Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Enfin à Poly ! Bienvenue à tous

Comme j’ai récemment terminé mon bac à Poly, on m’a demandé d’écrire un texte pour présenter ce qu’est le bac à Poly et comment on peut y survivre. Donc, mes chers nouveaux, sans plus tarder, voyons ce qui vous attend dans votre nouvelle École.

L’initiation

Même en rentrant à l’hiver, vous aurez la chance de vivre une initiation ! Énervez-vous pas, vous ne vous ferez pas beurrer de mélasse et de mélanges de parfums. Vous ne calerez pas des pichets de bière en vomissant entre chaque gorgée comme ils font faire ailleurs. Il y aura d’autres activités beaucoup plus intéressantes comme le rallye des comités (une dizaine de comités étudiants vous offrent une bière), le DASTRRD (faut juste vider un bar de son alcool), la fin de semaine du Pinep (une fin de semaine dans un chalet dans le nord), etc. Surtout : ça dure une semaine (c’est pas une blague !) et ça vous permet de connaître vos collègues de classe, c’est-à-dire ceux avec qui vous passerez des nuits blanches et avec qui vous ferez vos travaux d’équipe au cours de votre bac. Ah oui, la semaine se termine avec LE Beach Party. Imaginez la cafétéria remplie de sable, avec une piscine, une glissade d’eau, 1000 personnes, de la bonne musique, des belles filles, des gars sexy… Profitez-en, c’est seulement aux 2 ans… Vos intégrateurs se chargeront de vous donner tous les détails des activités d’initiation.

Le tronc commun

Pour votre première année à Poly, vous aurez comme objectif premier de survivre au tronc commun. En fait, c’est une trentaine de crédits, dont plusieurs cours que vous n’avez probablement pas le goût de suivre. Bref, une troisième année de cégep. Bientôt, plusieurs de ces cours disparaîtront avec la réforme des programmes mais en attendant, vous n’avez pas le choix de les suivre tous. Vous constaterez bien assez vite que la charge de travail à Poly est beaucoup plus imposante que celle du cégep. En fait, étudier les examens la veille, ça ne marche généralement plus. Donc, il ne faut surtout pas prendre trop de retard, parce qu’on se retrouve rapidement submergés. N’oubliez pas que tous vos collègues de classe étaient eux aussi très bons au secondaire et au cégep… et le taux d’échec est assez élevé à Poly… Comme la moitié des profs du tronc commun sont mauvais, vous devrez vous débrouiller pour assimiler toute la matière théorique qui vous sera déballée. Pour ça, faites-vous des amis, étudiez en groupe, faites vos devoirs ensemble, posez des questions à ceux qui comprennent très vite. Dépêchez-vous à vous trouvez des bons coéquipiers, c’est-à-dire des gens qui ne vous laisseront pas tout faire tout seuls. Bref, faut pas lâcher ! En passant, couler un examen ou même un cours à Poly, c’est très normal…

Après le tronc commun ?

Une fois le tronc commun terminé, dans 1 an, vous commencerez à avoir des cours de votre spécialité. Les cours deviendront plus intéressants plus votre bac avancera. En fait, c’est sans contredit la dernière année qui est la plus intéressante grâce aux cours à option que vous pourrez prendre. Bref, une fois le tronc commun terminé, ça devient vraiment intéressant… mais pas nécessairement plus facile, par contre.

La vie étudiante

Comment parler de Poly sans parler de toute sa vie étudiante ? Vous lisez le Polyscope, un des rares hebdomadaires étudiants, le Pinep supervise vos intégrateurs, Poly-Party organise votre initiation et le beach party, Ciné-Cessaire diffuse des films chaque semaine, Poly-Photo et Poly-TV immortalisent les événements spéciaux, Poly-Théâtre monte des pièces de théâtre, Poly-Sports gère la ligue de hockey et organise des voyages de ski, Polyrad diffuse la radio au 2e, Poly-Show organise des shows gratuits chaque session (les Cowboys Fringants sont venus il y a 2 ans), Allo-Poly monte des shows de variété, le Pub vous permet de prendre une bière le vendredi soir… C’est sans compter les sociétés techniques qui font un robot marcheur, une voiture de course, un sous-marin, un canoë de béton, etc. Aussi, pour les étudiants du tronc commun, il y a le CETC (comité des étudiants au tronc commun) où vous pouvez aller prendre une bière, relaxer, chercher dans la banque d’examens et surtout vous amuser. En fait, il y a tellement de comités intéressants que vous n’avez pas le choix d’aller les voir. Si vous ne vous impliquez pas de votre bac, alors vous aurez manqué quelque chose ! Mais surtout, les seuls souvenirs que vous aurez de votre passage à l’université seront les longues nuits d’étude, les travaux interminables, les examens coulés… Beurk !

Le(s) nouveau(x) pavillon(s)

En bas de la côte, se trouve présentement un chantier de construction. Il s’agit des nouveaux pavillons de Polytechnique, qui seront appelés Claudette McKay-Lassonde et Pierre Lassonde, en l’honneur d’un diplômé de Poly devenu PDG de la plus grosse compagnie d’or au monde, et de son épouse (elle aussi diplômée de Poly). En passant, si vous devenez riches plus tard, pour une dizaine de millions, votre nom peut être immortalisé en étant donné à des pavillons universitaires de haut savoir… Pensez-y ! Ce sont les départements de génie informatique et génie électrique qui auront la chance d’emménager dans ces pavillons ultra modernes.

Je pense que vous êtes maintenant suffisamment armés et informés. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance à tous !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

17 novembre : Mon entropie mentale

21 novembre 2003

Les physiciens Clausius et Boltzmann ont développé des équations sur l'entropie, l'indicateur du désordre dans un système. L'entropie d'un système isolé ne peut que croître. J'ai appris ça dans mon cours de thermo et, franchement, ça m'étonne pas. Prenez mon appartement par exemple. Mon appartement a vraiment l'air d'un système isolé et, effectivement, depuis deux ans, son entropie ne fait que croître. En d'autres mots : c'est vraiment l'bordel chez moi. Un bordel grandissant....

[Colonne éditoriale]

7 novembre 2003

J'aurais tellement voulu être un membre de l'administration Bush ! Non, je ne niaise pas. C'est une affaire très sérieuse. Et dire que je m'étais trompé en me campant sur ma position et en défendant des idées toutes faites, j'appuyais il y a un an les anti-guerres au lieu de comprendre au plus tôt l'importance du débat et les enjeux historiques qui se jouaient là. Quels romantiques étions-nous pour braver le froid, au nombre...

Smart Dust : poussière d’intelligence ?

26 septembre 2003

C'est en tout cas l'avis des promoteurs (nombreux) des « smart dusts », un projet qui vise à créer des microordinateurs en réseau de la taille d'1 mm3. En fait de microordinateurs, il s'agit plutôt de puces, capables de traiter des informations provenant de capteurs (des accéléromètres, des thermomètres, des capteurs lumineux…) et de communiquer leurs observations en se mettant en relation avec les centaines d'autres poussières qui auraient été larguées à proximité. Oui,...