Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Alcooliquement parlant, tous les chemins mènent au rhum

Par un coup de chance absolument miraculeux pour les lecteurs du Scope, la chronique Oncle Camé de la semaine passée aussitôt rédigée, fut égarée en route et finit dans un obscur cul-de-basse-fausse. On a pu en tirer une conclusion saisissante ; c’est qu’en somme la presse ne sert à rien (ne me demandez le détail du mode de raisonnement qui mène a ce frappant résultat, Hegel et Marx entrent en jeu et un tas d’autres qui préfèrent qu’on ne cite point leur nom ici). Malheureusement pour vous, une semaine en suivant l’autre ; c’était reculer pour mieux sauter. Au fait, et puisque cette chronique me sert à exprimer, sous des formes détournées, des opinions inavouables ailleurs – car ce journal ressemble plus à un dépotoir qu’ à autre chose – et ça ne se remarque pas trop lorsque je commence à battre la campagne, rapport à la prose du directeur, du rédacteur en chef, du sous-fifre du rédacteur en chef, du directeur de la culture, de la tête de gland en page deux et j’en passe, qui acceptent de coucher sur le papier des opinions sans grand intérêt sur des sujets limités et les vaches seront bien gardées, alors, venons-en au fait. Allons-y pour une revue de presse haute en couleuvres. En raison des hautes pressions atmosphériques qui pesaient la nuit du 23 septembre à 19h32 sur la face Sud Sud Est de l’arête extrême du Kalafoutro, petit pic isolé du massif des Trompchounes dans le Pakistan septentrional, il s’est produit dans la presse mondiale, et plus particulièrement dans celle de notre belle province, des phénomènes étranges que je me devais de signaler.

Tout d’abord, La Presse titrait sur six colonnes : Boisclair tombe sous les coups des fanatiques souverainistes. Renseignement pris, c’était inexact, mais vrai. Ne sachant à quel sein me vouer, j’ai choisi le plus confortable, le gauche d’Anna Kournikova (le droit étant un peu fatigué par la vie quotidienne qu’il mène). Et troublé par ce départ en fanfare pur style New Orleans, revu et corrigé par Katrina, je me suis précipité à corps perdu sur la pile de journaux restants que ma dame de chambre, vêtue d’un ravissant tutu diaphane en toile de jute rosâtre, me tendait avec des pincettes astrales. Voici le résultat : vous en jugerez par vous-même. Il est sinistre.

Un long article dans L’écho de La Pocatiere dont la direction vient d’être abandonnée par le laitier du village pour être reprise par l’éminent Richard Martineau, proteste contre la cession par l’ONU de la ville de Rimouski à l’Islande. Il parait que, depuis que les islandais sont installés à Rimouski, le prix du phoque a triplé chez les merciers détaillants. On se perd en conjecture sur ce qui a pu donner l’idée à l’ONU d’opérer une telle manœuvre.

La Gazette traite en éditorial des petits détails qui parsèment la vie douce et dorée d’une gouverneure générale du Canada. Ce poste est occupé actuellement par une immigrante haïtienne. Celle-ci a décidé dernièrement de délaisser le boubou traditionnel pour des robes à cent milles dollards pièce. Devant les reproches avancés par certains envieux enfoncés dans leur partie des deux solitudes, Madame la gouverneur s’est défendue de vivre au frais de la princesse, puisqu’elle est représentante de la Reine (qui a délaissé son statut de princesse dans les années quarante). Il est donc normal que ce soit le peuple québecois qui trinque. Le Devoir explique à sa manière les dessous du duel Tremblay-Bourque qui a ensanglanté, hier la rue St-Laurent. La version du Devoir nous a paru totalement fausse dans le fond et elle est sensiblement exacte dans tous les détails. Au reste l’affaire est trop connue pour qu’il soit utile que nous y revenions. Résumons-la donc. Ayant lu publiquement lors de l’émission Confessions un poème de Gerald Godin d’une obscénité révoltante, Tremblay s’est vu pris à partie violemment par le vieux leader d’extrême droite. D’un direct bien appliqué, Tremblay décrocha la fausse barbe que Bourque avait enfilée pour se faire passer pour Doc Mailloux, qui est indésirable sur les écrans de télévision depuis son dernier coup de pub raté. Ô, stupeur, c’était finalement Jean Charest. Tableau, mais la vie continue et rien ne change, ou si peu.

On annonce que Lance Armstrong quitterait le vélo pour la terre. Muni d’une microcharrue, le champion entend tracer des microsillons sur ses microchamps. C’est à ce titre que l’information de l’Agriculteur de Charlevoix nous a paru digne de figurer ici. Luc Plamondon, fabricant de poissons rouges bien connu vient de s’associer avec Robert Lepage pour ouvrir un débit de poisson, surtout des maquereaux.

C’est sans la moindre hésitation que Paul Martin a reçu des mains du maire d’Ottawa, le brevet de nageur scolaire gagné par lui voici des années mais que la négligence d’une secrétaire lui avait fait égarer. Cette information nous a été transmise par l’agence Tass-P. D’après le quotidien Le Sherbrooklinois, le groupe Collectivo du Bronx se produira sur la place principale du village, le dimanche après la messe. Tous les musiciens réunis exécuteront à la volée une série de condamnés à morts à 13h22. On peut apporter son manger. Enfin, on peut signaler dans l’hebdomadaire culturel Voir que le 10 octobre prochain, Les limbes rouges, pièce posthume de Michel Tremblay, sera interprétée au Théâtre du Nouveau Monde, dans des décors originaux de Dieu.

Voilà, fin de la revue de presse. À la semaine prochaine mes minets bénévoles.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Declaración en idioma flamenco

17 février 2006

Si le flamenco est un art dont la maîtrise est propre aux gitans, alors Myriam Allard devait être des leurs dans une vie antérieure. Cette Québécoise qui a débuté par la danse jazz à Québec et qui a décidé à l’âge de 19 ans de partir en Espagne, plus exactement à Séville, berceau du fl amenco traditionnel, est réellement étonnante. Lors de la représentation du samedi 11 février au Lion d’Or, David el Gamba,...

Un sondage pertinent sur les risques terroristes

3 mars 2006

La BBC a donné cette semaine dans la grande tradition des sondages inutiles. Mais cette fois, ce fut à grande échelle. Un sondage mondial (plus de 40 000 personnes) dans pas moins de 35 pays. Si les gens qui ont mené ce sondage ont un temps soit peu d’expérience (et je ne le mets pas en doute), nous avons donc à faire à un échantillon plutôt représentatif. Le sujet du sondage (dont aucun média...

Intermittent de la page 2

3 février 2006

Ciel, mes REER ! Dans un article pernicieusement alarmiste, le journal La Presse s’inquiète du fait que les jeunes ne placent pas assez tôt leur argent dans les régimes de retraite. Et lorsqu’ils daignent y penser, ce n’est pas parce qu’ils se préoccupent de leurs vieux jours, « c’est pour économiser de l’impôt ! ». Pourtant, il est bien révolu le temps de l’État-Providence. Aujourd’hui, c’est l’État-Qui-Te Dit-De-Serrer-Ta-Ceinture-Et- De-fermer-Ta-Grande-Gueule dès la vingtaine si tu...