Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Recruter à tout prix

Plus le temps passe à Polytechnique et plus l’abasourdissement et l’étonnement majeur deviennent une habitude quotidienne que rien ne vient ébranler et qui se vit, ma foi, assez bien.

Le récent scandale qui secoue Polytechnique et dont nous faisons mention en une de notre journal est une simple banalité formelle. En fait c’est une pure invention de notre cru, on s’en sera bien douté. Néanmoins, le problème est sérieux. Quiconque regarde de près ou de loin les récentes statistiques de l’École se doute bien qu’il se passe quelque chose de pas très joli dans la gestion des affaires académiques de l’institution. Nul doute que le niveau requis pour la poursuite des études à l’École Polytechnique de Montréal (s’il vous plait !) est fort élevé. Quatre année d’études exigeantes (parfois même cinq !) sont les seules garantes d’un qualité supérieure du diplôme, et cette qualité est élevée au rang d’absolu.

Cependant, une bâtisse aussi gigantesque, des frais liés à la gestion quotidienne (les factures d’électricité, de téléphone, d’entretien, de papetterie, de salaires, de matériel, et j’en passe) qui se chiffrent à des hauteurs insondables, une réputation internationale qu’on cherche à gagner à tout prix et une concurrence universitaire sans pareille imposent certaines contraintes qui font que l’on arrive aux situations si souvent décriées.

Nous en parlions la semaine passée, l’École courtise sans vergogne les nouvelles recrues potentielles, à grand renfort de publicités racolleuses ou débiles. Mais la réputation de notre chère institution n’est plus à faire, et personne ne se laisse duper par les jolies photos d’une vie sociale édulcorée (que les récentes portes ouvertes tentaient, soit dit en passant, d’enjoliver) et inventée.

Il est de renommée mondiale que quiconque s’inscrit à Polytechnique court le risque (évalué à 30 ou 40 pour cent) de se retrouver dehors. Les nouveaux ne se le font plus dire, et tentent leur chance dans d’autres institutions (Sherbrooke par exemple). On enregistre ainsi des baisses d’inscription alarmantes, et l’École se pose la question si son traditionnel tronc-commun qui fait sa distinction ne devrait pas être revu, corrigé, pour coller aux exigeances de sa clientèle… et se départit peu à peu de la qualité de son enseignement dont elle faisait le porte-étendard. À quand l’allègement des cours de mathématiques, de la place de la rigueur scientifique dans la résolution de problème (quand les recettes de cuisine deviennent de plus en plus une constante incontournable). A n’en pas douter, un débat ouvert est requis, et nous devrions nous poser les bonnes questions.

Articles similaires

J’exagère un peu parce que vous ne comprenez rien quand je n’exagère pas du tout

22 septembre 2006

La phrase n’est pas de moi. Elle est de Foglia, ce chroniqueur adorateur des chats et des vélos. Et elle dit en substance ce que j’ai toujours pensé de la chronique. Il n’y a pas d’espace pour le sérieux là-dedans. Il s’ensuit que le Polyscope — un journal qui a érigé la chronique au statut de règle de conduite — n’est pas un journal sérieux. C’est d’ailleurs pourquoi, quand j’entends des réactions offusquées sur...

Le polytechnicien antisocial

19 septembre 2003

Les énoncés les plus saugrenus sont souvent le fruit d'un assemblage homogène et cohérent d'idées disparates que le hasard a uni dans un esprit destructuré. On me suit ? Les conditions ayant été réunies en ma personne, voici comment je construis cet énoncé fort simple qui recèle une partie de la vérité qui anime le monde - ici, on se restreindra à Poly - : le polytechnicien est anti-social. Partons d'une anecdote très récente,...

Financement des universités

11 février 2008

Tous les acteurs du réseau universitaire s’entendent sur le fait que les universités manquent de ressources financières. En 2003, la Conférence des recteurs et le Ministère de l’Éducation ont évalué les besoins à 375 millions de dollars par année et ce, pour atteindre un niveau de financement équivalent à la moyenne des universités canadiennes. Au niveau local, les conséquences de ce sous-financement sont tangibles : diminution des services offerts, apparition de nouveaux frais de...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.