Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

En attendant Godot

Un homme a écrit en 1949 une pièce du vingtième siècle des plus mythiques : En attendant Godot. Cet auteur est ni plus ni moins Samuel Beckett. Ce génie créateur s’efforça de présenter dans ses écrits l’absurdité de la condition humaine. Avec la Grande Dépression et la Deuxième Guerre mondiale, l’Europe était en profond changement de même que les valeurs véhiculées. Les personnages de Samuel Beckett dans En attendant Godot sont des clochards qui attendent un personnage énigmatique.

L’histoire se déroule sous un arbre qui a la forme d’un humain pendu par les pieds, où deux clochards attendent un certain monsieur dénommé Godot. Le problème est qu’ils ne savent même pas pourquoi ils l’attendent mais, ils l’attendent. Rien ne les tient à rester à cet endroit pour attendre mais ils ne voient pas de raison valable de partir non plus. Lorent Wanson, le metteur en scène, a réussi à garder le fondement de la pièce tout en l’adaptant un tantinet aux jeunes d’aujourd’hui qui se sentent parfois devant rien et qui attendent patiemment quelqu’un, quelque chose, un événement quelconque. Les deux clochards sont joués par deux jeunes adultes : Calo Valenti dans le rôle de Vladimir et Cyril Briant dans celui d’Estragon. La pièce a été joué de façon assez ludique en tenant compte du type de pièce. Plusieurs personnes ayant déjà vu En attendant Godot trouvent normal de se tourner les pouces durant la pièce étant donné que celle-ci égale souvent absurdité et ennui. Toutefois, Lorent Wanson a su mettre un peu d’humour dans la pièce, ce qui fait en sorte qu’elle est d’autant plus intéressante tout en ne perdant pas son sens. Les personnages sont très actifs sur la scène et donnent du poids au texte joué par les acteurs. Mon préféré a été Renaud Riga dans le rôle de Lucky. Ce personnage n’est pas très présent verbalement, mais il impressionne par son non-verbal. Lucky est le serviteur de Pozzo (Frédéric Hérion) ayant la corde au cou. Au moment où il est libre de penser et de parler, Lucky se vide de tout son corps et de ses poumons. Prêtez attention à ses paroles oh ! combien recherchées.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Strapontin piégié

13 mars 2003

Avant de vous asseoir sur le strapontin d'un cinéma, vérifiez qu'une aiguille ne guette pas vos fesses. Elles pourraient être infectée ! Je reçois la nouvelle ce matin. Faîtes attention, y dit-on, des personnes s'amusent ( ?) à poser des pièges dans les cinémas et autres lieux publics en causant des piqûres d'aiguilles infectées. Un message suit la piqûre : vous venez d'être atteint du VIH. Selon le même message, ces aiguilles se retrouvent...

La grande classe !

30 janvier 2003

Vous savez, je suis persuadé que vous avez de moi une image fausse ! Vous vous imaginez que je suis une tronche introvertie qui souffre d'hyper-neuronalité ou je ne sais quoi. Et bien c'est faux ! Je n'ai rien à faire du fait que les échecs constituent une activité cérébrale. Si ce n'était que de cela, je m'intéresserait au football (très stratégique comme sport, quand même). Sauf que les joueurs de football n'ont tout...

Napoléon III, L’Empereur socialiste.

4 octobre 2002

Par Sylvain Combeaud Cette guerre de 1870 se révèlera catastrophique pour la France et, malgré quelques brillantes victoires, l'armée impériale doit capituler à Sedan le 1er Septembre. C'est au matin du 2 septembre que l'empereur, décide de quitter Sedan pour se rendre à Donchéry où il rencontre Bismarck et le Kaiser Guillaume II. Fait prisonnier, il est placé en captivité au château de Wilhelmshöhe près de Cassel dans le Nord d'où il finira par...