Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Carabins poursuivent sur leur lancée

Apres une saison inaugurale difficile, les Carabins sont de retour au CEPSUM, forts de leur première victoire face au Vert et Or de l’Université de Sherbrooke la semaine dernière. A voir les joueurs sur le terrain, le moral semble sensiblement plus élevé qu’il ne l’était l’an dernier. Du cote de McGill, après leur dégelée face au Rouge et Or de Laval, ils devront faire bonne figure face aux négligés de l’an dernier, sans quoi ils se retrouveront dans une situation délicate.

Du cote du parc ou la saison dernière les joueurs de criquet s’en donnaient a coeur joie et ou le spectacle était parfois plus intéressant que sur le terrain, une tente géante accueil les spectateurs pour un avant match dans la plus pure tradition américaine des tail gate parties a américaine ou l’on s’empiffre de hot dogs juteux et ou la Molson Ex coule a flots. (Ce dernier segment constitue une publicité gratuite, avis au rep Molson.

13h00 : L’hymne national Ce doit être la première fois que j’entends l’hymne national du Canada chante dans un stade à Montréal uniquement en français. Mon entorse de poil de gros orteil m’ayant force a demeure assis, le gars du journal de McGill me fait des gros yeux. Eh ! La foule semble tout a fait dans l’ambiance, même que Nicolas Fournier, ancien secrétaire général de la FAECUM y va d’un slogan de son cru : McGill, McGill, let’s kill McGill… inspiré.

McGill débutant en attaque, les Carabins arrête le Redman à la ligne de 20 verges, au 3e jeu, McGill dégage de sa ligne de 25 et reprend le ballon aussitôt, qui est aussitôt repris par Montréal
Apres quelques jeux de part et d’autres, on remarque que Simon Lemieux, le quart-arriere des Carabins obtient beaucoup de succès aujourd’hui, la majorité de ses passes sont complètes, et une seule sera interceptée dans la première demi. Avec 6 :04 a faire au premier quart, McGill menace dangereusement en obtenant un premier essai à seulement onze verges de la ligne des buts des bleus. Fort heureusement, le quart des Redmen s’accroche la ligne de 13 verges et trébuche perdant ainsi deux verges sur le jeu, a la plus grande hilarité générale. Les partisans y allant d’un sympathique « Niaiseux ! Niaiseux ! Niaiseux ! » Comme c’est gentil. Apres une passe incomplète McGill s’inscrit à la marque avec un placement de trois points de la ligne de 23 verges. Au moins, on a évité un touché.

  • – Tranche de vie no 2.01 Comme la partie et le rendement des Carabins est beaucoup plus intéressant cette année, j’ai beaucoup moins de temps pour écrire des tranches de vies complètement impertinentes. Mais allons y tout de même Cette semaine, je suis allé au match avec Pierrot, le président de l’AEP qui est accessoirement mon coloc et JeeZ, l’ancien directeur du Pub qui est accessoirement mon voisin d’en haut. Pierrot en étant a sa première partie de football canadien a vie et espérant se fonde dans la foule, va s’acheter une Molson EX (publicité pour Molson tout a fait gratuite a l’intention de Eric le rep Molson) et un gros hot dog juteux géant pour a peine le prix de plus de cinq bières a Poly. Tout un deal.

En fin de premier quart, les Carabins nous donnent de beaux moment en accumulant près de quatre premiers jeux en moins de trois minutes, sur de belles passes précises de Simon Lemieux et sur de belles courses. La foule est maintenant totalement gagnée à l’équipe et se déchaîne. Je le répète, allez voir un match ça vaut la peine. Surtout qu’on aime bien haire McGill.

  • – Tranche de vie no 2.02 Du a la lenteur incroyable du service de hot dogs, je manque le placement de trois points des bleus mais je gueule tout de même tout comme la foule.

