Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le cas du Rouge et Or

Alors que les Carabins de l’UdeM se retrouvent seuls en tête du classement de la division du Québec de l’USIC, et que les partisans régionaux (de Québec on s’entend… ou Quèbec comme ils prononcent) se plagnent de l’horaire facile des Carabins, une nouvelle polémique frappe l’université Laval.

L’horaire facile des Carabins
Entendons nous, les Carabins ont eu jusqu’à présent, des adversaires peu imposants, deux fois Sherbrooke, puis McGill, SFX (N-É) et finalement Bishop’s. Les deux parties face à Sherbrooke ont été les deux meilleures de la formation du point de vue du score, le Vert&Or inscrivant même ses trois seuls points de la saison face aux Bleus. La victoire face à McGill s’est effectuée par la peau des fesses (12-11) et celle contre SFX par un touché, contre une équipe privée de son quart partant. Finalement, les Gaiters ont été battu 53-22, alors que le Rouge&Or les a massacré par 92-3 et les Stingers 46-3. Un des matchs restant les opposera aux Mounties (0-5) alors qu’ils n’affronterons qu’une fois Concordia et Laval. Reste à voir ce que la grosse machine rouge (moyenne de 62 points par match) fera de la défensive bleue qui n’a accordé qu’une moyenne de neuf points par match.

La machine Rouge&Or
Le concept de la machine de l’Université Laval ne serait pas qu’un terme sportif pour désigner leurs joueurs talentueux et leur puissance côté poids et stratégie. En effet, contrairement au système de l’UdeM où l’équipe est partie intégrante de l’université et où jouer au football constitue une activité parascolaire, complémentaire aux études, le Rouge&Or est propriété privée. Même si les joueurs se doivent d’être étudiants universitaires, les liens qui unissent à leurs institutions, voir à leur formation sont quelque peu flous, voir faibles.

Peu de ces joueurs atteindrons un niveau professionnel au football, c’est pourquoi leur formation universitaire leur est importante. Voici donc quelques faits intéressants sur la grosse machine rouge.

  • Le propriétaire de l’équipe s’appelle Jacques Tanguay
  • Jacques Tanguay est également propriétaire d’Ameublement Tanguay, le gros magasin de meubles et choses connexes de la région (un genre de Breault&Martineau)
  • De très nombreux joueurs de l’équipe travaillent par hasard chez Ameublement Tanguay
  • On sait de source sure que de nombreux joueurs de l’équipe ont un appartement très bien équipé par leur employeur

Le budget de l’équipe est beaucoup plus gros que celui de toute autre équipe universitaire canadienne. De là à dire que l’équipe achète ses joueurs, il n’y a qu’un pas. Le circuit américain (NCAA) a déjà vu d’énorme scandales à ce sujet. Le nombre de footballeur professionnels sachant à peine écrire leur nom serait assez astronomique. Donc le Rouge&Or serait l’équipe la moins universitaire du football universitaire canadien.

Mots-clés : Football (16)

Articles similaires

Le retour à la réalité

10 novembre 2006

Décidemment, nos Carabins n’étaient pas dûs pour les grands honneurs. Ils ont pourtant eu leurs chances, ne portant pas le coup de grâce tant souhaité par les quelques milliers de fans présents à Loyola. Cette année se devait d’être l’année des Bleus. N’ayant toujours pas perdu un seul vétéran et les gars de Québec devant maintenant se fier à une jeune équipe, tous les médias et les fans avaient des attentes d’envergure pour la...

Carabins VS McGill

11 septembre 2009

Jeudi 3 septembre, c’est l’équipe de McGill qui a eu l’immense privilège d’affronter les Carabins de l’Université de Montréal pour ouvrir la saison de football. Ils auraient sans doute préféré offrir cette chance à n’importe quelle autre équipe et repousser tant que possible l’échéance de cette débâcle affligeante. L’équipe du CEPSUM avait sa santé au sommet, et ce n’est pas peu dire : dominant largement la partie face à une équipe de bras cassés...

Une victoire in extremis

27 octobre 2006

Samedi 15h45. Arrivée de votre modeste journaliste et décompte de quinze minutes avant le botté d’envoi. Le représentant du Polyscope est en terre étrangère, mais il ne se laisse pas intimider : le froid n’a pas eu d’effet dissuasif sur son plan de match présenté conjointement par Labatt et Lafleur. En fait, il accentue le rythme, engloutit les Bud et les hot-dogs à une cadence accélérée, car il sait qu’il n’existe pas de meilleure...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.