Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

En attendant Godot

Un homme a écrit en 1949 une pièce du vingtième siècle des plus mythiques : En attendant Godot. Cet auteur est ni plus ni moins Samuel Beckett. Ce génie créateur s’efforça de présenter dans ses écrits l’absurdité de la condition humaine. Avec la Grande Dépression et la Deuxième Guerre mondiale, l’Europe était en profond changement de même que les valeurs véhiculées. Les personnages de Samuel Beckett dans En attendant Godot sont des clochards qui attendent un personnage énigmatique.

L’histoire se déroule sous un arbre qui a la forme d’un humain pendu par les pieds, où deux clochards attendent un certain monsieur dénommé Godot. Le problème est qu’ils ne savent même pas pourquoi ils l’attendent mais, ils l’attendent. Rien ne les tient à rester à cet endroit pour attendre mais ils ne voient pas de raison valable de partir non plus. Lorent Wanson, le metteur en scène, a réussi à garder le fondement de la pièce tout en l’adaptant un tantinet aux jeunes d’aujourd’hui qui se sentent parfois devant rien et qui attendent patiemment quelqu’un, quelque chose, un événement quelconque. Les deux clochards sont joués par deux jeunes adultes : Calo Valenti dans le rôle de Vladimir et Cyril Briant dans celui d’Estragon. La pièce a été joué de façon assez ludique en tenant compte du type de pièce. Plusieurs personnes ayant déjà vu En attendant Godot trouvent normal de se tourner les pouces durant la pièce étant donné que celle-ci égale souvent absurdité et ennui. Toutefois, Lorent Wanson a su mettre un peu d’humour dans la pièce, ce qui fait en sorte qu’elle est d’autant plus intéressante tout en ne perdant pas son sens. Les personnages sont très actifs sur la scène et donnent du poids au texte joué par les acteurs. Mon préféré a été Renaud Riga dans le rôle de Lucky. Ce personnage n’est pas très présent verbalement, mais il impressionne par son non-verbal. Lucky est le serviteur de Pozzo (Frédéric Hérion) ayant la corde au cou. Au moment où il est libre de penser et de parler, Lucky se vide de tout son corps et de ses poumons. Prêtez attention à ses paroles oh ! combien recherchées.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Sunny Days et Summer Dreams

27 septembre 2002

Une petite confession d'abord : mes parents me manquent déjà, ma langue(le francais) me manque, ma terre me manque. Je viens d'un endroit où la plupart des mots sont précédés par « beach ». Chez moi, on dit : beach-volley, beach party, beach Sunday service, beach boy (hé hé…) La salade niçoise c'est du soleil, de l'huile d'olive, la couleur vive d'une terre chaude, le bleu du ciel, les poissons, l'azur de la mer,...

Daewoo : une autre raison de boycotter GM ?

19 septembre 2002

Pendant qu'on écrivait l'épilogue de l'usine de Boisbriand, GM nous préparait un autre coup fourré. En mai dernier, la multinationale américaine et ses partenaires se portaient acquéreurs de 67 % des parts du constructeur sud-coréen Daewoo qui éprouvait de graves difficultés financières. L'achat de Daewoo permet à GM d'infiltrer le marché ultra-fermé de la Corée du Sud et de se positionner avantageusement sur le marché asiatique qui devrait connaître, à court terme, une croissance...

Le peuple québécois et la race canine

11 octobre 2002

Mon titre vous fait sursauter ? C'est que la relation entre le québécois moyen et la race canine est compliquée au possible en ces temps préélectoraux. Essayons d'y voir plus clair... Mario Dumont. Tout le monde en parle (même moi !). On s'entend pour dire que le programme de son parti fait passablement pitié dans le fin détail des choses, bien qu'il comporte quelques bonnes intentions. De plus, il émane de ce personnage politique...