Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Pour que vive un Québec libre

Pour que vive le Québec libre, il faut comprendre et faire comprendre sa nécessité. Les motivations qui faisaient hurler les défenseurs de l’indépendance il y a peutêtre cinquante ans diffèrent des arguments avancés par les bouches en cul-de-poule qui servent aujourd’hui la cause dans l’arène politique. Ce n’est d’ailleurs plus au seul Parti Québécois que revient la tâche ardue de défendre ce rêve qui donnera au monde une nation québécoise, d’autres voix s’élevant un peu partout pour promouvoir la vision que de Gaulle gratifia du slogan qui nous servit de préambule.
C’est le cas des Option Citoyenne, UFP et leur cristallisation dans le Québec Solidaire.
La société quant à elle semble figée dans sa dichotomie pour et contre, si on se prévient toutefois de considérer les aléas des jem’en-
foutistes. Ces divisions sont souvent le résultat des séparations de classe et de l’environnement des individus. À ce titre, l’éducation a un rôle incontesté dans la survie de l’esprit d’indépendance.

Un cahier, destiné aux enseignants, et intitulé «Parlons de souveraineté à l’école», a été produit par le Conseil de la souveraineté du Québec (instance officiellement indépendante – c’est le cas de le dire – du Parti Québécois et de tout parti en général), vante les mérites de l’indépendance. Le petit feuillet a créé un tollé à l’assemblée nationale, l’ADQ et le PLQ dénonçant d’une même voix ce que ces persifleurs en butte au ridicule de leur arguments qualifient de scandale inacceptable aussi grossier que le scandale des commandites… Le Premier ministre Jean Charest a même enjoint André Boisclair de dénoncer vigoureusement le document. Le docile André a immédiatement rétorqué par voie de communiqué que le cahier ne serait pas obligatoire sous un gouvernement PQ, affirmant par cette réponse l’esprit calculateur qui règne parmi ces gentes pantoufles, qui confondent convictions et opportunisme carriériste.

Que l’on soit pour ou contre le contenu du document, et à plus haut titre pour ou contre l’indépendance, il n’est tout simplement pas concevable que l’école puisse ignorer le fait historique de la volonté d’indépendance qui existe au Québec. L’histoire de la nation y est aussi intimement liée que la France à sa révolution de 1789. Il n’est pas plus concevable que l’on refuse l’expression des idées sous leur forme la plus pure, à savoir en dehors de toute sacrosainte pseudo objectivité qui érode les esprits et les discours, jusqu’au plus hauts sommets de la langue de bois. Aussi, au lieu de répondre par des hurlantes et demander à cor et à cri le retrait du document, les opposants feraient peut-être mieux de polluer les étagères de nos bibliothèques d’un document analogue qui nous permettrait de séparer le grain de l’ivraie. Il n’est rien à craindre des idées quand elles demandent à être débattues.
Messieurs, pondez, on collectera, la postérité jugera.

Mais le malaise du Québec dans le camp du oui et du non est dans son système ploutocratique.
La finance et les puissances économiques jugulent toute énergie en investissant tout l’espace d’expression.
Il suffit de choisir au hasard dans ce fouilli de palabres et de fadaises littéraires l’étalon de la médiocrité d’esprit qui envenime la politique. On en jugera par soi-même.
Dans ce cahier supposément scandaleux, on peut lire que
«la gouverneure générale coûte au Québec 9,5 millions de dollars, alors que dans un Québec souverain, cet argent pourrait servir à acheter plus de 600 000 romans jeunesse pour les bibliothèques scolaires.» On ne sait que choisir entre le rire exutoire et les larmes de désolation. Que peuvent jouer les 9 millions dans la balance! Nos technocrates aveuglés plaident contre le gaspillage (pacotille) de 9 millions, alors que c’est le poste de gouverneur en soi – instance coloniale d’un autre temps – qui est condamnable, et non ce qu’il coûte. Sans quoi il suffirait de réformer les structures du Canada, et hop, l’indépendance au placard.
Je vous épargne les arguments oiseux des opposants, leur palabre étant digne de leur médiocrité sacerdotale.

À l’orée de ces débats qui donnent la couleur des élections à venir, on n’a plus que ses yeux pour pleurer, et son coeur pour espérer que des hommes du calibre de René Lévesque voient le jour.
On se consolera par cette formule que Pontecorvo mettait dans la bouche de Ben M’hidi, et qui dit en substance que rien ne peut arrêter le cours de l’histoire. Dont l’indépendance.

Articles similaires

Entrevue avec Pauline Marois, Chef de l’opposition et chef du Parti Québécois

20 mars 2009

La chef du parti de l’opposition s’exprime en exclusivité dans le Polyscope sur les thèmes majeurs du Québec : l’économie, l’actualité, et bien sûr l’éducation. En pleine crise économique, quelles sont les réponses qu’apporte l’opposition face au gouvernement Charest ? Bio: Née à Québec en 1949, Pauline Marois est millante de la première heure au PQ. Attachée de presse de Jacques Parizeau, elle devient ensuite par la suite chef de cabinet de la ministre...

Politique dentaire

3 novembre 2006

Voter pour un politicien, c’est un peu comme choisir un dentiste. Beaucoup font le choix, par habitude, sans trop se poser de questions. Pour les autres, excluant ceux qui ne votent pas, et qui puent de la gueule, c’est un choix régulièrement pénible et celui-ci doit être judicieux. Finalement, malgré toutes les vérifications et précautions prises, on espère toujours que ça ne fera pas trop mal. La différence avec les politiciens c’est qu’on sait...

Un dégel sous le soleil du mois de juin

21 septembre 2007

Le 28 juin 2007, alors que les campus sont vides et que les étudiants travaillent à gagner de quoi payer leur facture universitaire, la ministre Michelle Courchesne procède à une annonce qui touche directement les prochaines générations. Les mesures annoncées se répartissent sous trois volets : hausse des frais, amélioration de l’aide financière aux études (AFE) et consultation sur les frais afférents. Les frais de scolarité Tout d’abord, la ministre confirme que les frais...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.