Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Manga Zone

Je pense que c’est ce manga qui m’a fait découvrir qu’il n’existait pas que des shonens et des shoujos dans la vie, mais bien d’autres pièces, qui malgré un scénario pouvant sembler léger, s’avèrent des très bonnes compositions.

Genre : Horreur, mais le vrai, pas celui qui est gore.

Dessin : 4.5/10. A vrai dire, je pense que je mets une si mauvaise note parce que le dessin est très différent du dessin habituel du manga, sans les traits « cute » que nous voyons d’habitude, surtout dans les shoujos par example. Ici, les gens ressemblent plus à des personnes normales, comme vous et moi et je pense qu’on y perd un peu de la magie crée dans les mangas.

Complexité : 5/10. Je dois avouer que la psychologie de plusieurs personnages secondaires est vraiment complexe et que la recherche de la vérité par le héros va nous mener très loin, au point où on peut oublier d’où on est parti.

Comique : 0/10. Si vous recherchez un quelconque sourire à esquisser ici, passez votre chemin. Par contre, si vous êtes sensibles, vous pourriez laisser échapper quelques larmes.

Note : 9/10.

Je me suis accrochée très rapidement à ce manga. Le héros nous entraîne complètement dans sa folle quête. J’ai bien aimé ce style que je découvrais pour la première fois et qui ne reposait pas que sur l’action ou la passion mais suivait plutôt des personnes dans leur aventure et vie de tous les jours. La mentalité des personnages secondaires est assez développée car le manga est ponctué d’histoires secondaires qui nous permettent de comprendre les actions des différents personnages et d’en apprendre plus sur eux et sur ce qu’ils recherchent.

Volumes : 18 volumes au Japon, série complète. Non licenciée en France (décidément, deux de suite ! !).

Histoire : En 1986, le Dr Tenma est un neurologue émérite a la clinique de Dusserldorf et fiancé à la fille du directeur de l’hôpital. Un soir, on lui demande d’opérer un chanteur d’opéra à la place d’un ouvrier turc. Celui-ci meurt et sa famille vient faire des reproches à Dr Tenma. Celui-ci se pose alors des questions sur son éthique et celle du monde hospitalier. Une deuxième fois, on lui demande d’opérer le maire de la ville à la place d’un jeune enfant venu de l’Allemagne de l’Est. Cette fois ci Tenma refuse […]. Mais a-t-il fait le bon choix ? Des vies valent elles la peine de se faire sauver ?

Et c’est parti ! !

Quand est ce que j’accroche : Quand les enfants se retrouvent ?

Ou je peux le trouver : Mangascreener (.com) a fait la traduction complète de ce manga. Vous pouvez aussi le lire en ligne anime-source.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Configurer l’accès à distance

5 novembre 2004

Vous est-il déja arrivés d'être à Poly, pis de vous rendre compte que vous aviez oublié des fichiers importants sur votre PC chez vous (et vous dire pour une fois que ceux qui habitent aux residences sont bien chanceux..) ! Si vous utilisez XP Pro (Pro et seulement Pro), vous pouvez configurer accès a distance (Remote Desktop) et prendre contrôle de votre PC depuis un ordinateur distant. Par défaut, le Remote Desktop n'est pas...

My little people’s world

1 avril 2005

Ceci n'est probablement pas le dernier numéro du Polyscope, mais pour moi il l'est. Je repars dans mon Paris natal. Pour cette fin d'année, je tenais à vous présenter mon « little people's world » des personnes qui m'ont accompagnées tout au long de ces 8 mois. Je remercie tout d'abord mes colocs (Larissa, Hadrien, Xavier qu'on a troqué contre JC) pour tous les moments qu'on a passé ensemble, pour avoir refait la déco...

Les Requins : Financière Liberté 55

1 avril 2005

Par Jean-Simon Ouellet Il y a déjà quelques semaines avait lieu une soi-disant séance d'information orchestrée par un groupe de conseillers de la Financière Liberté 55. Les participants ont eu droit à la plus grosse magouille lobbyiste jamais vue. Un grand tournoi de pêche bien préparé avec liqueur et pizza comme appâts, grands discours creux en guise de canne à pêche et, l'essentiel, un beau grand bassin poissonneux de polytechniciens finissants avides de billets...