Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Nouveaux progreammes

« Le TC est mort, vive le TC »

Le TC, c’était un long et difficile périple qu’empruntaient tous les nouveaux étudiants venus faire un pèlerinage. L’aventure de quatre années — et plus si affinités — finissait souvent en déconfiture lorsque lesdits pèlerins avaient quelque mal à saisir les subtilités de la résistance des matériaux, telles que les entendait un prof impénitent. Ce périple, c’était le tronc commun.

Le tronc commun a longtemps été ce qui distinguait Polytechnique de ses concurrents. Oui, concurrents. Nous ne polémiquerons pas longtemps sur le sujet. Nous aurons bien des occasions de le faire, et nous le fîmes bien des fois par le passé. En gros, c’était ça. Une marque de commerce, issue d’une longue tradition qui consistait à former des ingénieurs généralistes — hérésie qui feraient dresser les poils sur la peau de n’importe quel traditionaliste contemporain de nos murs… Cette formation généraliste fut une véritable peau de chagrin, battant à chaque fois retraite et laissant gagner de son territoire. Elle est maintenant réduite à sa plus simple expression : rien.

En effet. Que dalle ! Signe des temps, l’ingénieur d’aujourd’hui est un spécialiste. D’où l’appellation POLY-technique… Les connaissances générales, le futur ingénieur pourra les acquérir dans ses interactions avec ses collègues, de ses lectures curieuses, et de magazines spécialisés, tel que Vogue, Elle Québec et autre 7 Jours… Il n’y a cependant pas que du mauvais dans la nouvelle résolution polytechnicienne. La plus importante étant de faire du futur diplômé de Polytechnique une vraie personne recherchée pour ses compétences. Cette compétence sera complétée par une partie non négligeable de la formation consacrée à la pratique, au travers de stages et de projets intégrateurs… Bravo, bravo…

Un accent est également mis sur le développement des compétences horizontales. Cela veut dire en gros que l’enseignement sera effectué de façon allongée. C’est du moins la seule explication que j’ai pu trouver. Sachant que la construction des nouveaux pavillon a subi une coupure de 21 millions de dollars, on peut facilement imaginer que des lits ont été remplacés par des couchettes de camping. Ne vous étonnez donc pas de lire dans les plans de cours : matériel obligatoire, sac de couchage… M’enfin, comme disait Lagaffe, il y a en toute chose une bonne raison de rigoler un bon coup…

La nouvelle cuvée polytechnicienne doit nous réserver bien des surprises. Je rirai bien le jour ou je serai confronté à un étudiant finissant (dans quatre ans ? plus si affinités ?) qui sera bloqué par un problème de système d’équations à deux inconnues – un système, entendons-nous, linéaire… Et que ce charmant finissant ouvrira Maple pour le résoudre. J’aurai une pensée pour toi, Mathieu ! Allez, cheese. Il parait qu’on va prendre une photo…

Articles similaires

Valorisation de l’enseignement

12 mars 2004

Jeudi prochain, le 18 mars, Monsieur Pierre Lafleur, Directeur des Études à l'École Polytechnique, animera un débat-midi sur la valorisation de l'enseignement à l'École. On comptera parmi l'assistance de nombreux représentants de la communauté polytechnicienne, notamment les étudiants, les professeurs et les chargés de cours. C'est là une dépêche qu'envoie au journal l'association des étudiants (l'AEP). Il est intéressant d'en discuter en éditorial, car le sujet mérite l'attention de tous et il demeure brûlant...

Déménagement

4 septembre 2001

Par Maxime-Olivier Beaudouin Les cours sont commencés depuis quelques jours et votre horaire affiche des locaux commençant par D. Alors vous faites partie des heureux élus qui ont des cours au pavillon Decelles. Si vous êtes en génie informatique, il y a même des chances que vous passiez quasiment tout votre temps dans l'ancien bâtiment des HEC. Vous vous demandez alors sûrement à quels services vous avez accès et quels impacts ce déménagement aura...

Mi figue, mi raisin, mi gréviste

11 mars 2005

Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute démocratique, mais il y, comme souvent, un goût inachevé dans la décision de l'assemblée générale (...) Une grève entre gris clair et gris foncé, sans doute, mais une grève tout de même. Je ne pointerai pas par mauvaise foi les errements d'une décision somme toute...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.