes plus proches amies s’appelle Charity, avec un nom pareil il est naturel que je pense à elle en écrivant ces lignes. Étudiante en Physico-chimie, elle a consacré sa vie à la mission, pour aider les autres. Les aider à voir qu’au-delà du matériel, ils sont nécessiteux, qu’ils ont besoin de reconnaître une autre pauvreté. Le pauvre reçoit ce qu’on lui donne, l’homme suffisant ne reçoit que ce que sa suffisance lui a donné. Celui qui se croit riche pense prendre sa destinée en main, celui qui reconnaît sa faiblesse, sait qu’il a besoin d’autre chose.

    Pour terminer, c’est rare mais laissez moi démentir certaines accusations sur une éventuelle intervention à caractère militaire des États-Unis. Je crois que le seul vainqueur de la guerre c’est le père du mensonge, meurtrier dès le commencement. Je ne peux donc pas y être en faveur. Cependant, si il y a un dictateur fou qui compte utiliser des armes de destruction dès qu’il arrive à en fabriquer, c’est sûr qu’il faut lui dire que c’est pas bien. M.Bush qui est un homme audacieux prends donc de mauvaises décisions pour de bonnes raisons. Lorsque vous irez manifester au centre ville de Montréal après les premières attaques, souvenez-vous que si il y a des pauvres là-bas, c’est ici d’abord que les premiers pauvres se trouvent.

    Mots-clés : Spiritus Sanctis (13)



    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Histoire de lunettes

    6 septembre 2002

    Voilà, après de longs pourparlers avec le comité éditorial, avec les gens de la rédaction et la direction du Scope, nous sommes arrivés à un compromis qui ne me plaît pas complètement, mais dont je tire quelques satisfactions car dorénavant, j’aurai une colonne par semaine. Je vous expose la situation : sachant que seul moi pouvais tenir une chronique digne de ce nom (Dieu seul sait le nombre de choses infectes qu’on lit dans...

    Sociétés techniques

    28 octobre 2002

    Cette semaine, pour la première fois dans le Polyscope, en exclusivité exclusive, les actualités polytechniciennes ! Bon, ça fait… Effectivement, dès maintenant, vous serez informé des actualités polytechniciennes ! Ça tombe bien puisqu'il s'agit du nom de la chronique. Cette semaine, apprenez des infos sur les sociétés techniques, dont les bolides sont exposés fièrement dans l'entrée principale de Poly. SAE avion-cargo - Une première place dans la catégorie « open class » Chaque année...

    Hocus pocus filijocus !

    23 septembre 2002

    Nous à Poly sommes bien placés pour le savoir, l'homme est capable aujourd'hui de prouesses techniques et scientifiques inouïes. Bravo et chapeau bas, on a raison d'être fiers. Mais si la science avance, la misère humaine, elle, ne recule pas. À l'heure où l'on parle de chiffres catastrophiques pour les prévisions du nombre de personnes atteintes du virus du SIDA dans dix ans, sachez qu'il est un mal qui ronge le Québec à l'heure...

    Aucun champ n'est obligatoire