Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Pour le moment

Une étude sur les nord-américains montre qu’à la fin de votre vie, vous aurez passé en moyenne six mois à attendre à des feux rouges, huit mois à ouvrir du junk mail, un an et demi à chercher des affaires pommées à la maison (le double de ce temps dans mon cas), trois ans en prière et un fabuleux cinq ans dans diverses files d’attentes. Alors que tout est optimisé pour ne pas perdre de temps, nous courons toute la journée toujours pressés. Lorsqu’on demande « Ca va ? », prenons-nous le temps pour écouter la réponse ? Lorsqu’on s’étend sur le lit pour s’endormir, avons-nous encore mille choses à faire qui courent dans la tête ? Combien de fois avez-vous dit « je le ferai demain » et puis vous l’avez remis au surlendemain ? Ou avez-vous laissé une amitié mourir parce que vous n’aviez jamais le temps d’envoyer un e-mail ?

Dans notre société ou tout est efficace, on manque chroniquement de temps, et beaucoup d’entre nous sommes liés non pas par la cigarette ou l’alcool, mais par l’apitoiement et l’amertume. Tu te plains à chaque fois que t’as la chance d’être avec quelqu’un qui t’écoute. Mais avant que les diverses blessures se transforment empirent, il faut enrayer le processus de la douleur. La vengeance et la haine sont irrévérencieuses, mais le pardon est la meilleure attitude. Parce que pardonner quelqu’un qui t’a blessé ne veut pas dire que l’autre avait raison, mais c’est être plus noble que celui qui a commis la faute.

Changer d’attitude n’est pas facile, demandez à celui qui ne veut plus fumer ou aller aux partys, et qui continue d’essayer par ses propres forces de changer son cœur. Comment enlever les rides marquées par des années de souci, effacer l’ombre de la honte sur le visage et les doutes dans votre esprit ? Le remède n’a pas changé depuis la création de l’homme et il marche depuis des générations. Croyez, faites un pas, et vos mâchoires serrées se relâcheront et vos sourcils froncés s’adouciront. Nous nous attendions à un remède plus compliqué, ou plus exigeant. Un jeûne de quarante jours peut-être. Ben non, grâce veut dire gratuit. C’est extraordinaire comme l’homme est capable de faire n’importe quoi pour calmer sa conscience, donner des aumônes, peleriner à droite à gauche, se priver de bouffer çi ou ça… mais reconnaître avoir tort, ah ça, jamais ! Et combien une chose si simple est si dure à accepter par mon orgueil, parce que mes faiblesses sont si fortes. Pourtant qu’il y a-t-il de si terrible à reconnaître ses fautes ? Pas besoin d’être un superman, c’est simplement annoncer que l’on désire s’amender.

Pour moi la discipline est logique, cartésienne et appropriée. Mais je ne comprends pas comment on peut pardonner un escroc comme Zachée dont la chose la plus propre de sa vie est l’argent qu’il a blanchi. Il y a pourtant une chance pour lui. Un bandit mourrant même et qui en plus se moque peut être gracié à la dernière minute. En fait, vous ne trouverez pas de personne qui demandant le pardon ne l’a pas trouvé, ça c’est une bonne nouvelle ! Alors manager vos loisirs c’est bien, manager votre temps c’est très bien, jusqu’à maintenant vous avez vécu ainsi, mais manager vos pensées et avoir une nouvelle vision pour changer de direction c’est ce dont nous avons besoin, que vous soyez jeune, vieux, rouge, jaune, noir, ignare ou polytechnicien.

Mots-clés : Spiritus Sanctis (13)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Dur dur d’être un champion

23 janvier 2003

Je vous entretenais du sujet très intéressant l'autre jour : plus rien n'est comme avant, même dans le monde des échecs. On en a eu la preuve au très traditionnel tournoi de Wiik ann Zee (j'ai d'ailleurs enfin appris comment on prononce ce nom : Vik-an-see. Sacrés européens, pas capable d'utiliser les lettres comme tout le monde.). Bref, disais-je, plus rien n'est comme avant. En deuxième ronde du susmentionné tournoi, on assista à un...

À propos de la mort, du 11 septembre et de votre journal étudiant

20 septembre 2002

Bonjour chers lecteurs et lectrices du Polyscope. J'écris cet article parce que j'estime avoir des comptes à rendre à ceux qui payent pour le journal. Vous voyez, pour l'instant j'ai été obligé de rendre des comptes à tout le monde, sauf à vous ! Pour la page couverture du 6 septembre 2002, nous avons dû nous expliquer avec les dirigeants de votre association étudiante (que je salue ici) et avec les instances dirigeantes de...

Nalimov ou l’art d’avoir toujours raison

19 septembre 2002

Tout le monde s'est déjà posé la question suivante : pourquoi diantre les ordinateurs ne sont pas encore capables de jouer à la perfection ? Il serait facile, croit-on, de rentrer toutes les positions possibles en mémoire et ainsi créer une base de données qui serait virtuellement invincible. En effet, une telle base de données pourrait, par transposition, analyser directement les conséquences d'un coup jusqu'à la toute fin de la partie. Et bien, je...