Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Napoléon III, L’Empereur socialiste.

Par Sylvain Combeaud

Cette guerre de 1870 se révèlera catastrophique pour la France et, malgré quelques brillantes victoires, l’armée impériale doit capituler à Sedan le 1er Septembre. C’est au matin du 2 septembre que l’empereur, décide de quitter Sedan pour se rendre à Donchéry où il rencontre Bismarck et le Kaiser Guillaume II. Fait prisonnier, il est placé en captivité au château de Wilhelmshöhe près de Cassel dans le Nord d’où il finira par gagner la Belgique. Durant son séjour à Wilhelmshöhe, Napoléon III est un homme démoralisé, qui refuse obstinément de traiter avec Bismarck et dont la santé commence sérieusement à s’altérer. Le quatre septembre, Gambetta proclame la république, alors qu’il n’en a ni l’autorité ni le droit et, considérant que c’est l’empire qui a perdu la guerre et non la république, on ordonne de poursuivre les combats.

Le 29 octobre survient la désastreuse capitulation de Metz qui avait vaillamment résisté à l’ennemi et trois mois plus tard la France signe l’armistice avec la Prusse. Le 1er Mars 1871 dans un élan de fureur aveugle, l’assemblée vota la déchéance de l’empereur l’accusant d’être seul responsable des tragiques conséquences de la guerre : « L’assemblée […] confirme la déchéance de Napoléon III et de sa dynastie […] et le déclare responsable de la ruine, de l’invasion et du démembrement de la France ».Car on se rappellera qu’outre les cinq milliards de Francs or (30 Milliards de $ US), la nouvelle Allemagne avait récupéré l’Alsace Lorraine (Elsaβ Lothringen ). L’empereur ne pouvant rentrer en France, il décide de s’établir avec sa famille en Angleterre où il fait l’acquisition de Camden Place, une propriété située dans le comté de Kent près de la petite ville de Chislehurst et non loin de Londres. Il arrive en Angleterre salué par une foule enthousiaste le saluant aux cris de « Vive l’empereur !« . Durant son exil, l’empereur sera plus que jamais entouré. La reine Victoria et le prince de Galles lui rendront souvent visite. Plusieurs fidèles ayant quitté la France dont des personnalités politiques (Rouher, des représentants de l’ancien régime impérial, etc…) viendront également s’entretenir avec lui. Quant à Loulou, il fait ses études au collège de Woolwich et vient passer ses vacances auprès de sa mère et de son père. Néanmoins, cette vie bourgeoise est assombrie par la santé de l’empereur qui à chaque mois devient de plus en plus préoccupante. Il est atteint d’un calcul rénal qui l’affaiblit et le fatigue beaucoup.

En juillet 1872, il consulte sir Henry Thompson qui avait opéré le roi des Belges Léopold de cette même indisposition avec succès. Bien que la santé de Napoléon soit fragile, il décide de procéder à une lithotritie, en raison de la grande souffrance endurée par le souverain. L’empereur fut opéré à trois reprises le 2, 6 et 7 janvier 1873 mais sa trop faible constitution ne lui permit pas de reprendre le dessus. La nuit du 8 janvier, il dormit paisiblement. Au matin, Sir Thompson décida de procéder à une quatrième intervention afin d’enlever d’autres fragments de la pierre qui n’avaient pu l’être précédemment. Venu prendre connaissance de son état, il ne put qu’en constater une détérioration rapide. Le médecin fit alors appeler l’impératrice et le père Goddard mais il était clair que l’empereur ne les voyait déjà plus. Un messager fut envoyé immédiatement à Woolwich afin d’en avertir le jeune prince. Ce fut en vain : à 10h45, Napoléon III, empereur des français rendit l’âme à Dieu.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.