Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Beaudoin Bergeron

Beaudoin Bergeron est diplômé de 1994 en génie mécanique et Président de l’Association des Diplômés de Polytechnique depuis février dernier. En 1989, il entamait ses études à Polytechnique, après une carrière d’officier de marine des Forces Armées Canadiennes, qu’il a débuté en 1983 et poursuivi, en même temps que ses études, jusqu’en 1993. Il est maintenant président de la compagnie RHR Expert, spécialisée en ressources humaines, qu’il a fondé en 1997. Cette compagnie offre des solutions aux grandes sociétés dans le recrutement de personnel et la gestion des c.v.

Q. Il s’agit d’un parcours pour le moins inhabituel…

On peut le dire, en effet. Mon cheminement s’est fait par hasard. En 1989, je songeais à réorienter ma carrière : je ne me voyais pas capitaine de bateaux toute ma vie. J’hésitais entre des études de droit, continuer mes études dans l’armée comme pilote d’avion ou le génie. Je ne me rappelle même plus ce qui m’a fait choisir le génie.

Q. Pourquoi le génie mécanique ?

C’est un mystère… Parce qu’il était moins « flyé » que le génie physique.

Q. Qu’est-ce qui vous a poussé, après vos études, à aller en ressources humaines ?

Ça s’est fait par hasard. Mon PFE portait sur la conception et l’analyse d’un système-expert de gestion en approvisionnement des bateaux. Suite à mon PFE, j’ai travaillé pour une compagnie, Conceptum, qui détient Cognicase et qui avait des problèmes au niveau du recrutement du personnel. J’ai donc développé un logiciel de gestion du recrutement et démarré mon entreprise en 1996. Je travaillais donc à titre de consultant le jour et je développais mon entreprise le soir.

Q. Comment s’est passé le démarrage de l’entreprise ?

Après un an de développement du logiciel, ce n’est qu’en janvier 1997 que j’ai commencé la mise en marché et la vente du programme. De ce côté, ça s’est très bien déroulé, car j’ai commencé avec trois gros clients : Domtar, Alcan et Noranda. Deux de ces clients, soit Alcan et Noranda, m’ont demandé d’intégrer la gestion des c.v. au logiciel. J’ai donc développé le concept de solution intégrée qui fait l’impartition informatique dans une base de données et l’impartition du processus de gestion des c.v.

Q. Quelles ont été les problématiques rencontrées ?

Une problématique que nous avons eu au début concernait notre rémunération : est-ce qu’on facture au c.v. ou à l’embauche ? Nous avons décidé de facturer au c.v. car les c.v. traités ne mènent pas tous à une embauche. Nous avons donc calculé le prix de revient du traitement d’un c.v. pour arriver à la conclusion qu’il en coûte entre 150$ et 250$ à l’entreprise, par c.v. pour le gérer.

Q. Ça semble beaucoup !

Eh bien, si l’on compte le salaire de chaque personne qui aura à gérer le c.v., le temps de traitement, la publicité investie dans une annonce d’offres d’emploi et la mauvaise gestion des c.v., ça revient à ces chiffres.

Q. Quelle est la compétition dans ce domaine ?

Au niveau de la gestion des c.v. et le processus d’embauche, il y a beaucoup de solutions qui existent sur le marché, c’est-à-dire, beaucoup de façons de résoudre la problématique. Au niveau logiciel comme tel, il existe des logiciels comme People Soft ou ceux apparentés au système ERP qui sont intégrés au système informatique de l’entreprise. Évidemment, ces solutions sont très coûteuses. L’avantage des solutions que nous offrons, c’est qu’elles s’intègrent facilement, quel que soit le type d’entreprise et qu’elles sont peu coûteuses. Sinon, en terme de compétition au Québec, il y a une entreprise de Québec qui offre des solutions du même type que les nôtres et c’est tout.

Q. Que diriez-vous qu’il manque à la formation d’ingénieur pour œuvrer en ressources humaines ?

Je crois que l’aspect humain en ingénierie est négligé souvent. Bien sûr, il existe des cours obligatoires en sciences humaines dans la formation d’ingénieur, mais c’est bien souvent la dernière priorité des étudiants. Pourtant, l’aspect humain est un aspect important du travail d’ingénieur.

Q. Seriez-vous d’accord avec l’affirmation que l’aspect humain constitue 80% ou plus du travail d’un ingénieur ?

Oui, que ce soit en supervision, pour la gestion d’une équipe, pour la gestion d’une usine, d’un département, le travail de l’ingénieur est de parler, coordonner, de faire des téléphones aux fournisseurs, etc. C’est pourquoi il ne manque pas nécessairement de cours de sciences humaines dans la formation d’ingénieur ; il manque plutôt une prise de conscience des étudiants en ingénierie sur l’aspect humain de leur carrière.

