Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Strapontin piégié

Publicité:

Avant de vous asseoir sur le strapontin d’un cinéma, vérifiez qu’une aiguille ne guette pas vos fesses. Elles pourraient être infectée !

Je reçois la nouvelle ce matin. Faîtes attention, y dit-on, des personnes s’amusent ( ?) à poser des pièges dans les cinémas et autres lieux publics en causant des piqûres d’aiguilles infectées. Un message suit la piqûre : vous venez d’être atteint du VIH.

Selon le même message, ces aiguilles se retrouvent également dans les retours de monnaie des distributeurs de boissons fraîches. Il suffirait de mettre la main dans l’exiguë fente et d’être pîqué.

Un peu plus loin, le message apprend que le « Centre de Contrôle des Maladies » a rapporté plusieurs autres événements similaires dans plusieurs villes récemment. De plus, toutes les aiguilles testées seraient positives VIH.

Je me pose deux questions :

  • 1. C’est-tu vrai ?
  • 2.On vit-tu pas une satanée époque ?

On ne discutera pas la pertinence de mes questionnements. Il s’agit simplement de mes réactions spontanées.

Le premier questionnement est, me semble, assez naturel. Quand on reçoit un e-mail le matin où on vous apprend que vous risquez de choper le sida simplement en vous asseyant sur une chaise de cinéma, vous vous demandez si c’est vrai.

La seconde question est cruciale est reste indépendante de la véracité du message. La réponse est bien entendu implicite dans la question. La poser c’est la justifier. Oui, c’est une époque rare que celle que l’on vit : une technologie aussi innocente que l’Internet a permis en très peu de temps l’éclosion d’un certain nombre d’habitudes, de réflexes et de tares inexpliquables.

Vous avez certainement été averti de l’existence d’un virus sur votre disque dur que les anti-virus ne détectent pas et que l’on peut retrouver en effectuant une recherche sur windows. Une icône facilement reconnaissable : un petit ourson. C’était juste un petit programme inoffensif inclus avec Windows 98. Aussi faut que le mail si terrifiant de ce matin sur les aiguilles infectées. Notre recherchiste (à qui je dois une bière) nous apprenait même que cet e-mail est la traduction mot-à-mot de l’anglais d’un ancien e-mail où la ville originale a été remplacée par Montréal.

A se demander qui s’amuse ( ?) à semer des e-mail de même !

Mots-clés : Colonne (8)

Articles similaires

Papinou, un directeur particulier

12 septembre 2002

A poly, on ne fait jamais rien à moitié. La preuve m’en a été donnée lorsque j’ai reçu chez moi un coup de téléphone de M. Papinou, personnage qu’il n’est pas nécessaire de présenter, notre directeur particulier (DP) depuis la session d’automne actuelle. Ce sympathique monsieur s’inquiète des dégâts causés à ma monture (c.f. Colonne précédente) et de mes problèmes financiers. Je le rassure brièvement et m’enquiert de sa nouvelle fonction. D.P., je lui...

Moi non plus j’aime pas ta gueule

30 janvier 2009

Tapi dans mes plus lointains retranchements, me voici confiné par le sort dans ce que j’appelais déjà jadis le lieu de prédilection du néo-névrotique agoraphobe boiteux, une colonne de 800 caractères où les instincts les plus oubliés par le genre humain ressurgissent dans une explosion de mots plus absurdes les uns que les autres, non plus pour la sauvegarde de l’espèce, mais bel et bien pour sauver sa gueule. Plongé dans l’anonymat le plus...

Mésaventure

23 novembre 2002

Hier, j'ai été sorti de force par les services de sécurité de l'école Polytechnique. J'a pu faire la preuve de leur endurance aux coups de pieds et vérifier leur hostilité à toute consommation d'alcool au sein de l'école. Je me suis débattu comme fou, mais j'étais ivre, et ils étaient quatre. J'ai fini la nuit sur le bitume. Je n'avais pas la force de rentrer chez moi. Et puis tout cela m'avait épuisé. J'étais...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Constats sociaux

30 octobre 2002

Je me posais une question difficile que j'aimerais partager avec les nombreux lecteurs du Polyscope. La question est fort importante et je regrette qu'elle ne soit pas mise de l'avant ces temps derniers alors qu'elle est au coeur de l'actualité - nous le verrons plus bas. De plus, les changements accélérés que vit le monde aujourd'hui à cause d'une mondialisation chevronnée laisse planer une menace qui ravive l'acuité de cette question, qui lui donne...

Cet été sur la scène montréalaise

30 septembre 2002

Les étés à Montréal sont toujours intéressants : festival de ci, festival de ça, musique, films, humour, macramé etc. Tout le monde est servi. Cependant, il est de ces personnes qui aiment bien observer deux gars assis se pogner la tête de manière intensive pendant 5 heures. Qu'importe si nos deux protagonistes bougeront le bras une fois aux trois minutes pour tasser un bout de bois sur une distance de 10 centimètres, on apprécie...

Petit Lexique à l’usage des moyennes personnes

30 septembre 2002

L'année 2002/2003 débute et l'école accueille encore une fois un lot impressionnant d'étudiants étrangers venants des quatre coins du monde. Ces nouveaux arrivants auront à s'acclimater au mode de vie et à la mentalité locale pour connaître une expérience heureuse et enrichissante. Dans cette perspective, quoi de mieux pour comprendre et se mêler à la population autochtone que d'apprendre et d'utiliser ses propres jurons ( sacres !). Il faut dire que ces derniers...