Plus tard avec 4 :30 a faire, Jean-Luc Lamarche donne les devants aux Carabins pour la première fois de leur courte histoire avec un placement de trois points de la ligne de trente verges. Près d’une minute plus tard, un premier touché du match par Marc Gagnier (étudiant de Poly en industriel) sur une interception porte la marque a 12-3 pour l’UdeM

  • – Tranche de vie no 2.03 Le gars du canon a T-shirts, contrairement à l’équipe ne s’est pas amélioré dans la saison morte, ne réussissant lors de ses tirs entre le premier et le deuxième quart que quatre de ses huit tentatives de canonnages de t-shirts.
  • – Tranche de vie no 2.04 Nous avons croise M. Papineau en arrivant au stade. Saviez-vous que M. Papineau était un ancien joueur de football ? Moi non plus, mais je ne sais pourquoi ça ne m’a pas surpris.

En fin de troisième quart, les Redmen se rapprochent dangereusement des Carabins avec un troisième placement de trois points. Jusqu’a maintenant, l’indiscipline est toujours de mise pour la troupe de Jacques Dussault. Bien que moins pire que l’an dernier les Carabins accumulent les pénalités d’accrochage.

Aux nouvelles, le Vert et Or de Sherbrooke tire de l’arrière 45-0 face aux piètres Gaiters de Bishop’s. Non pas que la victoire des bleus la semaines dernierse ne soit pas méritée et significative, mais ceci nous prouve simplement que Sherbrooke est très loin de constituer une quelconque menace pour qui que ce soit.

Avec a peine un peu plus de quatre minutes à faire au quatrième quart, les Carabins accordent un touché de sûreté à McGill, ce qui porte le score a 12-11 en faveur des Carabins. Les prochaines minutes seront cruciales pour les deux formations tiendront les 4135 spectateurs en haleine jusqu’a la fin.

Avec moins de deux minutes à faire, les Carabins dégagent et McGill retourne le ballon sur plus de 22 verges et donne la frousse aux spectateurs. Les dernières secondes étant stressantes, les Carabins tiennent bon et l’emportent pour une deuxième semaine d’affilée.

Selon Jacques Dussault, l’entraîneur de équipe, les Carabins ont mené le match et ont minimiser les erreurs, ne paniquant pas dans les moments cruciaux, ce qui prouve que la jeune équipe a pris de l’assurance et a grandement mature depuis l’an dernier. C’est la première fois que équipe se retrouve en situation de pointage serre de son histoire et équipe a très bien réagi.

Le numéro 2 de l’UdeM, Maxime Gagnier, auteur du seul touché du match et de deux interceptions en moins d’une minute, s’en dit soulagé, surtout que depuis deux semaines il se disait en léthargie. Selon lui, l’équipe cette année est très soudée. L’an dernier les Carabins possédaient moins de profondeur, le bassin de joueurs était alors plus petit. Seul la moitie des vingt-quatre joueurs partants sont de retour cette année. Parmi ces partants, trois proviennent de Polytechnique. Gageons qu’il n’est pas facile de conjuguer son tronc commun avec une trentaine d’heures d’entraînement par semaine. De son cote, le quart Simon Lemieux dit que les bouchées double mises dans l’entre saison ont grandement joue dans l’amélioration spectaculaire de équipe Lemieux a réussi 13 de ses 28 passes avec seulement deux interceptions, le tout pour un total de 145 verges de gain, alors que 106 verges ont été gagnées au sol.

Une saison qui débute décidément bien pour nos portes couleurs. Rendez-vous dans deux semaines au CEPSUM pour un autre affrontement contre le Vert et Or, le spectacle en vaut décidément la peine. Mais auparavant, la semaine prochaine les trois équipes montréalaises ainsi que Bishop’s se rendront dans les maritimes pour y affronter les Huskies de l’Université Saint Mary’s (Bishop’s), les Axemen de l’Université Acadia (McGill), les X-Men de l’Université St.Francis Xavier (UdeM) et les Mounties de l’Université Mount Allison (Concordia)

Une faute s’est glissée dans cet article. Tout bon amateur de football devrait la trouver aisément. Si vous la trouvez, rendez-vous au Polyscope pour gagner une paire de billets gratuit pour la partie de samedi le 27 septembre contre le Vert et Or de l’Université de Sherbrooke.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+