Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

Bientôt sur une route près de chez vous

Publicité-- --Publicité

Comme à chaque année, l’arrivée de l’automne signifie, dans l’industrie automobile, l’arrivée de nouveaux modèles. Comme dans le domaine des vins, certaines années sont meilleures que d’autres : cette année semble être très prometteuse en ce qui concerne les nouveaux modèles. Les trois voitures suivantes sont un petit avant-goût de ce que réserve l’année 2003.

BMW Z4

D’ici la fin de cette année, nous devrions voir l’arrivée du nouveau « roadster » de BMW. Baptisé Z4, ce modèle reprend le flambeau de la Z3 qui sera mise au rancart après sept ans d’existence. Critiquée à ses débuts à cause de son style et de l’absence d’un moteur six cylindres, la Z3 fut ensuite qualifiée de sournoise en raison de sa conduite rendue pointue, malgré l’antipatinage, en raison de la puissance des moteurs six cylindres dont elle pouvait maintenant être équipée. Malgré tout, les chiffres de ventes du modèle démontrent que la Z3 est toujours très populaire auprès des amateurs. De son côté, la Z4 possède une carrosserie au style tout aussi controversé. Elle est basée sur la même plate-forme que la série 3 dont elle reprend aussi les moteurs de 2.5 litres et de 3.0 litres développant respectivement 184 et 225 chevaux.

MAZDASPEED Protégé

L’année dernière, une version sportive de la Mazda Protégé était dévoilée. Baptisé MP3 en raison de son système de son, cette voiture était équipée de tout l’attirail nécessaire pour être qualifiée de sportive à l’exception d’un moteur. Le petit quatre cylindres de 2.0 litres (140 chevaux) ne permettait pas d’exploiter au maximum les capacités de la voiture en terme de tenue de route. La nouvelle division performance de Mazda, équivalente à la division SVT pour Ford, a pris en main le développement d’une nouvelle variante de la Protégé. Pour pallier au manque de puissance, un turbocompresseur Garrett fut installé sur le même petit quatre cylindres qui produit maintenant 170 chevaux. On peut compter, comme autres additions, un nouvel embrayage de compétition, des disques de freins sur-dimensionnés, un différentiel à glissement limité et une calandre avant remodelée possédant une prise d’air plus grande. Devant être disponible d’ici la fin de l’année en Amérique du Nord, la petite bombe devrait se détailler à environ 35000 $.

Honda Accord

À chaque refonte de l’Accord, les amateurs posent la même question : « Est-il encore possible de l’améliorer ? ». À lire les comptes rendus d’essais publiés jusqu’à maintenant, il semblerait que oui. Cette septième génération est la première à conserver les dimensions de la version précédente, auparavant chaque mutation entraînait une augmentation de poids et de gabarit. Évitant les pièges de l’embonpoint mécanique, les ingénieurs d’Honda ont insufflé à la nouvelle Accord encore plus de charisme et de caractère. Reposant sur un tout nouveau châssis, l’Accord est mû au choix par le quatre cylindres i-VTEC équipant déjà la RSX et la Civic SI (2.4 l, 160 ch) ou par le V6 de la version précédente dont la puissance a été portée à 240 chevaux. L’Accord étant l’une des voitures les plus vendues aux États-Unis, Honda a risqué beaucoup en modifiant le véhicule mais, encore une fois, elle semble avoir remporté son pari.

Tant du côté américain, européen que japonais, la compétition force les compagnies à renouveler leurs gammes de modèles de plus en plus rapidement. La durée de vie commerciale d’un véhicule étant de plus en plus courte, les consommateurs sont amenés à payer leurs véhicules de plus en plus cher.

Mots-clés : Chronique auto (18)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité