Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mathieu Perreault

Journalisme et ingénierie, une alliance inhabituelle ? Pas pour Mathieu Perreault, diplômé de 1994 en génie chimique et journaliste pour le grand quotidien La Presse. Après avoir complété son bacc en 1994, il fait un stage pour La Presse et est ensuite engagé comme pigiste. Au même moment, il entame des cours de mise à niveau en philosophie afin de commencer une maîtrise dans cette discipline, qu’il suivra pendant un an. En 1997, il est engagé comme journaliste permanent.

Q. Qu’est-ce qui t’a poussé à faire du journalisme ?

Durant mes années à Polytechnique, j’étais collaborateur pour le Polyscope : j’écrivais des articles sur Polytechnique, j’ai fait quelques éditoriaux… En 1994, le marché de l’emploi en génie chimique était plutôt difficile, et j’avais le goût de faire autre chose. J’ai entendu parler des stages offerts par la Presse en journalisme et ils m’ont pris pour 6 mois. Au début, j’écrivais des articles sur l’environnement, j’avais d’ailleurs écrit mon PFE sur le sujet.

Q. Quelle est la partie difficile du métier de journaliste ?

En commençant, c’est l’incertitude par rapport au travail. Surtout en 1994, où le marché de l’emploi était particulièrement difficile, le fait de travailler comme pigiste ou surnuméraire amène un stress au niveau de la sécurité de l’emploi. Je faisais beaucoup de petits contrats. Je me suis cependant accroché et j’ai travaillé dur au début, avant d’être engagé en 1997.

Q. En journalisme, on peut être critiquer sur ce que l’on écrit. Comment prends-tu les critiques ?

Je me remettais en question et je doutais de mes articles. Évidemment, avec les années, j’ai beaucoup gagné de confiance en moi de ce côté. En journalisme, on est évalué tous les jours dans nos articles. Ça a ses avantages et ses inconvénients : je suis stressé à tous les jours par rapport à ce que j’écris, mais en même temps, je suis récompensé tous les jours. Ce n’est pas comme en génie où l’on travaille sans avoir de feed-back sur ce que l’on fait de façon régulière.

Q. Parlant du génie, en quoi ta formation en génie t’aide dans ton travail ?

Mon travail, lors de la rédaction d’un article, est de trouver l’information, contacter les bonnes ressources, trouver l’expert dans un domaine, le tout, en suivant une méthodologie. La rigueur méthodologique me sert tous les jours dans mon travail : je me sers d’un algorithme pour décomposer un sujet en sous questions.

Q. As-tu déjà eu des difficultés à interviewer des hommes politiques ? (Suite au documentaire diffusé cette semaine sur Bernard Landry pendant sa campagne électorale.)

Non, pas vraiment. Pour les journalistes et les politiciens, c’est une « game » très excitante. Les politiciens que j’ai interviewés avaient des choses intéressantes à dire et les entrevues se sont bien passées. Je n’ai pas eu à courir après un politicien. Quand je veux faire une entrevue, étant à La Presse, on me retourne mes appels et ça se passe bien.

Q. Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier de journaliste ?

La légitimité procurée par le titre de journaliste : j’ai le droit de poser des questions à n’importe qui pour trouver des réponses en étant journaliste de La Presse. J’aime aussi le sentiment que j’éprouve quand un article « débloque ». Quand je sais ce que je vais écrire.

Q. Quels sont les conditions de travail dans ton domaine ?

Pour écrire des articles, je fais des recherches, de la lecture, je passe des entrevues ; ce que je peux faire n’importe où. Il m’arrive de travailler de la maison. J’ai un horaire de travail sur 4 jours et un horaire très flexible.

Q. À tes débuts, t’imposait-on des sujets d’article ?

Non, j’ai toujours eu beaucoup de latitude dans le choix des articles. J’ai beaucoup écrit sur la recherche, les biotechnologies.

Q. Quelle formation supplémentaire devrait suivre un étudiant qui veut faire du journalisme ?

Plusieurs formations sont intéressantes : il existe des certificats de journalisme à Concordia, des cours du soir à l’Université de Montréal. On peut aussi aller en sciences politiques ou encore en littérature. Mais une formation supplémentaire n’est pas obligatoire. Pour ceux qui veulent devenir journalistes scientifiques, il y a beaucoup de débouchés au Québec, dans des revues comme Québec Sciences par exemple.

Mots-clés : B. Ing. ? (13)

Articles similaires

Léo Scharry

26 septembre 2003

Le 18 septembre dernier, Léo Scharry a reçu le Prix Mérite de l'ADP, qui en était à sa 25e édition cette année. Ce prix reconnaît la carrière exceptionnelle et les qualités humaines d'un diplômé de Polytechnique. La cérémonie s'est déroulée à l'hôtel Reine-Élizabeth, en matinée, devant quelque 300 personnes dont le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay. Il a démarré son entreprise en début de carrière, ce qui lui a permis de travailler à...

Beaudoin Bergeron

12 septembre 2003

Beaudoin Bergeron est diplômé de 1994 en génie mécanique et Président de l'Association des Diplômés de Polytechnique depuis février dernier. En 1989, il entamait ses études à Polytechnique, après une carrière d'officier de marine des Forces Armées Canadiennes, qu'il a débuté en 1983 et poursuivi, en même temps que ses études, jusqu'en 1993. Il est maintenant président de la compagnie RHR Expert, spécialisée en ressources humaines, qu'il a fondé en 1997. Cette compagnie...

Pierre Duhaime

12 mars 2004

Pierre Duhaime, ing., est vice-président directeur, Mines et métallurgies de SNC-Lavalin et travaille pour le groupe depuis 1989. Diplômé de 1980, il détient également un MBA des H.E.C. en plus d'être très actif dans la communauté. Quel est votre cheminement depuis Polytechnique ? Avant d'entrer à Polytechnique, j'ai gradué en métallurgie au Cégep de Trois-rivières ; en terminant mes études collégiales, j'ai travaillé pour Noranda. J'ai décidé d'étudier à Polytechnique, car un de mes...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

14 octobre : Le hibou, le cygne et la cigogne

24 octobre 2003

J'écris cette Chronique alors que je suis en semaine de relâche. En fait, j'étais en train d'étudier (on est en relâche ou on ne l'est pas...) mais j'avais ces quelques idées pour ma prochaine Chronique qui me tournaient dans la tête. À force de tourner, elles détournaient ma concentration... Il faut que je vous parle des nouvelles couleurs de ma maison. Bon, «il faut, il faut...», on s'entend que ce n'est pas une question...

24 février : Le porte-bonheur de la gazelle

27 février 2004

Désolée pour mon absence de la semaine dernière. J'étais au Maroc, à Marrakech, malade, et je n'ai pas pu envoyer mon texte à temps. Marrakech, c'est : Une ville que j'ai atteinte depuis Barcelone par un voyage de 36 heures en autobus, dont quelques-unes sur un traversier pour passer dans le détroit de Gibraltar. Une ville où il faut vraiment faire gaffe à pas s'faire voler. Une ville où il faut aussi faire...

Les Carabins écrasés

31 octobre 2003

Dimanche dernier, par une journée à passer devant la télé, nous nous sommes déplacés dans le merveilleux village de Québec pour assister à la dernière partie des Carabins de la saison régulière. Nous savions tous que ce ne serait pas un match facile pour les Bleus. Bien qu'avant la rencontre, les deux équipes présentaient une fiche identique de six victoires et d'aucune défaite, ce n'était pas deux équipes égales qui allaient s'affronter. L'entraîneur-chef Jacques...