Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mon CULte sur la table

Non, ce ne sont pas les Raëliens, ni même les adeptes du Temple du Soleil qui ont débarqués ces derniers jours à poly, mais bien une nouvelle secte aux pratiques secrètes et obscures ; la secte des « Papinistes ». Personne n’en avait encore entendu parler avant ces derniers 15 jours, jusqu’à ce que le porte-parole de son grand gourou ait décidé de s’adresser à l’ensemble de la communauté polytechnicienne par l’entremise des colonnes du Polyscope.

Dans ce plaidoyer pour apprendre à dire merci sans savoir pourquoi, nous avons appris avec surprise et étonnement l’existence d’un nouveau courant de pensée à Politechnique, un courant axé sur l’étudiant ! Incroyable mais vrai ! S’il vous plait mes amis, si vous ne l’avez pas encore ressenti ce courant, ce n’est pas votre faute, ne vous énervez pas, ne criez pas, ne crachez pas de jurons ni d’injures si vous n’avez toujours pas été submergés par cette vague de renouveau, par ce vent du changement. Certes, poly-théâtre a déjà vu les pièces jaunes pleuvoir en abondance sur ces planches et les sociétés techniques, fortes d’un soutien moral et matériel inconditionnel s’en vont conquérir la gloire et la renommée vers les contrées barbares du nord de l’ouest. Mais quand est-il de l’étudiant « moyen ». Celui qui, plus occupé par la remise de ses labs aux échéanciers prévus que par autre chose, n’y a vu que du feu. Cet étudiant malpoli qui a oublié de lever son chapeau comme toutes les autres personnes polies pour saluer ce nouvel état d’esprit. Celui-là n’a encore rien vu mes chers amis. Et même si nous ne doutons aucunement de la bonne volonté de la direction du CULte à apporter à l’étudiant le meilleur confort possible dans le plus important établissement francophone d’enseignement et de recherche en ingénierie au Canada, nous demandons toujours à voir. Le directeur a montré des signes encourageants envers les étudiants, et bien qu’il aille plus loin en nous faisant bénéficier nous aussi de ce courant salvateur et ravigoteur. On veut du concret, pas des promesses dans le vent. Et nous ne serons satisfaits que quand le résultat sera là, palpable.

Jusqu’à maintenant, que je sache, nous ne lui sommes redevables de rien à monsieur le directeur, je dirai même plus, nous n’avons même pas à nous montrer redevables de quoi que ce soit puisque nous payons des frais de scolarité déjà assez élevés pour avoir une bonne qualité d’enseignement. La direction ne me rend pas service en me fournissant de nouveaux ordis ou un nouveau pavillon puisque je paye pour. Je suis bien sur content quand tout marche bien ; quand je n’ai pas de conflit d’horaires, quand j’ai de bons profs,quand la clim ne fait pas de bruits en classe… Je suis content,satisfait, mais ça s’arrête là. Je ne vais pas chanter les louanges du monarque pour lui faire plaisir.

J’aimerais bien le savoir moi, pourquoi le président de l’aep, qui se dit être mon président et qui est donc supposé me représenter, lève son chapeau si haut pour saluer « ce nouveau courant polytechnicien axé sur l’étudiant » et pourquoi nous lui « sommes déjà si redevables » à celui « qu’on connaît bien à la direction générale ». Moi,je ne sais pas pourquoi il faut lever mon chapeau (d’ailleurs je n’en ai même pas),alors je ne le fais pas. En espérant plus d’éclaircissement dans cette affaire douteuse de levage de chapeau (encore heureux que ce ne soit pas du baissage de pantalon), nous ne saluerons personne et nous nous contenterons de dire : monsieur le directeur montre des signes encourageants envers les étudiants, espérons que cela va se concrétiser concrètement pour l’ensemble des étudiants de polytechnique, et souhaitons lui une bonne continuation. Point à la ligne.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+