Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Colonne éditoriale

La semaine passée, je faisais irrévérence en lançant en queue de poisson un sujet que je survolais vaguement. Les contraintes extérieures faisaient en sorte que j’étais limité en longueur, et j’ai tâché de résumer du mieux qu’il m’était donné de le faire. Encore une fois, je me retrouve un peu serré, mais je vais simplement éviter de faire trop de digressions, et finir une introduction déjà trop longue.

Charest, ce bon vieux démagogue qui a pris d’assaut la tour gouvernementale, nous a sorti un beau ramassi de fioritures littéraires dans les colonnes des journaux il y a environ deux semaines. Ce chantre de la réingénierie nous louait d’une voix mélodieuse les exigences du XXIe siècle, avec l’avènement des nouvelles technologies et des réalités d’un monde globalisé, soulignant de fait qu’un nouveau modèle s’appliquait à l’État. Il en venait à dire par là même que les acquis de la société québécoise ne sont pas niés, ni même dénoncés, mais simplement remis au goût du jour.

Charest ne se tromperait pas dans sa didactique intervention si nous voulions bien le croire et prendre note des exemples venus de l’extérieur des frontières du Québec. Il suffit de regarder en direction du vieux continent pour se rendre compte que les gouvernements de ces pays, majoritairement de droite, réforment l’État et son implication sociale. Mais la question que je me pose, c’est celle de savoir s’il y a effectivement une relation de cause à effet qui lie indubitablement le développement des technologies de l’information, la mondialisation et l’ouverture des marchés, et l’impératif de réformer l’État. Dans la lettre de Charest, il n’y a aucun lien qui prouve la chose. Charest l’énonce mais ne la démontre pas. D’ailleurs, à mon humble avis, il s’en contre-fout. S’il y avait vraiment raison de s’inquiéter à ce chapitre, je ne crois pas que d’éminents cerveaux adhèreraient à l’UFP. Le genre de personnes, vous savez, qui cumulent les études détaillées et qui connaissent leurs dossiers à fond. Pas le genre de types frisés qui ne savent pas qui est désigné du titre « Premier ministre » au Québec… et qui plus est répète des concepts creux auxquels personnes ne croit. Ce que partagent les gouvernements de droite et le gouvernement libéral-conservateur du Québec, c’est avant tout l’idéologie. Tout le reste n’est que littérature, mensonges et démagogie. Aussi, il est important de dire à quel point les réformes amorcées tambour battant mènent inévitablement vers la ruine. Éloigner l’État de sa mission sociale, c’est tourner le dos aux citoyens qu’il doit servir, pour servir les gros portefeuilles. Et là, TI ou pas, on fait une grossière erreur.

Articles similaires

Un dégel soigneusement préparé

21 septembre 2007

Cet article est le premier d’une série de textes visant à démystifier le dossier complexe des frais de scolarité et du financement des universités. Dans le contexte actuel du dégel des frais de scolarité, nous jugeons essentiel que les étudiants disposent d’un maximum d’information afin d’être en mesure de juger des mesures annoncées. Le 28 juin dernier, confirmant les inquiétudes du mouvement étudiant depuis la dernière campagne électorale, la ministre de l’Éducation, Mme Michelle...

[Colonne éditoriale]

7 novembre 2003

J'aurais tellement voulu être un membre de l'administration Bush ! Non, je ne niaise pas. C'est une affaire très sérieuse. Et dire que je m'étais trompé en me campant sur ma position et en défendant des idées toutes faites, j'appuyais il y a un an les anti-guerres au lieu de comprendre au plus tôt l'importance du débat et les enjeux historiques qui se jouaient là. Quels romantiques étions-nous pour braver le froid, au nombre...

Un dégel soigneusement préparé

21 septembre 2007

Cet article est le premier d’une série de textes visant à démystifier le dossier complexe des frais de scolarité et du financement des universités. Dans le contexte actuel du dégel des frais de scolarité, nous jugeons essentiel que les étudiants disposent d’un maximum d’information afin d’être en mesure de juger des mesures annoncées. Le 28 juin dernier, confirmant les inquiétudes du mouvement étudiant depuis la dernière campagne électorale, la ministre de l’Éducation, Mme Michelle...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Être ou ne pas être… Charlie

16 janvier 2015

De tous les éditoriaux que j’ai eu à écrire, je crois que celui-ci est le plus difficile. J’ai procrastiné jusqu’à la dernière minute, les autres membres en sont thémoins. J’aurais pu parler de la rentré, du beach party, ou bien me plaindre des déménagements successifs que l’école nous oblige à subir. Vous comprendrez que le sujet de Charlie Hebdo me mets mal à l’aise Je ne parlerai pas longtemps de Charlie Hebdo, je n’ai pas...

La fin de semaine où je n’ai pas écrit d’éditorial

20 janvier 2012

les débuts de session sont des périodes fourbes. Alors que nous assistons volontiers à nos cours, fringants comme des gazelles et aussi excités que des élus montréalais devant une enveloppe brune, notre motivation s’éteint dès notre retour à la maison, alors que nous tentons de prolonger un peu la décadente paresse des vacances d’hiver. Tout ça pour dire que j’écris ces lignes un mercredi soir avec un retard terrible et que cela est plus...

Qui veut la peau de Stéphane Dion ?

7 décembre 2008

Qu’on veuille faire prendre le chemin des hirondelles à Dion n’est pas nouveau au PLC… Mais aujourd'hui, Stéphane Dion, le chef libérale et optionnellement de la coalition PLC/NPD appuyée par le Bloc serait-il menacé de putsch au sein même de son propre parti alors qu'il vient de gagner l'une de ses plus grande bataille : faire une coalition avec le soutien du BQ ? Tiendra-t-il jusqu’à la fin de la prorogation parlementaire ? Le...