Q. Dans un tout autre ordre d’idées, vous êtes Président de l’ADP. Comment est-ce arrivé ?

Auparavant, puisque je travaille en ressources humaines, j’étais membre de l’Ordre des Conseillers en Ressources Humaines. J’ai réalisé que j’avais peu d’affinités avec les membres, étant moi-même ingénieur. Je voulais donc agrandir mon réseau de contacts et j’ai décidé de renouer avec les ingénieurs, soit en m’impliquant dans l’ADP, dont je suis membre depuis 3 ans.

J’ai commencé à m’impliquer à titre de bénévole pour l’organisation de la partie d’huîtres annuelle de l’ADP. J’ai ensuite organisé la formule actuelle des « Matins de l’ADP » avec des conférenciers pour passer de 30 personnes à 200 personnes qui assistent aux Matins de l’ADP. Par la suite, Jean-Paul Lemarquis, ancien président de l’ADP, m’a offert le poste de président. J’ai accepté le poste que j’occupe depuis février dernier.


Q. Est-ce que l’implication à l’ADP vous demande beaucoup de temps ?

Ça dépend des semaines. De 4 à 6 heures par semaine, quelquefois des journées complètes, mais c’est très stimulant et on y développe beaucoup de relations d’amitiés entre les membres.

Mot de la fin ?

Je suis d’avis que la formation de Polytechnique nous donne les plus beaux outils pour réussir notre carrière. J’inviterais aussi tous les étudiants à joindre l’ADP après leur bac pour enrichir l’association et pour en tirer profit. On n’en attendait pas moins de la part du Président de l’ADP.

Mots-clés : B. Ing. ? (13)

Articles similaires

Mathieu Perreault

19 septembre 2003

Journalisme et ingénierie, une alliance inhabituelle ? Pas pour Mathieu Perreault, diplômé de 1994 en génie chimique et journaliste pour le grand quotidien La Presse. Après avoir complété son bacc en 1994, il fait un stage pour La Presse et est ensuite engagé comme pigiste. Au même moment, il entame des cours de mise à niveau en philosophie afin de commencer une maîtrise dans cette discipline, qu'il suivra pendant un an. En 1997, il...

Marc Tremblay

14 novembre 2003

Marc Tremblay a gradué en 1995 en génie mécanique. Il a par la suite fait une maîtrise en simulation de la combustion, au Département de génie mécanique. Depuis 5 ans, il travaille pour la compagnie CAE et s'apprête à effectuer un contrat d'une durée d'un an en Chine auprès de la compagnie China Eastern Airlines En quoi consiste ton travail ? Depuis 3 ans, je suis spécialiste d'intégration, j'intègre tous les systèmes du simulateur...

Denis Morin

27 février 2004

Décrivez-moi votre cheminement depuis Polytechnique… Le dernier été avant de graduer, j'avais eu un emploi d'été chez Bell Canada. À la suite de l'obtention de mon diplôme d'ingénieur, ils m'ont engagé, comme ingénieur micro-ondes, poste que j'ai occupé pendant 2 ans. Ensuite, j'ai été transféré dans un département de développement technologique ; la tâche consistait à trouver et normaliser de nouveaux équipements à être utilisés dans les réseaux de Bell Canada-. Étant donné que...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le diable lui a chié sur la tête !

7 novembre 2003

Cette semaine, tel que promis, vous avez droit à un spécial scatologique. Nous allons donc commencer par examiner une expression chère à mon grand-père. Il l'avait lancée le jour où ma grand-mère était tombée dans le fossé en tondant le gazon… avec le tracteur-tondeuse par-dessus elle : « Cette semaine, le diable lui a chié sur la tête ! » Dans la même semaine, elle avait brûlé son pain et elle était passée à...

Politiquement vôtre

20 février 2004

En cette période de mi-session, suffisamment perturbante par la démultiplication des examens et des devoirs, l'actualité politique me donne un arrière-goût dans la gorge : un mélange de bile et d'oeufs pourris. J'ouvre chaque matin mon journal avec un tremblement dans les mains et une légère fièvre. « Qu'ont-ils donc à nous emmerder avec l'affaire des commandites ! », me dis-je avec dégoût. Et à y penser à tête reposée, face à mon écran,...

Les choses au clair

16 janvier 2004

Il est décidément une partie de nous qui doit trouver la formation d'ingénieur profondément ingrate. D'où viendrait, sinon, tout ce mauvais esprit qui confine parfois à l'aigreur lorsque nous vous parlons de ces nuits sans sommeil, des travaux infaisables, en retard, à remettre à des professeurs inaccessibles et exigeants, voire de l'inutilité de la moitié des cours de tronc commun. Entre autres points usuels de discussion dans ces pages. Et si tout simplement, nous...