Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Journée mondiale conte le Sida

Un génocide avéré a gagné la surface de la planète, un génocide comme l’histoire n’en a jamais connu. Cette affirmation est forte, et d’autant plus forte aujourd’hui, quand on considère d’un oeil un tant soit peu attentif la situation mondiale du VIH/SIDA.

Chiffres : 42 millions de personnes atteintes du virus du SIDA, dont 29 en Afrique sub-saharienne. Il y a de quoi paniquer, surtout quand on constate d’une part la très forte vitesse de propagation de ce que l’on qualifie aujourd’hui de pandémie, et d’autre part l’inaccessiblité des soins, des soins pourtant existants et disponibles. Le problème est que la loi de l’argent a décidé du sort de la planète. La sacro-sainte intouchabilité des brevets impose le diktat du dollar et sacrifie la vie de millions de personnes. N’ayant pas la force monétaire nécessaire, le continent africain et une grande partie de l’Asie sont comdamnés à prendre leur mal en patience. Le prix des soins est simplement inabordable.

Notons que dans le cas des antirétroviraux, la proportion de ce que coûte un brevet sur le prix marchand des médicaments est facilement supérieur à 80%. Situation d’autant plus absurde que les seules arguments avancés pour défendre le droits des brevets, arguments classiques, sont l’avancement des sciences d’une part, et le financement de la recherche et développement (R&D). Les défenseurs de ces droits vont même jusqu’à prétendre que 70% du prix des produits vont pour financer la recherche et le développement…. Ce sont là des propositions bien difficiles à valider, pour différentes raisons.

D’abord, il suffit de considérer la situation factuelle du marché des produits pharmaceutiques. Une très forte concurrence impose aux compagnies d’investir d’énormes fonds pour le marketing et la publicité. En Amérique du Nord plus qu’ailleurs, les compagnies pharmaceutiques disposent de véritables légionnaires, des personnages mystérieux, appelés vendeurs, qui font du contact personnalisé avec les professionnels de la santé. Vous êtes sportifs, aimez le football, on ne manquera pas de vous envoyer un personnage bien musclé, qui connaît son historique des Alouettes par coeur. Vous êtes un peu macho, aimez les belles femmes, on vous enverra une belle demoiselle bien roulée, qui vous fera les yeux doux pour vous pousser à prescrire deux comprimés de la bonne firme.

Certes, il y a beaucoup de vérité quand on dit que les brevets permettent la libre circulation de l’information et la divulgation des découvertes scientifiques, et le monde pharmaceutique n’est pas à exclure. Mais ce que l’on néglige dans cette vision des choses, c’est toute la machine économique qui est derrière, et qui fait que sur le prix d’un produit, environ 70% part en marketing.

S’il ne s’agissait que de cure-rhume ou de pillules énergisantes, il n’y aurait rien à rajouter. Mais dans le cas déclicat du SIDA, dans un monde globalisé, le luxe de faire payer par les victimes le fonctionnement d’un système pourri est un luxe criminel. Certains pays, appuyés par des organisations comme Médecins Sans Frontière (MSF) se sont levés contre cette situation inique. Violant le droit des brevets, l’Afrique du Sud par exemple (pays où meurt aujourd’hui de 600 à 1000 personnes par jour du SIDA) déclarait il y a quelques années qu’elles ne pouvaient continuer à respecter ces droits et préférait soigner les personnes malades au détriment des droits impayés.

