Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nouveaux objectifs de formation

Le 14 avril dernier, le conseil académique de l’École Polytechnique a adopté une nouvelle liste d’objectifs de formation au premier cycle, qui vient remplacer la liste désuète qui apparaissait dans les précédents annuaires. Pour le comité sur la formation au 1er cycle, c’est mission accomplie ! Par cette action, l’École démontre sa volonté de donner une certaine orientation à la formation des étudiants au baccalauréat. Cette liste d’objectifs se retrouve dans l’annuaire 2003-2004 et est reproduite à la fin de ce texte, pour que vous puissiez vous y référer.

Historique

En janvier 2002 s’est tenu à l’amphithéâtre Bell un débat sur la formation au premier cycle, auquel ont assisté quelques centaines d’étudiants et de professeurs. Tour à tour, des étudiants et des professeurs invités ont partagé leur vision de ce que devrait être l’enseignement à Poly. Par la suite, l’assemblée a fait de même. Devant la réussite de ce débat, le conseil académique a mandaté M. Romano De Santis, professeur au département de génie électrique, à former et présider un comité chargé de revoir la pertinence des objectifs de formation et d’en redéfinir de nouveaux si nécessaire. Ce comité, formé d’étudiants, de directeurs de certains services de l’École (bureau des affaires académiques, service d’encadrement pédagogique) et de professeurs, a alors convenu qu’il était pertinent de définir de nouveaux objectifs adaptés à la réalité actuelle, puisque les anciens objectifs dataient de 1984. S’inspirant de diverses sources, dont l’ABET (l’organisme responsable de l’accréditation des programmes d’ingénierie aux États-Unis), le comité a rédigé une liste d’objectifs exprimés sous forme d’un ensemble de connaissances, de compétences, et d’aptitudes professionnelles, le tout adapté à la réalité polytechnicienne. Ce n’est toutefois qu’en avril dernier, après des modifications demandées par le conseil académique, que la liste d’objectifs a finalement été approuvée.

Qu’est-ce que ça donne, concrètement ?

Auparavant, les objectifs de l’École étaient énoncés d’une manière plutôt générale et ils ne se prêtaient qu’à une utilisation de type surtout qualitatif. Maintenant, ils sont rédigés d’une façon beaucoup plus spécifique et on retrouve parmi ces objectifs des éléments dont l’acquisition de la part des étudiants peut être mieux mesurée et évaluée à travers les examens et les travaux corrigés, entre autres. Reste alors à savoir si tous les programmes permettent aux étudiants d’acquérir les connaissances, compétences et aptitudes visées. À ce niveau, les départements ont certainement un travail de questionnement à faire afin de trouver des moyens pour s’assurer que leurs finissants atteignent les objectifs énumérés. C’est en grande partie dans ce but que ceux-ci ont été définis. Sinon, on se retrouve avec de beaux mots, mais peu de substance. D’ailleurs, à ce sujet, comment l’École s’assurera-t-elle que ces objectifs sont atteints pour tous les programmes offerts ? Les professeurs se conformeront-ils aux objectifs au cours de leur enseignement ? L’AEP et les étudiants s’assureront-ils que l’enseignement reçu est conforme aux objectifs ? Le conseil académique est la plus haute instance en ce qui a trait à la formation à Polytechnique. Continuera-t-il à suivre de près l’évolution de cet important dossier ? La liste d’objectifs est en quelque sorte un engagement que Polytechnique prend par rapport à la formation qu’elle veut offrir à ses étudiants. Il faut absolument une collaboration des départements, des professeurs et du conseil académique pour s’assurer que l’engagement sera rempli. C’est ainsi que l’École pourra conserver sa bonne réputation pour les prochaines années. Il serait d’ailleurs intéressant que les objectifs soient publiés quelque part en évidence sur le site WEB de l’École, afin de les rendre accessibles au grand public.

Extrait de l’annuaire 2003-2004

Quels sont les objectifs de formation en ingénierie ? La formation de l’ingénieur s’appuie sur l’acquisition de connaissances scientifiques et techniques très solides, sur le développement de compétences professionnelles et sur la sensibilisation aux responsabilités de la profession.

Les enseignements au baccalauréat à l’École visent à former des diplômés qui :
1. connaissent

  • les mathématiques, les sciences fondamentales et les sciences appliquées
  • les règles d’éthique, de la santé et de la sécurité, les lois et règlements de la profession, le rôle de l’ingénieur dans la société
  • les concepts de développement durable et de gestion environnementale
  • les sujets contemporains relatifs aux sciences humaines et sociales

2. sont capables de

  • concevoir des systèmes d’ingénierie en utilisant les techniques et les outils les plus récents
  • gérer des projets d’ingénierie
  • concevoir, réaliser et analyser des essais expérimentaux
  • analyser et gérer des systèmes complexes caractérisés par l’ambiguïté et l’incertitude, résoudre des problèmes ouverts
  • innover, entreprendre de nouveaux projets
  • communiquer efficacement 3. sont des personnes
  • autonomes, qui savent travailler en équipe
  • qui sont conscientes de la nécessité de parfaire leur formation durant toute leur carrière
  • ouvertes sur les autres professions et les autres cultures




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

On en est où?

12 septembre 2003

Faisons dans le décousu. Partons sur un patchwork inspiré de l'actualité, un retour sur l'actualité en fait. Plusieurs éléments alimentent une réflexion qui questionne les récentes évolutions de la situation fort inconfortable que nous vivons aujourd'hui. Étudiants, nous demeurons à l'affût de ce qui se dira le lundi 15 septembre, date butoir imposée par la FEUQ et la FECQ au gouvernement Charest pour dévoiler les cartes de son jeu politique, et l'amener au vote...

Marc Chartrand

24 octobre 2003

Le jour, il travaille comme représentant pour l'usine d'assemblage de la compagnie SEW Eurodrive (spécialisée dans la fabrication et l'assemblage de réducteurs, de moto-réducteurs et de contrôles électroniques), plus spécifiquement, pour l'usine d'assemblage située à Lasalle. Le soir, il est auteur-compositeur-interprète (il a une quarantaine de chansons à son actif) et il a déjà eu l'occasion de donner quelques spectacles et de produire un album « En toute simplicité ». Un jeune ingénieur qui...

Marcel Matteau

20 février 2004

De Téléglobe, où il a oeuvré durant 15 ans, à France Télécom où il est depuis 1 an, Marcel Matteau a consacré une large partie de sa carrière au monde des télécommunications, en plus d'avoir participé à deux start-up et d'avoir été conseiller en investissements au Fonds de Solidarité-FTQ. Mais avant de se lancer dans le monde des télécoms, il s'est impliqué à Polytechnique. Il a été président de l'AEP lors de l'année 1978-79...