Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Igloofest 2019 – le froid, c’est quoi ça?

Aperçu article Igloofest 2019 – le froid, c’est quoi ça?
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Skatebård, une révélation pour la foule montréalaise!

Si certains festivals se vendent à grands coups de soleil, de maillots de bain et de gougounes, on ne peut pas dire qu’il en est autant pour l’Igloofest! Un festival représentant parfaitement ce que c’est qu’être québécois : braver le froid pour des raisons absurdes, jour et nuit, beau temps mauvais temps. Oh, et le seul festival où ta bière refroidit plus le show avance, notable tout de même!

Polo & Pan : réchauffer les jambes et le coeur

Pas de doute, le duo français Polo & Pan a réchauffé les cœurs de tous sur le quai Jacques Quartier le 17 janvier! Entrés en scène à 21h30, Polo & Pan ont tout de suite mis les choses au clair : ils n’étaient pas là pour se la couler douce. Partant sur des classiques comme Dorothy et Arc-en-ciel, le duo a tout de suite mis la foule en confiance. Les jambes se sont déliées dans leur one-piece fluorescent, mais pas les bras… non beaucoup trop de monde à l’avant pour bouger plus que les jambes!

La scène Sapporo, toujours aussi magistrale

Et comme on pouvait s’y attendre, on n’allait pas assister à une séance d’écoute d’album; les choses se sont épicées dès les premières notes de Mexicali et ça a déboulé. Transformant peu à peu leur performance en DJ set digne de ce nom, Polo & Pan se sont laissés aller dans les remix, au grand plaisir de tous. Toujours suivant une ambiance chill, digne des Caraïbes, les deux disc-jockeys ont emmené leurs hits ailleurs, sur des images magnifiques de la VJ BBBlaster. Un show lumineux et exotique, tout à l’image de leur album Caravelle, paru en 2017.

Mais avant cela…

En prémisse de cette performance chaleureuse, le DJ québécois Robert Robert et le norvégien Skatebård avaient la tâche ingrate de réchauffer (littéralement) la foule de l’Igloofest. Mais ce sont des amateurs curieux, ces spectateurs montréalais, puisque la place était déjà bien remplie avant même la fin du set du norvégien! Venue pour entendre le meilleur comme l’émergent de la scène électro, la foule était déjà en feu malgré le froid! Après 45 minutes chacun, les deux artistes manquaient de vêtements à enlever derrière leurs platines!

Malgré mon expérience des dernières années, je dois dire que je suis toujours agréablement surpris d’assister à ces moments de pur intérêt pour la musique. Qu’on attribue ou pas le tout aux tallcans de Sapporo froides comme le St-Laurent en janvier, c’était une ambiance de presque communion qui remplissait l’Igloofest… une façon mémorable de commencer le festival!

Articles similaires

Till Fellner joue Beethoven avec l’OSM

19 février 2010

Vous auriez dû voir les réactions des collaborateurs du Scope quand je leur ai annoncé que j’allais voir un concert de l’Orchestre Symphonique de Montréal à la Place des Arts. « T’es pas malade, là ? » « Ai-je eu une hallucination auditive ? ». « T’es au courant qu’il n’y aura pas de DJ et que ce n’est pas une bonne idée d’apporter des glowsticks ? ». En fait, il n’est jamais trop tard de s’ouvrir à de...

Mission accomplie

20 août 2010

Le nom de Boogat existe depuis un certain temps déjà dans le monde québécois de la musique. Il a déjà signé quelques albums, entre autres Patte de Salamandre, accompagne plusieurs artistes et il est aux côtés de Ghislain Poirier comme MC lors de ses performances depuis un moment déjà. Il restait par contre relativement dans l’ombre de Face-T qui interprétait les hits plus connus du « roi d’la bass ». C’est sur le dernier album de...

Behemoth à Montréal

13 juillet 2009

Behemoth de passage à Montréal c’est un peu comme un combat de tops modèles féminins en lingerie Victoria Secret dans la boue. C’est à la fois beau et totalement dégradant mais damn’ on manquerait ça pour rien au monde ! Pour le lecteur moyen du PolyScope, arriver à apprécier un album de Behemoth doit étrangement s’apparenter a avoir un don pour déceler la subtilité cachée dernière les chants gutturaux d’un cœur de Slaves chevelus...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.