Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nouveaux progreammes

« Le TC est mort, vive le TC »

Le TC, c’était un long et difficile périple qu’empruntaient tous les nouveaux étudiants venus faire un pèlerinage. L’aventure de quatre années — et plus si affinités — finissait souvent en déconfiture lorsque lesdits pèlerins avaient quelque mal à saisir les subtilités de la résistance des matériaux, telles que les entendait un prof impénitent. Ce périple, c’était le tronc commun.

Le tronc commun a longtemps été ce qui distinguait Polytechnique de ses concurrents. Oui, concurrents. Nous ne polémiquerons pas longtemps sur le sujet. Nous aurons bien des occasions de le faire, et nous le fîmes bien des fois par le passé. En gros, c’était ça. Une marque de commerce, issue d’une longue tradition qui consistait à former des ingénieurs généralistes — hérésie qui feraient dresser les poils sur la peau de n’importe quel traditionaliste contemporain de nos murs… Cette formation généraliste fut une véritable peau de chagrin, battant à chaque fois retraite et laissant gagner de son territoire. Elle est maintenant réduite à sa plus simple expression : rien.

En effet. Que dalle ! Signe des temps, l’ingénieur d’aujourd’hui est un spécialiste. D’où l’appellation POLY-technique… Les connaissances générales, le futur ingénieur pourra les acquérir dans ses interactions avec ses collègues, de ses lectures curieuses, et de magazines spécialisés, tel que Vogue, Elle Québec et autre 7 Jours… Il n’y a cependant pas que du mauvais dans la nouvelle résolution polytechnicienne. La plus importante étant de faire du futur diplômé de Polytechnique une vraie personne recherchée pour ses compétences. Cette compétence sera complétée par une partie non négligeable de la formation consacrée à la pratique, au travers de stages et de projets intégrateurs… Bravo, bravo…

Un accent est également mis sur le développement des compétences horizontales. Cela veut dire en gros que l’enseignement sera effectué de façon allongée. C’est du moins la seule explication que j’ai pu trouver. Sachant que la construction des nouveaux pavillon a subi une coupure de 21 millions de dollars, on peut facilement imaginer que des lits ont été remplacés par des couchettes de camping. Ne vous étonnez donc pas de lire dans les plans de cours : matériel obligatoire, sac de couchage… M’enfin, comme disait Lagaffe, il y a en toute chose une bonne raison de rigoler un bon coup…

La nouvelle cuvée polytechnicienne doit nous réserver bien des surprises. Je rirai bien le jour ou je serai confronté à un étudiant finissant (dans quatre ans ? plus si affinités ?) qui sera bloqué par un problème de système d’équations à deux inconnues – un système, entendons-nous, linéaire… Et que ce charmant finissant ouvrira Maple pour le résoudre. J’aurai une pensée pour toi, Mathieu ! Allez, cheese. Il parait qu’on va prendre une photo…

Articles similaires

J’exagère un peu parce que vous ne comprenez rien quand je n’exagère pas du tout

22 septembre 2006

La phrase n’est pas de moi. Elle est de Foglia, ce chroniqueur adorateur des chats et des vélos. Et elle dit en substance ce que j’ai toujours pensé de la chronique. Il n’y a pas d’espace pour le sérieux là-dedans. Il s’ensuit que le Polyscope — un journal qui a érigé la chronique au statut de règle de conduite — n’est pas un journal sérieux. C’est d’ailleurs pourquoi, quand j’entends des réactions offusquées sur...

L’Université Laval remporte les 19e Jeux de génie du Québec

23 janvier 2009

Par Pierre-Luc Pomerleau Depuis 1990, les Jeux de génie permettent aux étudiants du Québec inscrits dans un programme de baccalauréat en génie de se surpasser dans une atmosphère amicale. Cette compétition s’inscrit dans les activités de la Confédération pour le Rayonnement Étudiant en Ingénierie du Québec (CREIQ). Avec les années, les Jeux de génie ont acquis une grande popularité; il s’agit du plus grand rassemblement en génie au Québec. L’événement est accueilli à tour...

Club d’Ingénieurs Entrepreneurs

11 février 2008

Par V. Achim & Mario Doria Avez-vous déjà pensé mettre sur pied votre propre entreprise? Est-ce que l’idée d’être votre propre boss vous fait sourire? Si vous avez répondu oui à une de ces questions, ce qui suit vous intéressera. Le Club d’ingénieurs entrepreneurs est le comité étudiant à la Poly qui a comme mission de promouvoir l’entrepreneurship auprès des futurs ingénieurs. Le CIE organise des activités dans le but de susciter un intérêt...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+