Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Des cours inutiles, Merci!

Quand j’ai décidé que les technologies de l’information feront partie de ma future carrière et que je voudrais acquérir des compétences en génie informatique, qui aurait cru qu’on me ferait accroire qu’un baccalauréat en génie informatique exigerait de faire un cours de physique sur la statique et la dynamique.

Être ou ne pas être en génie informatique

Je suis étudiant en génie informatique à Polytechnique Montréal et je suis outré. Outré parce que je dois faire un cours lié à la physique et la mécanique générale qui ne s’applique aucunement de près ou de loin au génie informatique. Personne ne me fera accroire que la statique et la dynamique me permettent de développer des compétences transversales, orthogonales, transcendantales, diagonales ou n’importe quoi pour devenir un ingénieur informaticien. C’est un gaspillage d’argent pour la clientèle étudiante et pour les contribuables québécois qui financent les études de leurs jeunes concitoyens.

La perte des uns fait le gain des autres

Quand les discours populistes se plaignent que le gouvernement gère mal, voire dilapide les fonds publics, faut-il ajouter que nos universités francophones sont complices de la dilapidation d’une partie des fonds publics en offrant des cours obligatoires inutiles? Je parle d’universités francophones comme Polytechnique Montréal, mais à cela s’ajoute aussi l’École de technologie supérieure! Chez ce dernier, le programme de baccalauréat en génie des technologies de l’information (un genre de joli nom pour le génie informatique), il y a le même genre de cours problématique que je soulève dans cet article : encore de la statique et de la dynamique! Dans une recherche non-exhaustive que j’ai faite chez les universités francophones québécoises, l’Université de Sherbrooke et l’Université Laval n’ont toutefois pas une telle absurdité dans leur programme de génie informatique. Ouf!

Mauvaise allocation des ressources

Ne serait-il pas mieux qu’un étudiant universitaire qui étudie dans un programme X ait uniquement des cours totalement pertinents à son domaine? Est-ce qu’on obligerait des médecins en formation à passer un cours de plomberie, ou un futur avocat à passer un cours de chimie organique, ou un futur infirmier à passer un cours d’algèbre linéaire? Non!!! Alors, pourquoi le génie, comme le génie informatique au Québec, a-t-il droit à une telle disgrâce? Dois-je dire que « seul Dieu le sait »?

Récidives

Comme si ce n’était pas assez d’avoir un cours sans rapport au domaine d’études, il y a plus d’un cours dont on peut questionner la raison d’être dans le programme de génie informatique à Polytechnique Montréal et à l’ÉTS. C’est carrément une insulte à l’intelligence humaine par les auteurs de ces programmes! Un cours de chimie par-ci et un cours de physique par-là…

Vous avez d’autres exemples similaires pour d’autres programmes universitaires? Écrivez-moi!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.