Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Comme dans le bon vieux temps

Pour donner suite aux correctifs apportés au lendemain de la dernière saison de F1, le 15 janvier dernier, Max Mosley, président de la Fédération internationale automobile, présentait une nouvelle série de changements aux règlements qui seront mis en application dès la prochaine saison. En raison de la disparition de deux écuries dans la dernière année ces mesures viseront principalement la réduction des coûts d’opérations. Dans un deuxième temps, elles tenteront de « redonner » la F1 au pilote en réduisant l’assistance électronique des voitures.

Beaucoup de confusion subsiste encore sur la teneur exacte des modifications à la réglementation, mais déjà les constructeurs Ferrari, BMW, DaimlerChrysler, Ford et Renault se sont alliés pour contester la décision de la FIA. Ils auraient même menacé de créer un circuit parallèle si les nouvelles règles étaient mises en application.

  • Mais quelles sont ces nouvelles règles ?

Premièrement, l’assistance électronique sera réduite au minimum. À partir de la mi-saison 2003, l’antipatinage, la transmission automatique et le dispositif de départ automatique seront interdits. La télémétrie sera progressivement supprimée : dès la prochaine saison, il sera impossible aux techniciens d’effectuer des réglages sur la voiture lorsque cette dernière est en piste. En 2004, c’est la transmission de données en temps réel à partir des voitures qui sera interdite. La réglementation des communications radio demeure le point le plus contesté : la FIA voulait les supprimer complètement, mais elle revint sur sa décision pour finalement les autoriser à condition qu’elles soient accessibles aux publics (FIA & télévision).

Ensuite, il sera maintenant impossible de « trafiquer » les voitures entre les qualifications et la course : alors fini les petits radiateurs, les petits réservoirs et autres composantes allégées réservées uniquement aux « qualifications ». La voiture s’étant qualifiée devra être la même que celle qui prendra le départ. Entre les qualifications et la course, il sera toujours possible pour une équipe de travailler sur la voiture, mais uniquement sous supervision.

Voulant retirer le mulet, la FIA plia encore et accepta son utilisation dans le cas où une voiture est endommagée lors des qualifications ou des essais libres. Il sera aussi possible de l’utiliser si une voiture tombe en panne immédiatement avant le départ ou si la course est arrêtée dans les deux premiers tours.

Et finalement, on irait même jusqu’à obliger les équipes à utiliser un même moteur pour deux courses en 2005 et six courses en 2006. Renault a fortement critiqué cette décision en soulignant qu’il s’agissait d’un moteur de Formule 1 et non de celui d’un tracteur.

Une autre voix que semble aussi privilégier la FIA est celle de la standardisation des pièces en particulier pour les freins et les ailerons. L’emploi de matériaux exotiques pourrait même être interdit et les composantes des voitures devront être plus résistantes.

En comparaison avec les correctifs de l’automne dernier, la nouvelle série de mesures est un coup de barre majeur qui pourrait vraiment redonner un second souffle à ce sport qui n’est plus en mesure de fournir un spectacle intéressant. On peut déjà espérer voir la F1 redevenir un championnat de pilotes (et non pas de constructeurs) comme dans le bon vieux temps. Il reste à savoir maintenant si la FIA sera en mesure de convaincre les équipes du bien fondé de ces nouvelles modifications.

Mots-clés : Chronique auto (18)

Articles similaires

Le retour de la Z

13 septembre 2002

Sauvée de la faillite par Renault, Nissan vit de durs moments de transition (compression et rationalisation). Assez rapidement, la firme française se rendit compte qu'elle se devait de donner du caractère aux produites nippons si elle voulait rendre son acquisition rentable. C'est alors que nous avons assisté à deux dévoilements coup sur coup de modèles possédant ce qui manquait horriblement chez Nissan : du tempérament. L'année dernière, la nouvelle Altima fut mise sur le...

Chronique automobile

4 septembre 2009

Bienvenue à cette nouvelle session de chialage et de comportement fanboy. Ici, c’est « no compromise » : j’aime ou je déteste. Ceci dit, bonne lecture :) La Ferrari 458 Italia L’arrivée d’une nouvelle Ferrari est toujours un événement grandiose pour moi (et 100% des Italiens, j’imagine).Cet été, j’ai donc pu me réjouir en apprenant que la F430 cédait sa place à la 458 Italia. Ceci dit, c’est loin d’être une simple mise à...

BMWFILMS, la suite…

7 février 2003

Devant la popularité de la première série de courts métrages publicitaires The Hire, BMW nous revient avec une deuxième série de films. Pour cette seconde saison, les gens de chez BMW n'ont pas hésité à mettre le paquet en se payant trois grosses pointures de la production cinématographique : Tony Scott (Top Gun, Crimson Tide, Spy Game), Ridler Scott (Alien, Blade Runner, Gladiator) et Jules Daly (Shanghai Noon). Dans le rôle du conducteur, nous...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.