Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

Strapontin piégié

Publicité-- --Publicité

Avant de vous asseoir sur le strapontin d’un cinéma, vérifiez qu’une aiguille ne guette pas vos fesses. Elles pourraient être infectée !

Je reçois la nouvelle ce matin. Faîtes attention, y dit-on, des personnes s’amusent ( ?) à poser des pièges dans les cinémas et autres lieux publics en causant des piqûres d’aiguilles infectées. Un message suit la piqûre : vous venez d’être atteint du VIH.

Selon le même message, ces aiguilles se retrouvent également dans les retours de monnaie des distributeurs de boissons fraîches. Il suffirait de mettre la main dans l’exiguë fente et d’être pîqué.

Un peu plus loin, le message apprend que le « Centre de Contrôle des Maladies » a rapporté plusieurs autres événements similaires dans plusieurs villes récemment. De plus, toutes les aiguilles testées seraient positives VIH.

Je me pose deux questions :

  • 1. C’est-tu vrai ?
  • 2.On vit-tu pas une satanée époque ?

On ne discutera pas la pertinence de mes questionnements. Il s’agit simplement de mes réactions spontanées.

Le premier questionnement est, me semble, assez naturel. Quand on reçoit un e-mail le matin où on vous apprend que vous risquez de choper le sida simplement en vous asseyant sur une chaise de cinéma, vous vous demandez si c’est vrai.

La seconde question est cruciale est reste indépendante de la véracité du message. La réponse est bien entendu implicite dans la question. La poser c’est la justifier. Oui, c’est une époque rare que celle que l’on vit : une technologie aussi innocente que l’Internet a permis en très peu de temps l’éclosion d’un certain nombre d’habitudes, de réflexes et de tares inexpliquables.

Vous avez certainement été averti de l’existence d’un virus sur votre disque dur que les anti-virus ne détectent pas et que l’on peut retrouver en effectuant une recherche sur windows. Une icône facilement reconnaissable : un petit ourson. C’était juste un petit programme inoffensif inclus avec Windows 98. Aussi faut que le mail si terrifiant de ce matin sur les aiguilles infectées. Notre recherchiste (à qui je dois une bière) nous apprenait même que cet e-mail est la traduction mot-à-mot de l’anglais d’un ancien e-mail où la ville originale a été remplacée par Montréal.

A se demander qui s’amuse ( ?) à semer des e-mail de même !

Mots-clés : Colonne (8)

Articles similaires

Papinou, un directeur particulier

12 septembre 2002

A poly, on ne fait jamais rien à moitié. La preuve m’en a été donnée lorsque j’ai reçu chez moi un coup de téléphone de M. Papinou, personnage qu’il n’est pas nécessaire de présenter, notre directeur particulier (DP) depuis la session d’automne actuelle. Ce sympathique monsieur s’inquiète des dégâts causés à ma monture (c.f. Colonne précédente) et de mes problèmes financiers. Je le rassure brièvement et m’enquiert de sa nouvelle fonction. D.P., je lui...

Constats sociaux

30 octobre 2002

Je me posais une question difficile que j'aimerais partager avec les nombreux lecteurs du Polyscope. La question est fort importante et je regrette qu'elle ne soit pas mise de l'avant ces temps derniers alors qu'elle est au coeur de l'actualité - nous le verrons plus bas. De plus, les changements accélérés que vit le monde aujourd'hui à cause d'une mondialisation chevronnée laisse planer une menace qui ravive l'acuité de cette question, qui lui donne...

Moi non plus j’aime pas ta gueule

30 janvier 2009

Tapi dans mes plus lointains retranchements, me voici confiné par le sort dans ce que j’appelais déjà jadis le lieu de prédilection du néo-névrotique agoraphobe boiteux, une colonne de 800 caractères où les instincts les plus oubliés par le genre humain ressurgissent dans une explosion de mots plus absurdes les uns que les autres, non plus pour la sauvegarde de l’espèce, mais bel et bien pour sauver sa gueule. Plongé dans l’anonymat le plus...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité

Dans la même catégorie

Polytechnique et castration

27 septembre 2002

Un soir Mathieu Cloutier, rédacteur en chef de ce journal, m'a appelé à la maison. J'étais en train de compter des petits pois en conserve en vue d'étude statistique pour un grand magazine de consommation français. Il a d'emblée pulvérisé ma modestie en plaçant mon article en page 3 sur 2 colonnes ! Enthousiasmé par ma maîtrise grammaticale et syntaxique, il voulait à tout prix m'engager. Il voulait que je traite tous les sujets....

Peter Tosh :Equal Rights

30 janvier 2003

1977 fut une année faste pour la scène musicale reggae. Des albums de légendes furent conçus cette année là ; Exodus des Wailers, 96 Degrees In The Shade de Thirld World, Police And Thieves de Junior Murvin mais aussi l’excellent Equal Rights de Peter Tosh ont font partie. Après sa séparation des Wailers en 1974, Tosh s’était déjà distingué en solo en 76 lors de la sortie son premier album Legalize It dont la...

Désolé de vous avoir menti

4 octobre 2002

Il y a peu de milieu où l'image de marque et la réputation comptent autant que dans l'industrie automobile. Nous pouvons même dire que la qualité d'un véhicule est secondaire aussi longtemps que sa notoriété demeure intacte : GM, Ford et Chrysler, par exemple, auraient déposé leurs bilans depuis longtemps, si le choix d'un véhicule dépendait uniquement de sa fiabilité et de sa qualité de conception. Pour une nouvelle compagnie, la situation est...