Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Halloween

Je suis troublé, on m’avait décrit les américains comme un peuple arrogant et belliqueux. Je n’en ai presque jamais entendu dire du bien, l’américain moyen était pour moi ce gros lard plein de bière à entendre parler les Québécois. Ce n’est peut-être pas général, mais je reviens d’un séjour dans le Kentucky dans la Bible Belt, et j’y ai trouvé tout le contraire ; des gens souriants, accueillants et serviables. Bien sûr les « chicken wings » sont succulentes et donc les gens plus forts, mais il y a une douceur dans les relations que je n’ai vu nulle part ailleurs. Les gens se saluent dans les rues, on s’invite, on se sent valorisé. Il faut s’y rendre pour le réaliser plutôt que de croire les médisances gratuites de quelques jaloux.

De même quand vous commencez à faire la connaissance de quelqu’un, au début vous vous posez des questions sur sa personnalité et son caractère. Nous avons un certain nombre de désires et d’attentes et quand ils ne sont pas satisfaits, on ne peut construire un relation satisfaisante. Est-il détendu et patient ou toujours excité ? Aborde-t-il les idées neuves avec un esprit ouvert, sais-t-il écouter avec intérêt et respect, ou préfère-t-il ses propres monologues ? Est-il équitable dans son jugement sur les autres, est-il bienveillant ou condamne-t-il vite ? Bref, est-il capable de faire un pas vers vous, ou veut-il une relation à sens unique où vous lui donnez tout ? Ces questions vous indiquent si vous pouvez croire ce qu’il dit ou s’il fait des promesses qu’il n’a pas l’intention de tenir. Personne ne se mettrait avec une autre si elle n’a pas confiance. (Sauf dans ces « partys » alcoolisés si diligemment organisés par Poly chaque semaine). Ou êtes-vous avec quelqu’un pour « le fun », et puis gardez des traces amères de votre relation ?

Ce qui m’amène à me poser ces mêmes questions… suis-je compréhensif, raisonnable, sensible et véritable ? Car même si j’arrive à tromper mes propres parents, je ne peux me tromper moi-même. Qui m’enseignera la vérité au fond de moi, et qui mettra la droiture dans mon for intérieur ? Quand je considère les gens tout autour, je vois une société qui n’est pas en train de devenir plus gentille ou plus polie, mais plus forte et plus monstrueuse. Le prince de ce monde l’a transformée en zoo humain. Les atrocités dans l’Europe d’Hitler, la Chine de Mao et la Russie de Staline sont pâles en comparaison des tragédies des vies sans aucun sens. Autour de la Terre, des millions d’hommes et de femmes languissent dans le désespoir, et c’est là qu’il faut communiquer quelque chose. Certains célèbrent un anniversaire de mariage seul, d’autres ont vu leurs rêves enterrés en même temps que le cercueil de la personne qu’ils aimaient, et d’autres ont la conscience chargée.

Je ne veux pas endurcir mon cœur, l’espoir peut être communiqué. Aussi longtemps qu’on pourra dire « aujourd’hui », la même transaction peut se produire dans les cœurs sincères. Il n’y a aucun moyen sur terre pour expliquer cela (ce qui est peut-être la seule explication.) Il n’est jamais trop tard pour changer, et pour m’accorder ce que je ne mérite pas – une nouvelle chance.

C’est ça Halloween, traditionnellement la fin des récoltes et l’entrée dans l’hiver. Si les soirs deviennent de plus en plus sombres, vous pouvez avoir la lumière en vous. C’est la période pour les nouveaux départs, effacez le passé, donnez des bonbons. S’il fait froid dehors, ayez le cœur chaud.

Ca, de nombreux américains l’ont compris, et les maisons sont richement décorées. Je n’avais jamais vu des villages entiers entièrement transformés pour l’occasion ; il y a un sens de la tradition et de la joie qu’on ne retrouve nul part ailleurs. Ils savent partager avec enthousiasme la célébration et les valeurs de la famille. Ce n’est pas seulement un « party d’halloween » d’une soirée éthylique comme ici, c’est plutôt re-donner une chance à tous ceux qui ont besoin de relever la tête. Pensez-y ces prochains jours, donnez à manger, rendez libre et célébrez avec nous le vrai Halloween.

Mots-clés : Spiritus Sanctis (13)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+