Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Colonne éditoriale

La semaine passée, je faisais irrévérence en lançant en queue de poisson un sujet que je survolais vaguement. Les contraintes extérieures faisaient en sorte que j’étais limité en longueur, et j’ai tâché de résumer du mieux qu’il m’était donné de le faire. Encore une fois, je me retrouve un peu serré, mais je vais simplement éviter de faire trop de digressions, et finir une introduction déjà trop longue.

Charest, ce bon vieux démagogue qui a pris d’assaut la tour gouvernementale, nous a sorti un beau ramassi de fioritures littéraires dans les colonnes des journaux il y a environ deux semaines. Ce chantre de la réingénierie nous louait d’une voix mélodieuse les exigences du XXIe siècle, avec l’avènement des nouvelles technologies et des réalités d’un monde globalisé, soulignant de fait qu’un nouveau modèle s’appliquait à l’État. Il en venait à dire par là même que les acquis de la société québécoise ne sont pas niés, ni même dénoncés, mais simplement remis au goût du jour.

Charest ne se tromperait pas dans sa didactique intervention si nous voulions bien le croire et prendre note des exemples venus de l’extérieur des frontières du Québec. Il suffit de regarder en direction du vieux continent pour se rendre compte que les gouvernements de ces pays, majoritairement de droite, réforment l’État et son implication sociale. Mais la question que je me pose, c’est celle de savoir s’il y a effectivement une relation de cause à effet qui lie indubitablement le développement des technologies de l’information, la mondialisation et l’ouverture des marchés, et l’impératif de réformer l’État. Dans la lettre de Charest, il n’y a aucun lien qui prouve la chose. Charest l’énonce mais ne la démontre pas. D’ailleurs, à mon humble avis, il s’en contre-fout. S’il y avait vraiment raison de s’inquiéter à ce chapitre, je ne crois pas que d’éminents cerveaux adhèreraient à l’UFP. Le genre de personnes, vous savez, qui cumulent les études détaillées et qui connaissent leurs dossiers à fond. Pas le genre de types frisés qui ne savent pas qui est désigné du titre « Premier ministre » au Québec… et qui plus est répète des concepts creux auxquels personnes ne croit. Ce que partagent les gouvernements de droite et le gouvernement libéral-conservateur du Québec, c’est avant tout l’idéologie. Tout le reste n’est que littérature, mensonges et démagogie. Aussi, il est important de dire à quel point les réformes amorcées tambour battant mènent inévitablement vers la ruine. Éloigner l’État de sa mission sociale, c’est tourner le dos aux citoyens qu’il doit servir, pour servir les gros portefeuilles. Et là, TI ou pas, on fait une grossière erreur.

Articles similaires

Régulera, régulera-pas…

22 septembre 2006

Le Québécois moyen est généralement prompt à se plaindre dès que quelqu’un se met à parler de taxes et d’impôt. Je ne veux pas parler ici de l’utilisation, pertinente ou non, des sommes collectées, mais plutôt de la raison de leur instauration. Plus précisément, les taxes imposées à des fins incitatives, telle une taxe sur la malbouffe, sur l’émmission de CO2 dans une perspective «Kyoto-ienne» ou sur la circulation routière. Cette dernière est d’ailleurs...

Pour que vive un Québec libre

31 mars 2006

Pour que vive le Québec libre, il faut comprendre et faire comprendre sa nécessité. Les motivations qui faisaient hurler les défenseurs de l’indépendance il y a peutêtre cinquante ans diffèrent des arguments avancés par les bouches en cul-de-poule qui servent aujourd’hui la cause dans l’arène politique. Ce n’est d’ailleurs plus au seul Parti Québécois que revient la tâche ardue de défendre ce rêve qui donnera au monde une nation québécoise, d’autres voix s’élevant un...

Édit-toto

9 octobre 2007

Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans la santé, parce que la population vieillit, et qu’on a besoin d’hôpitaux pour s’occuper de nos aînés. Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans les infrastructures routières, désuètes, qui semblent maintenant tellement mal en point qu’elles risquent de s’effondrer. Par contre, il faut avoir de l’argent pour pouvoir investir. Tout ça coûte cher, et le lourd système de gestion de l’état...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.