Il devient clair, et le cas de l’Afrique du Sud est un exemple criard, que cette situation ne peut plus durer. Il est critique pour nous comme pour les acteurs de cette industrie de poser clairement la question de la politique qui doit prévaloir dans la distrubution et la « commercialisation » des médicaments à l’échelle planétaire. L’exemple de la pelliciline avec Pasteur reflète bien l’idée qu’une invention ou découverte majeure qui a un impact direct sur la survie des hommes et des femmes à travers toutes les nations peut s’avérer être un outil de réussite, et non pas un vulgaire moyen d’enrichissement. La problématique est de mieux en mieux appréciée sur la sphère politique et l’opinion publique est de plus en plus sensibilisée à la question. Il n’en demeure pas moins qu’il est primordial, aujourd’hui comme demain, d’informer et de demeurer à l’affût de cette question fort sensible. L’objectif du journal, en offrant un petit dossier sur le sujet, était de permettre à tous et chacun d’avoir un aperçu de la situation. Le 1er décembre, journée mondiale du SIDA, nous ne resterons pas indifférents. Vous trouverez nos articles sur le sujet en pages 6 et 7. Bonne fin de session à tous et à toutes.

Articles similaires

Les raisons de la victoire d’Obama

23 octobre 2008

Le discours de victoire d’Obama avec quelques jours d’avance En 1967, les américains de Cleveland élisaient le premier maire noir d’une grande ville, dans 11 jours, les américains des Etats-Unis éliront le premier président noir de leur histoire : Barack Obama. C’est maintenant aussi sûr que Harper allait rester premier ministre. Bien sûr dans les prochains jours, vous allez voir l’avance d’Obama fondre dans les sondages et vous allez me dire que j’étais bien...

Elia Suleiman

28 octobre 2002

Depuis la seconde intifada, un grand nombre de films traitant du conflit israëlo-palestinien sont venus illuminer nos écrans, apportant souvent une substance rare et subjugante. On l'avait déjà noté à Cannes avec Kedma de Gitaï, au FFM avec le très insidueux Rana's Wedding, et le FCMM n'a pas manqué de suivre la règle en portant aux écrans du Parc l'Intervention Divine de Elia Suleiman, film acclamé à Cannes, et pour cause. Le réalisateur se...

Régulera, régulera-pas…

22 septembre 2006

Le Québécois moyen est généralement prompt à se plaindre dès que quelqu’un se met à parler de taxes et d’impôt. Je ne veux pas parler ici de l’utilisation, pertinente ou non, des sommes collectées, mais plutôt de la raison de leur instauration. Plus précisément, les taxes imposées à des fins incitatives, telle une taxe sur la malbouffe, sur l’émmission de CO2 dans une perspective «Kyoto-ienne» ou sur la circulation routière. Cette dernière est d’ailleurs...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Pots-pourris

28 mars 2014

Je profite du dernier éditorial de l’année pour exprimer tout ce qui me passe par la tête en cette fin de session. Si vous pensez que le Polyscope n’est pas l’endroit idéal pour s’épancher, tant pis pour vous! Je trouve un peu étrange de parler de plusieurs sujets dans un même texte, mais j’ai lu plusieurs chroniqueurs chevronnés qui s’adonnaient à cette pratique. Je ne me sens donc pas très coupable de me lancer dans...

Oeufs-Mayo

9 octobre 2007

Il n’y a pas longtemps, par un beau petit matin de septembre, en cuisinant mes oeufs-mayo, j’feuilletais le journal, et v’là donc que j’tombe ti pas sur un article parlant de la Belgique. Alors là, mon réflexe premier, ce fut bien sûr de m’plonger quelques frites dans de l’huile bien chaude pour accompagner ma mayo, évidement. Mais là, j’apprends-ti donc pas que la Belgique en question est en crise, et une grave, en plus...

Le gros bout du bâton

30 janvier 2008

Ah, ce sale sentiment d’incertitude, celui qui vous tenaille autant les tripes que le cœur en amour. Est-ce ce que vivent actuellement les grands tenants du pétrole albertain, se demandant s’ils arriveront à écouler leurs barils maintenant trop polluants pour les États-Unis? S’interrogent-ils sur l’avenir de leur entreprise (voire de leur famille) comme je me demande où serai-je dans quelques mois, finissant dans le brouillard avec un niveau d’embauche inversement proportionnel à mon ambition...