Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Pourquoi en page 3

Je vous préviens tout de suite, si je me retrouve cette semaine en page 3, ce n’est nullement pour vous entretenir de choses sérieuses ou spirituelles. D’ailleurs, je préfère largement le confort de ma page 4 où je peux raconter des âneries en toute impunité, à l’abris des foudres du rédac’ chef. Si vous recherchez du contenu sérieux, essayez plutôt de lire l’article ci-contre, il parait que c’est un édito. Mais si vous considérez que votre degré de sérieux dépasse largement le niveau habituel d’un éditorial du Skopp, il ne vous reste plus qu’à balancer ce journal dans la poubelle la plus proche et à retourner à vos études.

Evidemment, je ne voudrais rien enlever au talent ni à la verve de mon camarade et confrère Black Crow qui s’est escrimé toute la nuit à pondre cet article. Non, sérieusement, faites-lui plaisir, lisez-le son édito, c’est quelque chose quand même, pas loin de l’évènement littéraire, je dirais même. En plus, Black Crow, il a tellement de choses intéressantes à dire, lui dont les chroniques sont habilement ficelées, modérées quant à leur ton, remarquable quant à leur contenu ; vraiment, du travail d’orfèvre. Ça nous change des sempiternelles questions sur la puissance du processeur de tel ou tel disque dur de machin ou de chose, ou des éternels accrochages de M. untel par M. untel sous prétexte que M. untel a dit que tel prototype de notebooks était dizaïné par chose alors qu’il est dizaïné par machin : les dits untel, chose et machin n’en sachant absolument rien de toute façon (la formule de cette phrase est destinée à traduire l’impression ressentie par l’auteur à la lectures d’articles de ce genre. Relisez attentivement au besoin et que Dieu vous aide).

Mais sans déconner, Black Crow, c’est un mec à l’âme spirituelle, je vous jure. Un jour, il m’a avoué vouloir transmettre à ses lecteurs une émotion physique plus qu’intellectuelle. C’est pas de la formule, ça !? Remarquez quand même qu’il n’y a pas de différence fondamentale entre une émotion physique et une émotion intellectuelle, vu que c’est le cerveau qui fait le boulot dans les deux cas. Mais le phénomène de résonance, pour se produire, exige dans la réalité, un seuil minimum d’intensité de l’excitation. En d’autres termes, quand les soldats qui marchaient au pas ont fait péter le pont (véridique), ils représentaient une certaine masse mobile. S’ils avaient été de plume, je doute que le pont ait réagit de la même manière. Théoriquement, oui, mais pas dans un monde sans frottement. Or, nous vivons dans un monde avec frottements et je sens que le fil de cette chronique commence à m’échapper complètement rapport à mon instinct de physicien qui a brutalement ressurgi.

Je vous laisse donc à vos moutons et vous dit (malheureusement pour vous) à la semaine prochaine.

P.-S. Avis aux lecteurs de la chronique « Le truc de Renaud », je voudrais leur signaler que le phallocystum à la dose de 1 mg à chaque repas fait grossir la taille du cerveau dans des proportions appréciables. Et sans rancune !

Articles similaires

Oncle Camé n’aime pas les gens

27 octobre 2006

Cette semaine, c’est Halloween. Halloween est une fête de cons, faite par des cons pour des cons. Même ceux qui la critiquent sont des cons. C’est pour cela que je ne m’attarderai pas plus sur le sujet. Bush, lui, a procédé à sa distribution de bonbons en avance sur tout le monde en faisant promulguer une loi, pompeusement baptisée Protecting America, sur l’interrogation et la détention de suspects de terrorisme, qui autorise le recours...

Intermittent de la page 2

3 février 2006

Ciel, mes REER ! Dans un article pernicieusement alarmiste, le journal La Presse s’inquiète du fait que les jeunes ne placent pas assez tôt leur argent dans les régimes de retraite. Et lorsqu’ils daignent y penser, ce n’est pas parce qu’ils se préoccupent de leurs vieux jours, « c’est pour économiser de l’impôt ! ». Pourtant, il est bien révolu le temps de l’État-Providence. Aujourd’hui, c’est l’État-Qui-Te Dit-De-Serrer-Ta-Ceinture-Et- De-fermer-Ta-Grande-Gueule dès la vingtaine si tu...

Révolte de l’opprimé

17 mars 2006

La Révolte de l’opprimé C’est en émergeant d’une nuit agitée des cauchemars les plus terrifiants, ponctuée de frissons spasmodiques et de délirs fievreux, que l’étudiant lambda de l’École Oméga Limited Tous Droits Réservés dont on taira les noms respectifs pour des raisons évidentes que l’on ne mentionnera pas non plus puisqu’elle le sont, s’apprête à effectuer résigné son petit trajet quotidien vers les hauteurs du Mont-Royal. Mais ce que cet étudiant ignore encore, ô...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Intermittent de la page 2

3 février 2006

Ciel, mes REER ! Dans un article pernicieusement alarmiste, le journal La Presse s’inquiète du fait que les jeunes ne placent pas assez tôt leur argent dans les régimes de retraite. Et lorsqu’ils daignent y penser, ce n’est pas parce qu’ils se préoccupent de leurs vieux jours, « c’est pour économiser de l’impôt ! ». Pourtant, il est bien révolu le temps de l’État-Providence. Aujourd’hui, c’est l’État-Qui-Te Dit-De-Serrer-Ta-Ceinture-Et- De-fermer-Ta-Grande-Gueule dès la vingtaine si tu...

Mon horaire

3 février 2006

Aimez-vous les surprises? Bon, je sais que vous en avez marre de mes questions pseudo philosophiques, mais ça me donne un air intelligent qui pourrait – à la limite – berner une personne négligée par Mère Nature, côté matière grise. Nous disions donc… oui je sais que c’est moi qui dis et que vous vous ne faites que lire, mais ça donne l’impression d’une discussion et non d’un monologue, alors taisez-vous et lisez. Donc,...

Moi non plus j’aime pas ta gueule

30 janvier 2009

Tapi dans mes plus lointains retranchements, me voici confiné par le sort dans ce que j’appelais déjà jadis le lieu de prédilection du néo-névrotique agoraphobe boiteux, une colonne de 800 caractères où les instincts les plus oubliés par le genre humain ressurgissent dans une explosion de mots plus absurdes les uns que les autres, non plus pour la sauvegarde de l’espèce, mais bel et bien pour sauver sa gueule. Plongé dans l’anonymat le plus...