Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un monde de fous !

De par le monde, une multitude de faits fascinants et étranges se produisent. J’ai réuni pour vous plusieurs d’entre eux, toujours tirés du magasine FacteurX. Ça vous fournira des outils pour meubler des conversations pendant votre semaine de rattrapage (oups, de relâche je veux dire).

Le comédien Jacob Haugaard siège au parlement de Copenhague depuis septembre 1994. Avant cela, il avait effectué six tentatives pour accéder à ce poste, sans jamais l’obtenir. La septième fois, voici ce que furent ses promesses électorales : « Du beau temps ensoleillé, des files d’attentes plus courtes, de meilleurs cadeaux de Noël, des sacs de taille standard pour aspirateurs et le droit pour tout homme de ce pays à être impuissant. » Croyez-le ou non, il fut élu et toutes ses promesses furent respectées, sauf évidemment pour le beau temps.

Étrange affaire que celle des frères Guang, Wang et Hui. Dans leur province chinoise de Hainan, ils ont monté une superbe affaire familiale ; un restaurant ayant pour spécialité des boulettes de viandes épicées, au goût tout à fait particulier et fabriquées à partir d’une recette ancestrale tenue secrète. Depuis 1987, année du lancement de cette recette, les boulettes remportaient un tel succès, qu’il y eut de fréquentes ruptures de stock. Sachant que leur prospérité reposait sur ces boulettes, ils devaient trouver une solution. Ce fut chose faite et les affaires recommencèrent à rouler, jusqu’au jour où, Hui fut surpris en train de prélever des morceaux de cuisses et de fesses sur les cadavres destinées à l’incinération. Toute une recette ancestrale ! ! ! !

En 1996, le père de la jeune libanaise Hasna cassa un verre sur le sol de leur maison. La jeune fille partit chercher un balai, mais à son retour, les débris de verres avaient disparus, comme par magie. Le lendemain, Hasna se plaignit d’une vive douleur à l’œil. Consulté, un médecin enleva de son œil un fragment de verre. La petite libanaise a continué de « pleurer » des centaines de larmes de verre sur une période de six mois !

Linus Roote, un citoyen texan âgé de 71 ans, dut prendre les grands moyens lorsqu’il aperçut d’énormes poissons mutants roder près de sa maison. Le vieil homme était convaincu que la Terre se faisait envahir par un régiment d’extraterrestres, visiblement déguisés en saumons, rougets et autres thons. Pour ajouter à sa confusion, certains de ces drôles de poissons allaient à pied, d’autres en vélo et plusieurs conduisaient une voiture. Linus, ayant peur que ces envahisseurs se prêtent à des expériences sexuelles sur sa personne, décida de se supprimer. Des voisins le virent sortir de chez lui en criant : « Vous ne m’aurez pas vivant, poissons de l’espace ! » Il dirigea ensuite l’arme contre lui et fit feu. Une intervention rapide et des soins intensifs permirent de sauver Linus. Celui-ci apprit alors que les envahisseurs n’étaient que des étudiants en route pour un bal costumé à thème.

Dans une partie de la Death Valley (Etats-Unis) appelé Racetrack Playa, les pierres semblent être possédées de vie. Du vulgaire caillou au rocher d’une demie tonne, les minéraux se déplacent tout seul sur des distances atteignant 100 mètres. Personnes ne les a jamais vues bouger, mais les traces qu’elles laissent sur le sable sont parfaitement visibles. Plusieurs géologues venus de l’Université de Californie voisine concluent à un glissement sur un sol rendu humide par les pluies. Par contre, personne ne réussit à recréer les conditions d’un tel glissement afin de valider l’hypothèse. Les pierres refusent de bouger même si on réussit à recréer artificiellement les conditions de vents et de pluie supposées les faire bouger. Le mystère reste entier !

En voici une pour bien finir la semaine. Des géophysiciens canadiens étudiant l’activité sismique des Montagnes Rocheuses furent alertés par la détection d’un séisme prolongé atteignant 7,0 sur l’échelle de Richter, un véritable cataclysme ! La police montée se rendit rapidement sur les lieux de l’épicentre supposé du séisme, mais le signal stoppa soudainement, sans que personnes ne ressentent de vibrations provenant d’un séisme. Par contre, les policiers localisèrent vite l’origine des étranges secousses sismiques. Deux personnes de sexe opposé, jouissant avec enthousiasme l’une de l’autre, furent retrouvées sur le toit du blockhaus en béton où était placé l’appareillage de mesure. L’engin, hypersensible avait enregistré leurs élans avec rigueur, comme s’il s’agissait d’un tremblement de terre. Malgré tout, les géophysiciens furent sommés de présenter un rapport scientifique sur l’événement, ils l’intitulèrent : Ondes Amoureuses Anormales dans la Zone des Cascades de la Séduction.

Bonne semaine de relâche à tous !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

23 mars : Trame de fin

26 mars 2004

Faudrait qu'on fasse nos comptes. Oui parce que cette fois-ci, c'est vrai, c'est ma dernière Chronique Névrotique dans le Polyscope. La dernière. Je ne vous ferai pas le coup d'un autre retour-surprise en septembre prochain, j'suis trop vieille maint'nant! Évidemment, j'ai eu cette semaine le réflexe de vouloir finir cette Chronique en beauté. J'aurais aimé bien terminer, écrire un super bon texte qui, en plus de rouler sur lui-même, aurait incorporé l'idée que j'ai...

L’empire du côté obscur

25 février 2011

Vous allez tomber sur le cul. Votre chialeur préféré, anti-mouvements sociaux aveugles, anti-contrôle de l’information est maintenant officiellement sur Facebook. Le nombre de fois que j’ai écrit du mal de ce site et me voilà maintenant un mouton qui a plié à la pression sociale. Ne pensez pas que je n’ai pas d’orgueil et que je n’ai pas d’excuses. C’est sûr que j’ai une défaite ! En fait, je me suis dit que j’allais utiliser...

La simplicité volontaire, une arme économique puissante

14 septembre 2012

  Notre monde est dans un état de profond déséquilibre. Les contradictions entre les impératifs de croissance économique, les besoins sociaux et l’environnement ne peuvent plus être plus grands : nous sommes à un point de bifurcation. Le fonctionnement de la société est régi par les liens économiques entre les agents qui en font partie. La politique et les autres courants idéologiques sont en effet tous liés directement à ce qui se passe dans...